avr 11

Eco-jonction : la newsletter verte des PME     n°18  avril  2011

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Chaque mois, Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité.

Brèves

Achats responsables en entreprise : un objectif secondaire

En 2011, comme en 2010, les critères RSE (responsabilité sociale et environnementale) ne seront pas une priorité pour les coordinateurs et directeurs des achats en entreprise. Trente-neuf pour cent d’entre eux ont des objectifs sur cette thématique, et 10% seulement toucheront des primes liées à ces objectifs, selon une étude menée par le cabinet de conseil Agile Buyer et l’association des anciens HEC auprès de 335 responsables des achats en entreprises. En période de crise, leurs priorités restent la réduction des coûts (pour 77% d’entre eux) et la gestion du risque fournisseur (66%). Malgré tout, la situation varie fortement selon les secteurs d’activité. Et les plus préoccupés par les problématiques de développement durable ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit : ainsi, la RSE est une priorité pour 91%des entreprises de construction (vraisemblablement poussées par la mise en place dela norme HQE). Le mauvais élève ? Le secteur de l’automobile, où la RSE n’intéresse que 16% des responsables des achats.
eco-jonction avril 2011

RSE : le gouvernement temporise

Après s’être engagé dans le cadre des discussions du Grenelle 2 à imposer aux entreprises de plus de 500 entreprises de publier un bilan annuel de développement durable dans le cadre de démarches de Responsabilité sociale des entreprises (RSE), le gouvernement vient de faire marche arrière, après plusieurs mois de lobbying de la part des associations patronales, Medef et AFEP (Association française des entreprises privées) en tête. Ainsi, seules les entreprises de 5000 salariés et plus seraient concernées à partir de 2011, celles de 500 salariés étant vraisemblablement épargnées au moins jusqu’à 2013. De leur côté, les associations de promotion du développement durable ont dénoncé ce recul, qui porte le nombre d’entreprises concernées par ce dispositif de 800 à moins de 300.
eco-jonction avril 2011

En entreprise, près de la moitié des ordinateurs restent allumés la nuit !

Selon une étude publiée par l’entreprise française AVOB (Alternative Vision Of Business) et se basant sur les comportements adoptés dans une cinquantaine de sociétés dans six pays, 40% des postes de travail en entreprise restent allumés la nuit et 26% le week-end. Ces derniers représentent à eux seuls 51% de la consommation électrique totale du parc. L’ étude examine également les habitudes des salariés lors d’ une journée de travail classique. Ainsi, presque 100% des PC restent allumés de façon continue entre 9h et 17h, alors que leur utilisation effective ne dépasse pas 65% de ce temps. Selon AVOB, une utilisation raisonnée des ordinateurs de travail pourrait permettre d’économiser 60% d’ énergie.
eco-jonction avril 2011

Un site pour mieux choisir son véhicule de transport

La Commission européenne vient de lancer le site Clean Vehicle Europe pour aider les particuliers et les entreprises à choisir un véhicule plus propre. Fournissant des informations sur les voitures, mais aussi les camionnettes, les camions et les autocars, cet outil donne des détails sur la performance écologique des différents véhicules du marché européen et chiffre leurs émissions polluantes (CO2, oxydes d’azote,
hydrocarbures, méthane). En définissant un kilométrage estimé pour la durée de vie du véhicule, il est également possible d’estimer son coût total de fonctionnement.
Plus d’informations sur www.cleanvehicle.eu
eco-jonction avril 2011

 

 Marketing

Les Français et la consommation responsable

Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, le cabinet ETHICITY, en partenariat avec l’ADEME, a présenté les résultats de l’étude annuelle « Les Français et la consommation durable », menée depuis 2004 afin de définir leurs attentes en matière de consommation durable. En 2011, les tendances observées les années précédentes se renforcent.

62% considèrent que les produits « Développement Durable » ne sont pas assez facilement/rapidement repérables. 60% seraient davantage convaincus d’acheter ces produits s’ils avaient des preuves concrètes de leur meilleure qualité. 51% associent la consommation durable à la fabrication locale.

La consommation des français deviendrait plus qualitative, avec la priorité au bien-être des siens et de soi. La dimension humaine se renforce, d’où l’importance du local et de la proximité. L’individu chercherait à consommer mieux, dans un objectif avant tout de santé. Le « consommer autrement » s’affirme : pour 45% des français, consommer responsable, c’est consommer autrement (+10 points par rapport à 2010), des produits plus « durables ». Les économies restent un levier essentiel au changement de comportement pour les français les moins sensibles au développement durable.

Le consommateur est à la recherche d’informations accessibles : les français souhaitent disposer d’une information claire et fiable qui leur permette de faire un choix éclairé lors de leurs actes d’achat : visible et simple, qui permet une meilleure traçabilité des produits. Ils veulent davantage de preuves de qualité, une meilleure traçabilité des produits.

Pour plus d’information : www.ethicity.net
acfci / eco-jonction avril 2011

 

 

Portrait

Un traiteur vert

Yves Sauvestre - Hébel Traiteur

Réduction des déchets et de la consommation d’énergie, éco-conduite, initiatives sociales : le traiteur nantais Hébel Traiteur s’est lancé depuis 2006 dans un processus global de développement durable. Une démarche exemplaire qui a su retenir l’attention : Hébel Traiteur vient en effet de décrocher le trophée Développement durable décerné par le ministère du Développement durable, devenant ainsi la première PME recompensée. Le point sur les actions passées et à venir avec Yves Sauvestre, le PDG d’Hébel Traiteur.

Comment vous êtes-vous lancé dans une démarche de développement durable ?
En 2006, la ville de Nantes a accueilli les 1res Assises du développement durable. A cette occasion, on nous a demandé de réaliser une prestation avec 100% de produits bio. Mais c’était une hérésie : à l’époque, le réseau du bio n’était pas en place, c’était impossible à mettre en œuvre, aussi bien sur un plan logistique que financier. Nous avons alors réfléchi à des actions que nous pourrions mettre en place dans une même optique.

Nous avons commencé par le plus simple : la réduction des déchets. Puis en 2007/2008, nous avons réalisé un bilan carbone. Celui-ci nous a permis de remettre en cause quelques idées reçues : nous pensions que nos fournisseurs étaient ceux qui représentaient l’impact environnemental le plus important dans nos processus ; mais c’était faux, c’était nous ! Nous avons alors embarqué nos huit plus gros fournisseurs dans notre démarche pour réduire notre impact environnemental avec pour objectif de ne plus jeter aucune cagette, de recycler systématiquement le polystyrène, etc. Et aujourd’hui, nous travaillons sur l’éco-conception de nos produits en réduisant les déchets générés par les contenants : nous fabriquons des supports mangeables ! 

Quel a été l’impact de ces actions ?
Je dis toujours qu’il est important de faire rimer « économie » et « écologie ». Cela devrait être à la base des démarches de RSE. Le respect de l’environnement n’est pas une contrainte, c’est un plus pour une entreprise ! Ainsi, grâce à nos efforts, nous avons économisé 14 000 € pour la gestion des déchets, 4 500 € sur une facture d’électricité qui s’élevait auparavant à 20 000 € et nous avons réduit l’utilisation du film palette de 60%.

Pour que la démarche soit incitative, nous traduisons toujours l’économie de CO2 réalisée en kilomètres parcourus au volant d’une petite voiture : ça parle à tout le monde et incite les équipes à s’investir pour réduire ces chiffres.

Quel a été l’accueil de vos clients vis-à-vis de cette démarche ?
Nous remportons souvent des marchés face à des prestataires de taille plus importante et plus compétitifs en termes de prix parce que la prise en compte de l’écologie devient de plus en plus un critère déterminant pour les entreprises dans le choix de leur fournisseur. Aujourd’hui, c’est vraiment un critère de différentiation pour nous. Mais j’espère que, bientôt, cela sera surtout une évidence pour tout le monde…

Quels sont vos projets pour l’année à venir ?
Nous nous concentrons sur l’aspect social de la RSE en travaillant sur la pénibilité du travail. Aujourd’hui, dresser une table représente 21 manipulations. Nous essayons de faire chuter ce nombre à 12. Par ailleurs, nous proposons à nos clients des bouteilles de vin avec des bouchons à vis plutôt qu’en liège. Pour des vins jeunes, le goût est le même et nous ne sommes pas obligés de mobiliser trois personnes pour ouvrir des bouteilles pendant tout le buffet.

Par ailleurs, nous sommes en train de mettre en place un potager de 1 900 mètres carrés devant l’entreprise, pour créer une AMAP pour les salariés. Nous installons également un poulailler. Ainsi, tous nos salariés pourront repartir avec leur panier tous les vendredis !
www.hebeltraiteur.fr
eco-jonction avril 2011

 

 

Dossier spécial papier

Le papier, mauvais élève du développement durable ? Pas si sûr…

Certains clichés ont la vie dure. Et quand il s’agit de papier, certains lieux communs marquent durablement les esprits. Mais quel est l’impact environnemental réel du papier ?

L’industrie papetière, responsable de la déforestation ?
Oubliez l’image des engins de chantier abattant des arbres par dizaines: dans la plupart des pays du monde, le bois utilisé par le secteur pour la production de papier provient de coupes d’entretien, permettant aux arbres les plus robustes d’avoir la place de se développer, et de sciure de bois issue de l’industrie du sciage. Contrairement aux idées reçues, la production de papier contribue même… à préserver les forêts et à augmenter leur superficie! Ainsi, la surface plantée en Europe a augmenté de 30% ces 50 dernières années (chiffres FAO). Attention cependant: toutes les forêts ne sont pas gérées de la même manière. En Russie, en Amérique du Sud, en Afrique ou en Indonésie par exemple, des coupes illégales sont toujours pratiquées et fragilisent les écosystèmes.
Dans l’Hexagone, près des 2/3 du papier ou de la pâte à papier utilisée par le secteur proviennent de forêts non françaises. Mais parmi ces importations, on estime que seule une infime partie du bois (moins de 2% – chiffres Ademe) peut être liée à la déforestation.

Quel papier choisir ?
La mise en place de plusieurs labels permet de s’y retrouver dans la jungle des marques. L’Ange Bleu et Cygne Nordique garantissent l’utilisation de fibres recyclées, de même que le label APUR (qui impose aux industriels de préciser sur le logo la teneur en fibres recyclées). L’Ecolabel européen et la certification PEFC assurent que les fibres sont recyclées ou proviennent de forêts gérées durablement. Les labels NAPM et Eugropa certifient des papiers produits avec plus de 75% de fibres récupérées. Quant au FSC, il est subdivisé en trois catégories (forêts gérées durablement, 100% recyclé et sources mixtes). Le WWF a comparé ces différentes certifications et leur a attribué une note de 1 à 5. On retrouve, en haut du podium (avec une note de quatre), les trois normes FSC mais aussi le label créé par le ministère allemand de l’Environnement, L’Ange Bleu. Les papiers qui associent ces labels à une certification annexe, comme la fleur européenne, Nordic Swan et NF Environnement, obtiennent, eux, la note maximale.
eco-jonction avril 2011

 

 

Gestion

Trois gestes pour mieux gérer le papier en entreprise

La consommation de papier représente 10 000 à 25 000 euros par an pour une entreprise… sans compter le coût environnemental ! Suivez nos conseils pour mieux maîtriser vos impressions.

 Bien sélectionner son papier
A choisir entre papier recyclé et classique, favorisez la première solution. La production d’une tonne de papier classique nécessite 4 tonnes de bois, quand une tonne de son équivalent recyclé ne requiert qu’1,1 tonne de fibres recyclées. Par ailleurs, son cycle de production a un impact sur l’environnement, en raison d’une consommation importante d’eau (pour extraire les fibres), d’énergie (pour sécher le papier) et de chlore (pour le blanchiment). En revanche, la fabrication de papier recyclé est plus économe en ressources… et ne nécessite pas de couper d’arbres !

Optimiser l’impression des pages web
Avez-vous vraiment besoin d’imprimer les publicités, les photos, les commentaires et le menu d’un site web quand vous imprimer un article déniché sur Internet ? Pour n’imprimer que ce qui vous intéresse, des services, comme Print What You Like (www.printwhatyoulike.com) ou Print Friendly (www.printfriendly.com), permettent de supprimer certains éléments ou de réorganiser l’information pour réduire le nombre de pages imprimées.

Opter pour un fax électronique
De nos jours, la grande majorité des sociétés possèdent toujours un fax et sont polluées par l’arrivée de spams sur leur machine. La solution ? Utiliser son ordinateur comme fax, ce qui permet, en outre, d’économiser une ligne téléphonique. Des services en ligne, comme eFax (www.efax.fr) ou Plenfax (www.plenfax.com), permettent d’envoyer des fax via Internet. Le principe ? Vous disposez d’un numéro de fax et recevez vos documents en PDF par e-mail. Et, quand vous souhaitez transmettre un fichier, il vous suffit de l’envoyer par mail ou directement à partir de n’importe quelle application, comme Word ou PowerPoint par exemple, via les options d’impression.
eco-jonction avril 2011


Etranger

Climat : les Anglais invités à faire des bulles de savon pour aider la recherche

L’office météorologique britannique, le Met Office, vient de lancer un curieux appel à la population, dans le cadre d’une étude nationale sur l’évolution du climat au Royaume-Uni : les Anglais sont ainsi invités à faire des bulles de savon et à observer leur envolée pour étudier la vitesse et la force du vent. Autres expériences : suivre les traînées d’avion (qui ont un impact sur le climat), une observation qui ne peut être réalisée que par un œil humain, ou encore transmettre ses impressions de chaleur ou de froid, pour permettre aux scientifiques d’étudier le ressenti des évolutions du climat sur la population.

Sur le site internet dédié à cette étude on ne peut plus sérieuse, il est possible de télécharger un pack comprenant des explications sur ce projet et les évolutions climatiques et un dossier permettant de prendre note de ses différentes observations. Une vidéo explique également comment bricoler à la maison son propre kit pour réaliser des bulles de savon.

« Le but de cette initiative et de créer et d’inspirer une nouvelle génération d’amoureux de la nature en donnant envie aux gens d’explorer, d’étudier et de protéger leur environnement », est-il expliqué sur le site. L’opération, de par son côté ludique, permet de sensibiliser la population à la problématique de l’évolution climatique. Les résultats collectés d’ici la fin du mois de juin viendront enrichir les recherches des scientifiques du Met Office et de la Royal Meteorological Society.

Plus d’informations sur le site de l’étude : http://www.opalexplorenature.org
eco-jonction avril 2011

 


Produits

Des conteneurs pour recycler… les CD

A l’occasion de la Semaine du développement durable, les mairies de Paris et du XIe arrondissement viennent d’installer 15 conteneurs éco-conçus (en bois issu de forêts gérées durablement), pouvant chacun recueillir 2 500 CD et DVD. Après la collecte, ces disques et leurs boîtiers seront transmis à une société, qui les transformera en cartes plastiques, bijoux et autres lampes. 90% d’un CD est en effet recyclable. L’expérimentation doit durer 6 mois… avant une généralisation ?
Les points de collecte : cliquez ici 

eco-jonction avril 2011

Un téléphone portable solaire

Le fabricant de téléphones mobiles « tout terrain » MTT vient de lancer un modèle fonctionnant à l’énergie solaire. Même lorsque l’appareil est totalement déchargé, il suffit de quelques minutes d’exposition au soleil pour être en mesure de passer un appel. Niveau fonctionnalités, en revanche, on est encore loin des performances des derniers modèles du marché, proposant la possibilité de faire de la vidéo ou de surfer sur Internet. Qu’à cela ne tienne : MTT travaille actuellement en partenariat avec la marque Umeox pour commercialiser le premier smartphone solaire au deuxième semestre 2011 !
Plus d’informations sur www.mobiletoutterrain.com et www.umeox.com
eco-jonction avril 2011

 

  

Une navette écolo pour voguer dans les calanques

Naviguer dans le Vieux Port et les calanques environnantes sans aucun rejet le CO2, bruit ou autre nuisance ? C’est désormais possible à bord du Green Calanques, un navire de 24 mètres propulsé par un moteur hybride à pile à combustible, alimenté
en hydrogène et en oxygène. Par ailleurs, des panneaux solaires ont été installés sur le toit pour alimenter les batteries et le bateau est équipé d’économiseurs d’eau.
Plus d’informations sur www.transdev.eu
eco-jonction avril 2011

 

 

 

Un programme de collecte et de recyclage de crayons et stylos

Le fabricant de stylos BIC et TerraCycle, entreprise spécialisée dans la collecte et la réutilisation de déchets non recyclables, viennent de lancer une opération de collecte et de recyclage de produits d’écriture. Il suffit de s’inscrire sur le site www.terracycle.fr pour lancer une collecte dans son entreprise. Le principe : vous rassemblez stylos à bille, feutres, porte-mines, correcteurs, marqueurs, surligneurs usagés (qu’ils soient de marque BIC ou non) puis les transmettez à TerraCycle qui leur transforme ensuite en… arrosoir, pot à crayons ou poubelle ! Mieux : pour chaque stylo transmis, TerraCycle fait un don de 2 centimes à une association caritative.
Plus d’informations sur www.terracycle.fr
eco-jonction avril 2011

 


A lire

Grenelle 2, impacts sur les activités économiques

Une équipe d’une trentaine de spécialistes, réunissant avocats, juristes et universitaires ont analysé les principales dispositions de la loi du 12 juillet 2010 (dite « loi Grenelle 2″) pour en mesurer l’impact et les incidences pour les entreprises et les collectivités locales. Urbanisme, construction, bail et copropriété, transports, énergie, climat, biodiversité, risques sanitaires, fiscalité : l’ouvrage aborde une large palette de thématiques et décrypte les 257 articles de la loi.
Ouvrage collectif, collection Lamy Axe droit, 232 pages, 45 €
eco-jonction avril 2011

 

 

Agenda

4 mai 2011     Formation : « Développement Durable – ISO 26000 – Responsabilité sociétale »
Lieu : Paris
Historique et Présentation de la Norme
Comment la mettre en place dans votre organisme
Evaluation des résultats
Contact :  www.tuvaconsultants.fr/Contacter.html
ou par mail : tuvaconsultants@gmail.com

 

19 mai 2011  Convention Assist Manager
Paris – Jardin d’Acclimatation
Vous êtes assistant(e), assistant(e) de direction et vous avez mis en place un projet Eco-responsable dans votre entreprise ? Participez au Prix Assist Manager ! Ce Prix a pour vocation de valoriser vos compétences dans la gestion de projet. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 avril 2011, jour de la Fête des secrétaires et assistantes. Les prix seront décernés le 19 mai 2011 lors de la 2éme édition de la Convention Assist Manager au Jardin d’Acclimatation de Paris. Le dossier de candidature et toutes les informations sont disponibles sur www.convention-assistmanager.fr

 

16 juin 2011     Salon Planète PME
Paris – Palais des Congrès
Le 16 juin prochain, Porte Maillot, pour sa 9ème édition, Planète PME sera résolument positive, pratique, ouverte sur le monde, le business et l’emploi pour donner aux PME de l’oxygène et de la confiance. Les objectifs de Planète PME sont simples : les chefs d’entreprise doivent repartir avec des solutions et des réponses, des contacts et des idées, des informations et des projets pour maintenir et développer leur activité.
Plus de 130 exposants et 200 intervenants et experts seront à leur service pour les accompagner dans la réalisation de leurs ambitions.
Infos et inscription cliquez ici
 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici