jan 11

Eco-jonction : la newsletter verte des PME     n°15   janvier 2011

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Chaque mois, Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité.  

Brèves

PME : Quel est leur impact sur l’environnement ?

La Commission européenne vient de publier une étude sur l’impact environnemental des PME européennes. Selon ce document, les PME seraient responsables de 64% de la pollution industrielle. Elles seraient malgré tout 24% à avoir engagé des actions pour réduire cet impact. Au palmarès des plus gros pollueurs, on trouve : la production de papier, le transport et la production d’eau, le BTP, les produits chimiques et métalliques, le caoutchouc et la plasturgie, l’agro-alimentaire, l’extraction minière, la production d’énergie, etc. L’enquête apporte malgré tout une note d’espoir : dans le même temps, entre 2004 et 2008, le nombre d’éco-industries s’est multiplié et le secteur, porté par les activités de gestion des déchets (30%) et des eaux usées (13%) ainsi que par le recyclage des matières (13%) a connu une croissance de 5,9%.
eco-jonction janvier 2011

 

Un guide pratique pour mieux gérer sa consommation d’énergie

L’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI) vient de mettre à jour son Guide PME/PMI Environnement et énergie Rédigé pour aider les chefs d’entreprise et leurs collaborateurs dans leur démarche de gestion de l’énergie et de l’environnement, ce document met l’accent sur les aspects règlementaires et financiers. S’appuyant sur des exemples pratiques, il donne également des clés pour réduire son impact environnemental (gestion de l’eau et des déchets) et lancer des démarches durables d’éco-conception.
Pour plus d’informations cliquez ici 
eco-jonction janvier 2011

 

Ecosia : un moteur de recherche écolo

Avez-vous l’impression de nuire à l’environnement en tapant des mots-clés sur un moteur de recherche ? Non ? C’est pourtant le cas : effectuer une recherche en ligne équivaut à une émission de 0,2 grammes de CO2. La solution pour naviguer sur le Web l’esprit libre : Ecosia, un moteur de recherche comme les autres à la différence près qu’il reverse 80% de ses revenus publicitaires pour soutenir un projet de protection de la forêt tropicale du WWF. Mieux, le serveur d’Ecosia est alimenté par l’électricité verte de Greenpeace Energy : 99% de l’énergie du serveur est d’origine hydro-électrique et 1% est d’origine éolienne. Créé en partenariat avec Yahoo et Bing (qui fournit les résultats de recherche), Ecosia compense carbone les quantités de CO2 émises par les serveurs de ces moteurs Bing et Yahoo durant des recherches effectuées via ses services.
Plus d’informations : www.ecosia.org
eco-jonction janvier 2011

 

Appel à entreprises témoins : valoriser ses déchets pour réduire ses coûts

L’Ademe recherche 50 sociétés témoins voulant réduire leurs coûts en diminuant leur quantité de déchets produits ou en les valorisant davantage. Au travers de ces exemples, l’Ademe souhaite convaincre les entreprises qu’une telle démarche est rentable. Les actions de valorisation recherchées incluent le recyclage et la valorisation organique mais pas la valorisation énergétique. Les mises en conformité réglementaires ne font pas partie du périmètre de cet appel à candidatures, ouvert jusqu’au 28 février prochain. Les conditions de candidature et les critères de sélection sont disponibles sur le site de l’Ademe .
Pour plus d’informations cliquez ici 
eco-jonction janvier 2011

 

Portrait d’entreprise

Eco2Distrib mise sur la distribution en vrac

Xavier Masselin eco2distrib

 A l’heure où le suremballage est de plus en plus montré du doigt, Eco2Distrib vient proposer une solution alternative innovante : l’éco-distributeur. Eco2Distrib installe des distributeurs automatiques dans les grandes surfaces, qui permettent aux consommateurs de reremplir leur bidon de lessive d’une fois sur l’autre. Résultat : une économie de 10 à 15% à chaque passage en caisse et une réduction des émissions de CO2 estimées entre 700 kg et 1 000 tonnes par machine installée. Un système gagnant/gagnant qui ne manque pas de séduire les marques, soucieuses de soigner leur image verte. Entretien avec Xavier Masselin, le dirigeant de cette nouvelle entreprise.

Comment est né Eco2Distrib ?
Xavier Masselin : sa naissance remonte à 1996. J’étais alors en dernière année d’école d’ingénieur et la région Haute-Normandie a organisé un concours de création d’entreprise pour les étudiants en fin d’études. Nous avons monté un dossier avec un camarade de promo contenant déjà à 95% le concept qui est devenu aujourd’hui Eco2Distrib. Et nous avons gagné le premier prix. Mais nous n’avions pas argent, ni l’expérience nécessaire pour approcher les gros fournisseurs de la grande distribution. Nous ne nous sentions pas assez mûrs à l’époque pour poursuivre l’aventure. Nous sommes donc allés faire nos armes dans de grandes entreprises. Puis, j’ai relancé ce projet, seul, au milieu de l’année 2008. J’ai engagé un technicien et me suis lancé dans deux ans de recherche et développement.

Quel a été l’accueil des professionnels et de la grande distribution ?
XS : Au début, peu de fournisseurs y croyaient. Ils m’expliquaient que, si les consommateurs sont demandeurs de produits écologiques et respectueux de l’environnement, ils ne sont en réalité pas prêts à passer à l’acte. Ils me faisaient également part de leurs craintes concernant l’amortissement de la location de la machine : auraient-ils assez de clients ? Deux ans plus tard, les mentalités ont changé et le concept est vraiment dans l’air du temps. Nous avons eu le temps d’affiner notre offre pour prendre en compte les remarques des professionnels avec lesquels nous étions en contact et nous avons aujourd’hui de très bons retours et de plus en plus de contacts pour installer de nouvelles machines.

Comment êtes-vous implantés sur le territoire ?
XS : Nous avons commencé à installer des distributeurs à la fin de l’année 2010. Nous sommes actuellement en phase de test avec deux marques de lessive et d’assouplissant. Nous avons des machines dans une dizaine de magasins, en région parisienne, à Lille, Lens, Strasbourg, etc. et continuons à en installer.

Quels sont les premières impressions des consommateurs et de vos fournisseurs ?
XS : Les ventes sont au dessus de nos attentes, ce qui a aussi agréablement surpris les marques avec lesquelles nous travaillons ! L’effet de curiosité a très bien fonctionné. Lors des démonstrations en magasins, on peut se rendre compte que l’accueil est très favorable, les clients nous encouragent.

Quels sont vos projets de développement pour l’année 2011 ?
XS : Nous attendons avec impatience les résultats des tests pour  nous déployer à plus grande échelle. Nous développons également la R&D pour décliner des gammes pour  les produits alimentaires et la peinture. Nous avons également déjà des pistes de développement à l’étranger, avec des implantations en Allemagne et en Belgique au début du deuxième semestre   
www.eco2etdistrib.com
eco-jonction janvier 2011

 

Produits

Ambiance zen avec les bureaux éco-conçus ARFEO

Le concepteur de solutions d’aménagement d’espaces professionnels ARFEO vient de lancer sa nouvelle gamme de bureaux, appelée « Oxygène ». Imaginée par deux designers indépendants, elle étonne par ses formes épurées et apaisantes, loin des standards du secteur. Pour accentuer l’impression de bien-être qui s’en dégage, des espaces ont été prévus pour intégrer des plantes dans son architecture. Bois issu de forêts gérées de façon durable (certification PEFC), utilisation de colle à base d’eau, matériaux d’emballage recyclables : ARFEO veille à réduire l’impact sur l’ensemble de la chaîne de production. Mais cet engagement dépasse le cadre industriel. ARFEO s’inscrit dans une démarche active de responsabilité sociale et est ainsi la première entreprise de son secteur à avoir obtenu le label « Egalité professionnelle » décerné par AFNOR Certification.
Plus d’informations sur www.arfeo.fr
eco-jonction janvier 2011

 

Une cassette d’encrage à base d’eau

Trodat s’engage pour réduire l’impact sur l’environnement de ses nouvelles cassettes d’encrage Swop-Pad, compatibles avec la gamme d’encreurs Printy. Ainsi, toutes ses encres sont fabriquées à base d’eau, sont non toxiques et ne contiennent ni acide, ni formaldehyde, ni métaux lourds tel que le plomb ou toute autre substance visée par la directive ROHS. L’entreprise (certifiée ISO 9 001 et 14 001) effectue également une sélection permanente de ses fournisseurs sur la base de leurs certifications en matière de qualité et d’environnement et vérifie toutes les substances entrant dans la composition de ses encres.
Plus d’informations sur www.trodat.fr
eco-jonction janvier 2011

 

Une lampe solaire portable

A l’heure où 50% des Africains ont un téléphone portable mais seulement 20% ont accès à l’électricité, le projet d’Edgar Hardy, créateur de la lampe Mona, vient combler un manque cruel. Cette lampe portable, qui peut aussi bien être utilisée à l’intérieur qu’à l’extérieur, est alimentée par l’énergie solaire et peut éclairer une pièce de 15 à 25 m2. Son autonomie est de 6 heures en éclairage diffus et de 9h en éclairage directif. Mieux : elle intègre également un chargeur universel de téléphone portable ! La lampe Mona est commercialisée en France via le réseau de magasins Nature et Découvertes. Son concepteur cherche à nouer des partenariats avec des institutions et des associations humanitaires pour la distribuer à bas prix ou gratuitement en Afrique.
Plus d’informations sur www.solar21.fr
eco-jonction janvier 2011

 

Une gamme de papier couleur éco-responsable

Rey vient de lancer Adagio couleur, la toute première gamme de papiers colorés ayant obtenu la certification « Ecolabel européen ». Bois issu de forêts gérées durablement (certification PEFC), traçabilité de l’origine du bois, gestion des performances énergétiques : si la démarche se rapproche de celle effectuée par tout fabricant soucieux de respecter l’environnement, un effort tout particulier a été réalisé pour contrôler les colorants utilisés. Rey a ainsi travaillé en partenariat avec ses fournisseurs pour s’assurer que les colorants achetés sont conformes aux règles de l’écolabel européen. Ivoire, rose, saumon, bleu : les papiers se déclinent dans 34 teintes, du pastel au fluo. Tout comme pour la gamme Econature, les papiers Adagio couleur sont fabriqués dans l’usine de Saillat, en France. Ainsi, l’approvisionnement en bois utilisé pour la fabrication du papier est réalisé dans un rayon de 150 km autour de l’usine.
eco-jonction janvier 2011

  

Marketing

 La communication responsable trouve ses marques

Créé en 2008 avec le soutien de l’ADEME, l’Observatoire de la communication responsable réunit les acteurs majeurs de la filière communication :
- L’AACC (Association des agences-conseils en communication),
- L’ACCID (Association pour la communication et l’information sur le développement durable),
- Le Syntec RP (Conseil en Relations Publiques),
- L’UDA (Union des annonceurs) ,
- L’UJJEF (Union des journaux et journalistes d’entreprises de France) – Communication et Entreprise.
Chaque année le collectif fait paraître une étude menée auprès des directeurs généraux, directeurs marketing, communication et développement durable des entreprises opérant en France, sur la manière d’intégrer le développement durable dans leurs pratiques de communication.

En septembre 2010,  les résultats de sa troisième enquête sur la communication responsable ont été publiés. Sur les 122 entreprises interrogées, 106 ont répondu avoir déjà communiqué sur le thème du développement durable, soit 88% d’entre elles*. Par ailleurs, 84% ont développé de nouveaux produits ou services intégrant les enjeux du développement durable. Signe de la place de plus en plus importante que prend cette préoccupation au sein des sociétés : près des 3/4 des entreprises interrogées disposent aujourd’hui d’un service dédié au développement durable (contre 62% en 2009). Au fil des années, les campagnes et les stratégies s’affinent. Revue de détail.

Les entreprises soignent leur image
Les sociétés communiquent de plus en plus sur leur image et leurs valeurs : ainsi, 95% des entreprises interrogées ont lancé des actions de communication corporate ou institutionnelle en 2010. Sont particulièrement mis en avant les engagements environnementaux, devant les arguments sociaux et sociétaux. Viennent ensuite les campagnes mettant en avant les arguments ‘développement durable’ des produits ou services classiques (83%) et la mise en avant de produits ou services responsables (81%).

Le site internet : vecteur n°1 de la communication
Pour faire connaître leur démarche, les sociétés multiplient les canaux de diffusion. 97% des entreprises utilisent leur site internet comme relais de leur campagne de communication responsable, mais aussi l’Intranet (89%) et, dans une moindre mesure, les blogs et les réseaux sociaux (59%). Les supports numériques sont donc largement favorisés, de même que les actions de relations presse (95%) et de relations publiques (80%).

Le « greenwashing » fait peur
Qui dit développement de la communication, dit méfiance accrue des cibles de ces campagnes. Ainsi, 31% des entreprises craignent d’être taxées de « greenwashing » et 25% redoutent l’écolo-scepticisme que pourrait faire naître cette saturation d’information sur le développement durable.

pour plus d’information cliquez ici
eco-jonction janvier 2011

 

Gestion

 Comment réduire sa facture d’éclairage ?

Quand une entreprise décide de se lancer dans une démarche de développement durable, l’éclairage est rarement l’un des postes par lequel elle commence. Pourtant, dans certains secteurs, il peut représenter jusqu’à 50% de la facture d’électricité, comme pour les magasins ou les entrepôts. Voici quelques aménagements et gestes simples pour réduire votre consommation.

Sensibiliser le personnel de l’entreprise
La première source d’économie en éclairage est… le comportement humain ! Rappelez à l’ensemble du personnel quelques conseils de bon sens : si certains salariés commencent à travailler très tôt le matin, faites-leur penser à éteindre la lumière quand la lumière du jour devient suffisante. Installez des panneaux d’information dans l’entreprise pour inciter les équipes à prendre de bonnes habitudes en sortant des toilettes ou en partant le soir. Suggérez au dernier qui quitte les locaux de faire un tour des bureaux pour vérifier qu’aucune ampoule ne restera allumée jusqu’au lendemain.

Opter pour des lampes et ampoules basse consommation
L’achat des matériels d’éclairage représente en moyenne seulement 10% des coûts liés à l’éclairage, contre 90% de frais de consommation, d’entretien et de maintenance. Il est donc primordial de bien choisir ses équipements. Surtout quand on sait que selon le type de luminaire choisi, le différentiel de consommation peut représenter près de 50% d’augmentation sur la facture ! Préférez les ampoules et tubes fluocompacts (dits « basse consommation ») aux ampoules à incandescences, très gourmandes en énergie et bientôt appelées à disparaître.

Repensez et automatiser l’éclairage
Dans les lieux de passage ou les locaux peu fréquentés, installez des détecteurs de présence ou des minuteurs. L’installation de variateurs peut également permettre de faire varier l’intensité de la lumière pour compléter un éclairage naturel.
De manière générale, évitez le fonctionnement « Tout ou rien ». Si une même zone rassemble des métiers différents, ou des personnels avec des horaires de travail décalés, démultipliez les sources de lumière pour permettre de n’allumer qu’une partie de l’éclairage.
eco-jonction janvier 2011

 

Juridique

Nouvelles filières de collecte et de traitement des produits chimiques ménagers et des produits d’ameublement

L’article 198 de la loi portant engagement national pour l’environnement (Grenelle 2 – loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010) prévoit la création d’une nouvelle filière de collecte et de traitement des produits chimiques ménagers. L’objectif est d’éviter que les déchets comme les pots de peinture ne soient jetés avec les ordures ménagères, et de faire en sorte qu’ils soient plus systématiquement triés et traités dans une filière spécifique appropriée. Cette mesure, prise sur le modèle des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) correspond à la notion de responsabilité élargie du producteur.

La loi prévoit qu’à compter du 1er janvier 2011, toute personne physique ou morale qui fabrique, importe ou introduit sur le marché national des produits chimiques pouvant présenter un risque significatif pour la santé et l’environnement est tenue de prendre en charge, ou faire prendre en charge par des sociétés spécialisées, techniquement et financièrement la collecte et le traitement des déchets ménagers desdits produits (contenants et contenus). Ces produits doivent faire l’objet d’une signalétique appropriée afin d’éviter aux usagers de les faire collecter en mélange avec les déchets municipaux résiduels. A partir du 1er janvier 2011, tout émetteur sur le marché ne respectant pas cette obligation sera soumis à la taxe générale sur les activités polluantes.

Le dispositif n’est cependant pas encore entré en vigueur, étant donné que le décret nécessaire pour fixer les modalités de mise en œuvre du dispositif n’a pas encore été publié.

L’article 200 de la Grenelle 2 prévoit un dispositif équivalent pour les produits d’ameublement, mais son entrée en vigueur a été reportée à 2012 par la loi de finance pour 2011 (article 28).
acfci – eco-jonction janvier 2011

 

Formation

Mastère Spécialisé « Management Qualité Sécurité Environnement et Développement Durable »
Le Mastère Spécialisé « Management Qualité Sécurité Environnement et Développement Durable » proposé par MINES ParisTech (École des Mines de Paris) et Cegos ouvre sa  4ème promotion. Les responsables pédagogiques  répondront à toutes vos questions lors de la réunion d’information du jeudi 24 février à Paris. Cette formation permet d’acquérir des notions scientifiques et techniques fondamentales mais aussi des compétences managériales.
Renseignements et inscription :   Gessy Guerrier  gguerrier@cegos.fr
MINES Paris Tech / CEGOS     plus d’info cliquez ici 

 

 

Agenda

23 et 24 mars 2011   Salon PRODURABLE
CNIT,  Paris – la Défense
Développement durable et RSE : Nous avons tous à y gagner !
PRODURABLE, Le salon des Professionnels pour le Développement Durable et la RSE, 23 et 24 mars 2011, au CNIT, Paris-La-Défense (4ème édition). 2 jours de rencontres & débats pour faire du Développement Durable un véritable levier de création de valeur. Découvrez les meilleures pratiques, les solutions RSE, et les experts de l’économie durable.
www.produrable.com

 

29-31 mars 2011  Salon MCO
Paris-Porte de Versailles
MCO – Marques Cadeaux Objets, le salon du cadeau d’affaires, de l’incentive et des objets & textiles promotionnels vous donne rendez-vous du 29 au 31 mars prochains à Paris Porte de Versailles.
Vous souhaitez fidéliser vos clients, motiver vos équipes ou récompenser un collaborateur ? Sur MCO, venez trouver le cadeau qu’il vous faut et découvrir toutes les questions liées aux enjeux du développement durable.
www.salonmco.com

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici