nov 09

Eco-jonction : la newsletter verte des PME       newsletter n°4  novembre 2009

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Chaque mois, Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité :
Comment faire des économies dans votre entreprise grâce aux idées vertes ?
Comment booster votre portefeuille client grâce à une nouvelle politique plus respectueuse de l’environnement ?
Avec Eco-jonction, tenez-vous informé des attentes des consommateurs, des sources de financements, des nouveaux règlements, des potentiels d’économies dans la gestion de vos ressources ou de vos  déchets. Découvrez de nouveaux produits, des services générés par le développement durable, mais aussi des témoignages d’entreprises qui ont su innover sur ce créneau porteur.
Grâce à la newsletter Eco-jonction, anticipez et saisissez de nouvelles opportunités de croissance.

 

Brèves

Une filière DEEE Pro testée en Rhône-Alpes

Depuis l’été dernier, une nouvelle filière DEEE Pro (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques), mise en place par l’éco-organisme Récylum  est testée en région Rhône-Alpes. Elle concerne les matériels électroniques de sécurité, d’éclairage et de régulation. Cette opération-pilote permet aux industriels et aux artisans de faire recycler gratuitement leurs équipements électriques usagés conformément à la réglementation DEEE. Récylum agit pour le compte de quatre syndicats de fabricants – le Syndicat de l’éclairage, Domergie, Gimes et Gisel – et mobilise 24 déchèteries ainsi qu’une dizaine d’installateurs électriciens répartis sur 5 départements. La filière devrait progressivement se déployer sur tout le territoire en 2010.
Pour en savoir  plus :   www.recylum.com

Outil ADERE : Auto Diagnostic Environnemental pour les Responsables d’Evénements

Plusieurs dizaines de milliers de manifestations événementielles, sportives et culturelles sont organisées chaque année en France, ce qui n’est pas sans effet sur l’environnement : production de déchets, consommation d’énergie, émissions de gaz à effet de serre, etc. Pour évaluer et limiter l’impact environnemental des différents postes des manifestations, le Collectif pour des événements responsables *  a conçu un outil d’Auto Diagnostic Environnemental pour les Responsables d’Evénements (ADERE). Il suffit de s’inscrire sur le site, puis de remplir un questionnaire. Les résultats peuvent être sauvegardés en ligne.
Accédez à l’outil ADERE :   www.evenementresponsable.fr
*Collectif composé de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) , de l’ANAé (Association des agences de Communication Evénementielle), de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, de l’association Méduli Nature, de l’association Mountain Riders et de l’UFOLEP (L’Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Physique)

Bureau éco-responsable

Pour aider les entreprises à mettre en place une gestion environnementale de leurs activités de bureau, l’ADEME ,en partenariat avec le MEDEF, a conçu le Guide du bureau éco-responsable.
Sous forme de CD-ROM, il permet entre autre d’évaluer la situation environnementale de l’entreprise (énergie, transport, déchets, papier, achats, …). et d’élaborer un programme d’actions à partir de solutions éprouvées. Le guide coûte 80 euros HT (plus les frais d’expédition) et comporte en outre un kit de sensibilisation interne prêt à l’emploi.
Pour en savoir plus :   www.bureau-ecoresponsable.com/le-guide-du-bureau

 

Marketing 
 
EnVol – Engagement volontaire de l’entreprise pour l’environnement

Aujourd’hui, faire reconnaître sa démarche environnementale n’est pas toujours simple pour une petite entreprise ; entre la norme ISO 14001 jugée parfois trop complexe ou les marques professionnelles souvent peu reconnues, le chef d’entreprise a du mal à s’y retrouver.

C’est pourquoi l’ADEME, l’ACFCI (Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie), l’APCM (Assemblée permanente des chambres de métiers), et d’autres partenaires, ont décidé en mai dernier d’expérimenter une nouvelle marque multi-sectorielle destinées aux PME/PMI et aux entreprises artisanales* : EnVol – Engagement volontaire de l’entreprise pour l’environnement. Cette démarche s’appuie sur le 1er niveau du référentiel Afnor FD X30-205 (management environnemental par étapes).

Au 1er novembre, 22 entreprises ont déjà obtenu le diplôme EnVol, 45 autres se sont inscrites au programme, et de nombreuses autres enfin s’y préparent activement. Au final, les 100 premières entreprises volontaires qui auront déposé leur dossier de candidature avant le 31 mars 2010, pourront bénéficier gratuitement de la marque.

Pour participer à cette opération, vous pouvez contacter le conseiller environnement de votre chambre de commerce et d’industrie ou de votre chambre de métiers et de l’artisanat.

Pour plus d’informations : www.envol-entreprise.fr   /   mailto:contact@envol-entreprise.fr 

* Peuvent participer les PME au sens européen du terme, quelle que soit leur secteur d’activité (industrie, commerce, artisanat…)

 

Gestion

La taxe carbone en détail

La taxe carbone entre en vigueur le 1er janvier 2010. Elle met en œuvre des outils pour lutter contre le réchauffement climatique et concernera bien évidemment les TPE-PME.

Quel est le but de la taxe carbone ?
La taxe carbone va permettre à la France de réduire et de maîtriser ses émissions de CO2. Le CO2, qui est un gaz polluant, est responsable de l’effet de serre et donc du réchauffement climatique. Agir est impératif car, selon les spécialistes, la température moyenne sur terre a augmenté de 0,74 degré au cours du siècle écoulé. Et si rien n’est fait, on s’attend à ce que la température continue d’augmenter de 1,4 à 5,8 degré d’ici l’an 2100… Avec toutes les conséquences que cela pourra avoir : montée des eaux,  sécheresse, etc.  La logique retenue pour la taxe carbone est celle du « pollueur-payeur ».

Sur quels produits porte cette taxe ?
La taxe s’applique aux énergies fossiles qui émettent du CO2 : pétrole, gaz, charbon, GPL. Pour chaque énergie, elle sera calculée en fonction de leur contenu en carbone. L’électricité est exclue car elle issue en France à 80% du nucléaire et, de plus en plus, des énergies renouvelables. Quant à la part d’électricité produite par les centrales thermiques, celle-ci est déjà incluse dans le système européen de quotas de CO2. 

Quel est le montant de la taxe ?
La taxe carbone sera calculée sur la base de 17 euros la tonne de CO2 émise, ce qui correspond au prix moyen du CO2 observé sur le marché des droits d’émission depuis sa création en février 2008. La taxe carbone représentera environ 4,5 centimes par litre de fioul et de gasoil, 4 centimes par litre d’essence et environ 0,4 centimes par KWh de gaz. Le montant de la taxe devrait progresser au cours des prochaines années.

Qui paiera la taxe carbone ?
Les entreprises, comme les ménages et les collectivités locales, seront ainsi soumises à la taxe carbone, avec des effets plus ou moins importants selon le secteur d’activité. Seuls les grands groupes seront exonérés de cette taxe, étant déjà soumis au système européen des quotas d’émission.

 

Finance

Le crédit Recherche

Mesure fiscale créée en 1983, et plusieurs fois modifiée depuis, le crédit d’impôt recherche a pour but de baisser pour les entreprises industrielles, commerciales ou agricoles le coût des opérations de recherche-développement. Cette mesure s’applique aussi à la recherche dans le développement durable.

Depuis le 1er janvier 2008, le crédit impôt recherche consiste en un crédit d’impôt de 30 % des dépenses de R&D jusqu’à 100 millions d’euros et 5% au-delà de ce montant. Les entreprises entrant pour la première fois dans le dispositif bénéficient d’un taux de 50 % la première année puis de 40 % la deuxième année. 
Ce crédit d’impôt concerne de nombreuses dépenses comme  les dotations aux amortissements des biens affectés à des opérations de R&D, les dépenses de personnel concernant les chercheurs et techniciens, les dépenses de R&D confiées à des organismes agréés par le ministère de la Recherche, les frais de dépôt et de maintenance des brevets, etc.
Pour être assuré de la prise en compte des dépenses, il est conseillé de déposer une demande d’avis préalable à votre Direction des services fiscaux ou de présenter une demande auprès de l’ANR (Agence nationale de la recherche), d’OSEO ou du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, représenté dans les régions par les DRRT (délégués régionaux à la recherche et à la technologie) .
Les conditions de remboursement du crédit d’impôt ont été assouplies cette année pour améliorer la trésorerie et soutenir l’investissement des entreprises. L’administration fiscale s’est ainsi engagée au remboursement anticipé du crédit d’impôt recherche. Et si vous venez de créer votre entreprise, vous pouvez  peut être bénéficier, sous conditions, de la restitution immédiate du crédit d’impôt.

Pour en savoir plus et télécharger les formulaires de crédit d’impôt : www.impot.gouv.fr

 

Nos voisins se mettent au vert 

Clorox voit la vie en vert

Clorox a annoncé au début du mois un bénéfice en forte hausse. Le groupe américain, réputé jusqu’à present pour l’efficacité de ses détergents « chimiques », bénéficie notamment du succès de sa gamme de produits d’entretien « écologique » Green Works. Lancés il y a quelques mois le détergent multi-usage, les produits de nettoyage pour toilettes, fenêtres, et vaisselle, sont devenus leader des nettoyants « verts », entrainant dans leurs sillages l’ensemble du marché, au détriment des détergents « traditionnels ». Autre belle réussite  du groupe aux Etats Unis, Brita, les carafes et filtre pour eau, dont les ventes ont cru de près de  30% cette année. Deux preuves supplémentaires de la forte demande des consommateurs concernant les produits estampillés développement durable.

 

Portrait d’entreprise

Nigay : performance et développement durable

Nigay S.A est le leader européen des caramels aromatiques, des caramels colorants et des caramels spécialités. L’entreprise est implantée sur le site de Feurs dans la Loire et emploie 80 salariés pour un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros. Depuis une quinzaine d’années elle a relevé le pari de la qualité et du développement durable sous l’impulsion d’Henri Nigay, le Président du directoire et de son frère Yves, le Directeur Général. Avec succès.

Eco-Jonction : Comment est né votre intérêt pour le développement durable ?
Henri Nigay : Cet intérêt est en quelque sorte dans nos gênes. Notre grand père, qui dirigeait également Nigay, a été l’un des membres fondateurs en 1951 de l’Association des entreprises du bassin Loire-Supérieure-Auvergne pour la prévention des pollutions industrielles et la Protection de l’Environnement (ALSAPE). Notre père en a ensuite été le trésorier, tout comme moi. Mais notre prise de conscience la plus importante remonte aux années  1995-1996. Nous nous sommes alors aperçus que nous n’étions pas en conformité avec la réglementation ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement). Nous avons alors été accompagné par la Chambre de Commerce et d’Industrie pour nous mettre en conformité et avons également dans la foulée décidé de passer la certification ISO 14000. Une démarche récompensée par le diplôme du Mérite Environnemental, décerné par la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA).

L’Association Régionale pour l’Amélioration de la Compétitivité par la Qualité (ARACQ), une association dont vous êtes le Président, a également joué un rôle important ?
Oui tout à fait. En partant de la question de la qualité nous avons participé à de nombreuses actions collectives de sensibilisation, autour notamment de Christian Brodhag, professeur à l’Ecole des Mines de Saint Etienne et ancien Délégué interministériel au Développement Durable. La qualité a réellement été au cœur de notre réflexion et nous a permis de prendre conscience de ce qu’est le développement durable, que certains prenaient pour un effet de mode. Pour nous c’est le « ciment » qui nous permet d’assembler des « briques » qualiticiennes (ISO 9000, 9001, 9004), une « brique environnement » (ISO 14000), un engagement sociétal (ISO 26000), plus une éthique et des valeurs importantes à nos yeux. Nous avons traduit tout cela, pour nos salariés, à travers une charte qualité, une consacrée à l’environnement, une autre à la sécurité des personnes et des biens et une pour la sécurité alimentaire. Toutes ces chartes sont « coiffées » par une charte DD qui donne de l’unité à l’ensemble de notre système de management. Nous avons également développé des actions de mécénat. Nous sponsorisons, par exemple, le club de foot local, la Croix Rouge, les Restos du cœur et d’autres.

Au-delà de ces chartes, avez-vous mis en place d’autres opérations pour sensibiliser vos salariés ?
Nous organisons deux réunions par an avec le personnel sur la qualité, ainsi qu’une sortie sur des sites protégés pour prendre conscience qu’au bout de nos tuyaux, et de la station d’épuration, il y a la nature et la Loire. Nous mettons également sur pied des rencontres avec des associations impliquées dans des projets de développement durable, par exemple au Maroc.

Au niveau technique, avez-vous du faire des investissements importants ?
Bien sûr. Nos avons ainsi construit un nouvel atelier de fabrication de caramel. Nous avons repensé la tuyauterie  avec un système de  raclage des tuyaux pour ainsi limiter les pertes de caramel. Nous avons également optimisé la consommation d’eau, d’énergie. On a, par exemple, mis en place la récupération de l’énergie, dégagée sous forme de vapeur, lorsque le sucre est porté à hautes températures. Pour traiter les rejets industriels, nous avons en outre un bassin de prétraitement, situé en amont de la station d’épuration locale. Et nous avons de nouveaux projets en tête.

Pensez-vous que la prise en compte de l’environnement soit compatible avec la performance financière et économique ?
C’est une évidence. Il y a un réel retour sur investissement : on économise de l’énergie, des ressources, on rationalise les process, on minimise le gaspillage, etc. Pour certaines actions, comme le mécénat, l’amélioration du cadre de vie ou le social, c’est à plus long terme mais c’est tout aussi important. Tout cela nous permet de rassembler l’ensemble de l’entreprise autour d’un projet commun et de valeurs universelles, fédératrices, qui donnent du sens au travail.

 

Produits / Services

Nouvelle gamme Atlanta Green

Atlanta Office Products a lancé une nouvelle gamme d’accessoires de bureau, respectueuse de l’environnement : Atlanta Green. Elle propose différents produits : classeur à levier, corbeille à courrier, bloc cubes, porte-revues, module de classement, classeurs, serre-livres, pochettes coins, pochettes perforées et pochettes CD.
Tous les produits sont recyclables et/ou biodégradables à 100% et la plupart des produits sont fabriqués à partir de matériaux recyclés ou de ressources renouvelables (carton kraft, PBS, PLA, Ecoflex, bois de pin certifié FSC…) ; il n’y a donc aucun gaspillage et les émissions de CO2 sont réduites au minimum. Les produits, fabriqués en Europe, ont de plus un aspect naturel, couleur bois.
Pour en savoir plus : cliquez ici  

Un  2eme mobile eco-reponsable pour Bouygues Télécom

Après le succès du Nokia 3110 Evolve, Bouygues Télécom poursuit sur sa lancée et accueille dans sa gamme pro un deuxième mobile éco-responsable : le  Samsung E200 Eco. Ce mobile, plus respectueux de l’environnement,  est conçu en plastique bio – c’est-à-dire fabriqué avec de l’amidon de maïs-  avec des soudures sans plomb, et est emballé avec des matériaux recyclés. Ce qui ne l’empêche pas de peser moins de 100 g, d’intégrer le Bluetooth® 2.0 ou de surfer en haut débit. Côté multimédia, il sait prendre des photos, diffuser des morceaux MP3 ou la radio. Il est proposé avec un chargeur solaire universel. Les tarifs d’abonnement débutent à 12.75 € HT/mois

 

Formation

Règlementation environnementale
Comprendre et analyser les législations environnementales.
Identifier les responsabilités des différents acteurs.
Gérer l’étiquetage, le stockage et le transport des substances dangeureuses.
DYNERGIE   session sur demande   plus d’info cliquez ici

De l’éco-industrialisation à l’éco-production
Comprendre les enjeux du développement durable pour l’entreprise
Intégrer les aspects appropriés du développement durable dans un projet industriel
CESI     à partir du 23 novembre 2009   plus d’info cliquez ici

Faire un audit déchet
Faire le point sur l’actualité réglementaire en matière de déchets ; analyser la méthodologie pour réaliser un audit déchets
DEMOS   26 – 27 novembre   plus d’info cliquez ici 

Votre projet Développement Durable
Comprendre les enjeux du développement durable pour l’entreprise
Faire du développement durable, un projet d’entreprise
CESI    à partir du 30 novembre 2009   plus d’info cliquez ici

Adapter sa pratique Achats aux exigences du Développement Durable
Connaître les critères de l’achat durable ; élaborer les outils et méthodes d’évaluation du développement durable
DEMOS  10 – 11 décembre  plus d’info cliquez ici

Le Développement Durable : une stratégie gagnante
Cette formation vous aidera à repérer les enjeux majeurs du Développement Durable et leurs impacts pour votre entreprise, à identifier les solutions et la façon de les mettre en œuvre.
CEGOS   10 –11 décembre   plus d’info cliquez ici

 

Agenda

1-4 décembre 2009
Paris-Nord Villepinte
Salon BUY & CARE
Les solutions concrètes pour des achats plus responsables. Salon professionnel organisé en partenariat avec l’Ademe, les Eco-maires, la CDAF et de nombreux autres partenaires. plus d’info cliquez ici 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici