newsletter février 2012

Eco-jonction : la newsletter verte des PME       n°26        février 2012

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité.

 

Brèves

La semaine du développement durable fête ses dix ans

Du 1er au 7 avril aura lieu la 10e édition de la semaine du développement durable. Affichage environnemental, écolabels, étiquetage sur les polluants : à l’occasion de cet anniversaire, le ministère du développement durable a décidé de mettre l’accent sur l’information environnementale. Les entreprises sont une nouvelle fois invitées à prendre part à la fête en mettant en place des événements spéciaux. Pour participer à cette édition, vous devez vous inscrire sur le site de l’événement avant le 22 mars. Votre manifestation devra être organisée pendant la semaine du développement durable, ne pas avoir un caractère lucratif et avoir pour objectif de promouvoir le développement durable.
eco-jonction février 2012

 

Avez-vous déclaré vos tonnages d’imprimés ?

Toute entreprise qui émet plus de cinq tonnes d’imprimés papier par an doit faire connaître ses tonnages avant le 29 février dans le cadre de la déclaration EcoFolio pour l’année 2012. Sont considérés comme “imprimés” tous les courriers de gestion, enveloppes vierges ou personnalisées, papiers à copier, publipostages, catalogues, plaquettes commerciales, prospectus, formulaires administratifs, éditions d’entreprises, annuaires… L’éco-contribution est fixée à 39 euros HT par tonne. Ce montant devra être acquitté avant le 30 avril. Reversée aux collectivités locales, cette taxe permet de participer au recyclage de ces supports. La déclaration doit être réalisée à l’adresse suivante : https://amont.ecofolio.fr
Plus d’informations sur le site d’EcoFolio : www.ecofolio.fr
eco-jonction février 2012

 

Une nouvelle étiquette pour un air plus sain

Nous sommes exposés, sans toujours le savoir, à de nombreuses sources de pollution de l’air à l’intérieur des bâtiments : produits de construction et de décoration, d’entretien, de bricolage, aérosols, moisissures, acariens, revêtements de sols, produits cosmétiques, bougies parfumées… Pour permettre aux consommateurs d’y voir plus clair, les fabricants doivent afficher depuis le 1er janvier 2012 les niveaux d’émission en polluants volatils de tous les nouveaux produits de construction et de décoration. Suivant le même principe que l’étiquette énergie, cette notation s’étend de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions). A terme, plusieurs milliers de références – peintures, papiers peints, parquets, moquettes, vernis, colles, adhésifs… – seront étiquetées.
eco-jonction février 2012

 

Les bâtiments verts ont la côte

Les immeubles “verts” se louent plus vite et plus chers que des bâtiments équivalents non verts. Telles sont les conclusions du premier indicateur IPD de l’immobilier vert en France, produit en partenariat avec Certivéa et parrainé par CBRE et basé sur l’analyse comparative de 40 immeubles verts et 2 995 immeubles non verts pour l’année 2010. Ainsi, les immeubles labellisés HQE, Leed, Breeam ou BBC se remplissent trois plus vite que des bâtiments non verts haut de gamme. De même, les nouveaux baux signés en 2010 ont atteint un montant de 418 €/m² pour les immeubles verts, un chiffre supérieur à la moyenne des baux des immeubles non verts haut de gamme (348 €/m²).
eco-jonction février 2012

 

Marketing

“Eco-cycology”, “recommerce” et “flawsome”, tendances vertes de 2012

En 2012, les consommateurs se verront dérouler le tapis rouge par les marques, seront toujours plus avides de bonnes affaires et utiliseront le web et les applications mobiles pour avoir des conseils santé. Mais ils seront aussi plus attentifs aux engagements éthiques et environnementaux des marques, au recyclage et aux échanges via des sites de revente, trois tendances écologiques pointées par la société spécialisée dans l’étude de tendances de consommation Trend Watching. Dans son rapport, “Les 12 tendances de consommation incontournables pour l’année 2012”, elle pointe ainsi les valeurs écologiques de “recommerce”, “flawsome” et “eco-cyclology”.

Que se cache-t-il derrière ces anglicismes barbares ? Alors que les consommateurs se montrent de plus en plus méfiants vis-à-vis des comportements des entreprises, ils préféreront les récits de sociétés qui ont une vraie éthique et disent la vérité. Ils n’attendent pas des marques qu’elles soient sans failles. Bien au contraire. Ils s’enthousiasmeront ainsi pour les marques “flawsome” (avec des failles) et favorisent un discours humain. En 2012, l’échange (“recommerce”) sera également une forme d’achat de plus en plus importante. Certaines marques l’ont bien compris et surfent sur cette tendance. Ainsi, le site de vente en ligne Amazon a lancé en août 2011 une application mobile qui permet aux étudiants de scanner les codes-barres de livres, de DVDs, de jeux ou d’autres appareils électroniques qu’ils possèdent et de voir leur prix de rachat. Si celui-ci est accepté, une étiquette est générée pour le transport avec un bon de réduction sous forme de bon cadeau Amazon. Enfin, l’”eco-cycology” désigne la démarche pour une marque visant à recycler ses anciens produits en les reprenant aux consommateurs. Les bénéfices sont multiples pour l’entreprise : elle réduit ainsi l’impact de ses produits, sa consommation de matières premières et valorise son image écologique auprès de ses clients !
eco-jonction février 2012

 

Portrait

UPM mise sur le développement durable

Entreprise d’origine finlandaise produisant des produits forestiers, et notamment du papier, UPM a fait du développement durable l’un de ses axes de développement. Modes de transport alternatifs, préservation des forêts et de la biodiversité : UPM s’engage sur tous les fronts. Le point sur cette démarche avec Daniel Bozonnet, expert environnement d’UPM en France.

> Pourquoi UPM a décidé de s’impliquer dans une démarche de développement durable ?

Daniel Bozonnet UPM

Il s’agit d’une démarche ancienne orientée par le fait qu’UPM est propriétaire de forêts. L’histoire de l’entreprise est liée à la forêt qui nous apporte la matière première nécessaire à notre production de planches, de poutres et de papier par exemple. La gestion d’une forêt se fait sur le long terme : celui qui plante des arbres n’est pas celui qui va les couper car le processus est long, notamment en Finlande où le temps est froid et où la pousse est donc très longue. Cette réflexion que l’entreprise doit mener sur les écosystèmes et l’origine finlandaise du groupe (un pays particulièrement attaché à ces valeurs) nous ont rendu plus sensibles à l’environnement.

> Quelles actions avez-vous entreprises ?

Nos objectifs sont axés sur cinq thématiques : la production de produits recyclables, l’impact sur le climat, la gestion de l’eau, des forêts et des déchets. Du point de vue énergétique par exemple, nous développons des chaudières à biomasse où nous utilisons nos résidus de bois, de pâte à papier, de boues d’épuration. Sur le plan logistique, nous privilégions le transport par bateau ou en train. Les camions viennent en relais pour parcourir les 100 derniers kilomètres. Quant à nos forêts, elles sont aujourd’hui toutes certifiées PEFC et/ou FSC. Par ailleurs, dans certaines forêts, comme en Angleterre ou en Uruguay, nous menons des projets sur la biodiversité. Concernant les déchets que nous générons, ils doivent être repensés pour être utilisés à nouveau comme matière première. Ainsi, les cendres peuvent être utilisées en terrassement de route. Nous venons également de lancer une usine en Finlande qui utilise un sous-produit de pâte à papier comme base pour faire du biodiesel. Le but est de produire 100 000 tonnes de biodiesel par an, ce qui correspondra au quart des besoins en biodiesel de la Finlande. Quant à l’eau, nous avons repensé nos process, ce qui nous a permis de diviser par deux notre consommation. Aujourd’hui, nous étendons cette approche sur “l’empreinte eau” à nos fournisseurs pour avoir une vision plus globale de notre impact.

> Comment se traduit cet engagement en France ?

Nous avons mené des actions pour mettre en place des transports alternatifs au camion. Nous avons notamment mis en place une barge fluviale pour transporter des conteneurs de papier recyclé de Paris vers notre usine de Chapelle Darblay près de Rouen. Celle-ci repart ensuite vers Paris avec des bobines de papier destinées aux imprimeries. On estime que la mise en place de ce système nous a permis de remplacer 5 000 camions par an en France. Nous avons depuis étendu ce système à d’autres entreprises du groupe pour utiliser encore davantage le transport fluvial.

> Toutes ces démarches sont-elles rentables pour UPM ou est-ce un investissement sur l’avenir ?

Ces démarches sont importantes en termes d’image pour notre entreprise, qui a toujours voulu se positionner comme un précurseur en matière de développement durable. Nous voulons développer des méthodes de travail qui nous permettront d’être toujours performants dans 5 ou 10 ans. C’est pourquoi nous acceptons de faire des investissements qui ne sont pas forcément rentables immédiatement pour aller dans cette direction de gestion durable. Pour le transport fluvial par exemple, cela a représenté un investissement important les premières années et nous arrivons juste à l’équilibre financier en mutualisant maintenant ces moyens pour en faire profiter d’autres sociétés. En revanche, pour tout ce qui concerne l’énergie, par exemple la mise en place de chaudières à biomasse, il s’agit d’investissements qui ont été rentabilisés quasiment immédiatement.
www.upm.com/fr
eco-jonction février 2012

 

Etranger

Des potagers sur les toits des immeubles

Construire des fermes sur les toits des immeubles ? A première vue, l’idée peut sembler saugrenue. Mais après moins d’une année d’activité, le pari est réussi : l’entreprise québécoise Les Fermes Lufa livre aujourd’hui des paniers garnis à 800 abonnés et nourrit près de 2 000 personnes dans l’agglomération de la ville de Montréal.

A l’heure où les surfaces agricoles cultivables se font de plus en plus rares dans de nombreuses régions, Mohamed Hage, le fondateur des Fermes Lufa, a jeté un pavé dans la mare en construisant la première serre commerciale sur toit au monde en 2010 à Montréal. Depuis, plus de vingt-cinq variétés de légumes y sont cultivés toute l’année et permettent de livrer chaque semaine des paniers fraîcheur garnis de légumes et d’herbes aromatiques aux quatre coins de la ville.

Loin d’être un concept urbain à la mode suplémentaire, Les Fermes Lufa offrent une réponse concrète à de nombreuses problématiques environnementales. Le système est gagnant/gagnant pour l’immeuble accueillant la serre et la société qui l’exploite. En effet, la serre offre une protection thermique aux locaux sur lesquels elle est installée et permet de réduire la déperdition de chaleur en Hiver et l’accumulation de chaleur en été ; à l’inverse, l’immeuble aide à réguler la température de la serre, qui nécessite moins d’ajustements thermiques. Par ailleurs, l’entreprise a développé un procédé diminuant de moitié l’énergie nécessaire à la pousse de ces légumes cultivés sans pesticides ni OGM. Autre avantage : le circuit de distribution est réduit au minimum. Les légumes cueillis le matin sont livrés dès l’après-midi dans des points de livraison, où les particuliers peuvent récupérer directement leur panier.

Un an après le lancement de cette première ferme urbaine de près de 3 000 m2, le concept a convaincu. Une deuxième serre, de près de 10 000 m2, devrait être construite sur un toit des environs de Montréal, permettant de servir près de 5 000 clients (particuliers, restaurants, hôtels). Et les demandes d’implantations et d’informations affluent des quatre coins du monde !
eco-jonction février 2012

 

Juridique

Grenelle de l’environnement : publication du décret sur la publicité extérieure, les enseignes et les préenseignes

Le décret n° 2012-118 du 30 janvier 2012, pris en application de la loi Grenelle 2, fixe les prescriptions applicables à la publicité extérieure, aux enseignes et préenseignes. Il réécrit et renumérote le chapitre Ier du titre VII du code de l’environnement (partie réglementaire).

Plusieurs dispositifs publicitaires sont désormais soumis à autorisation : les bâches de chantier, les bâches publicitaires et les dispositifs de dimension exceptionnelle liés à des manifestations temporaires. De plus, doivent désormais faire l’objet d’une déclaration préalable du maire l’installation d’une publicité sur l’emprise d’un aéroport ou le remplacement et la modification des bâches publicitaires.

Les limitations de dispositifs publicitaires sont fonction de la taille des villes, en particulier sont distinguées les agglomérations de moins ou plus de 10 000 habitants ne faisant pas partie d’une unité urbaine de plus de 100 000 habitants.

C’est notamment le cas de la publicité lumineuse qui est interdite à l’intérieur des agglomérations de moins de 10 000 habitants ne faisant pas partie d’une unité urbaine de plus de 100 000 habitants, mais qui est autorisée dans les agglomérations de plus de 10 000 habitants, dans celles de moins de 10 000 mais faisant partie d’une unité urbaine de plus de 100 000 habitants, dans les emprises des aéroports et des gares ferroviaires situés hors agglomération.

Des règlements locaux de publicité doivent remplacer progressivement les zones de publicité autorisée, élargie ou restreinte et la réglementation particulière résultant de l’approbation d’arrêtés municipaux. Ils peuvent fixer des règles plus restrictives que celles prévues par la réglementation nationale, notamment en ce qui concerne les publicités et enseignes lumineuses.

Echéance : Application à compter du 1er juillet 2012.
ACFCI – eco-jonction février 2012

 

Produits / Services

Une écovisite de Paris

Savez-vous où se situe le premier immeuble de bureaux au monde éclairé exclusivement par des Leds ? Comment Paris participe à la sauvegarde des abeilles ? Combien d’arbres compte Paris, capitale la plus boisée d’Europe ? La société Ecovisit permet de découvrir Paris sous un nouveau jour en offrant des visites commentées mettant en lumière les initiatives écologiques menées dans la ville. Pour pousser le concept jusqu’au bout, le visite se fait à bord d’un véhicule hybride ! Par ailleurs, la compagnie propose un service de location de voitures hybrides avec chauffeur et tous les derniers titres de la presse écologique fournis.
Plus d’informations sur le site d’Ecovisit : www.ecovisitparis.com
eco-jonction février 2012

 

 

Des stylos encore plus verts

Le stylo-feutre à pointe large Stabilo GreenPoint vient d’améliorer son niveau de certification “Cradle to cradle” de “basic” à “silver”, devenant ainsi le premier stylo à obtenir cette reconnaissance. Ce label, qui reconnaît des produits qui s’efforcent d’être écologiquement neutre, vient récompenser le travail réalisé pour produire ce stylo fabriqué à 98% à partir de plastique recyclé (seule l’encre n’est pas recyclée). Ce feutre est également exemplaire du point de vue de sa durée de vie, équivalente à 700 mètres d’écriture.
www.stabilo.com/pages-fr/
eco-jonction février 2012

 

 

Un outil pour donner une seconde vie aux ordinateurs

De nombreuses entreprises préfèrent faire recycler leurs ordinateurs plutôt que de leur donner une seconde vie en les offrant à des associations ou en les revendant, de peur de laisser s’échapper des informations confidentielles. Pour palier cette situation, la marque Fujitsu vient d’ajouter la fonction EraseDisk sur plusieurs modèles de ses PC Esprimo, de ses ordinateurs portables Lifebook et de ses stations de travail Celsius. Cette option permet de supprimer définitivement les données stockées sur le disque dur. En cas d’audit, EraseDisk assure la conformité du processus en fournissant un rapport de vérification qui prouve que les données ont bien été supprimées et sont irrécupérables.
www.fujitsu.com/fr/products/
eco-jonction février 2012

 

 

Une gamme de papiers moins grammés pour préserver l’environnement

“Faire plus avec moins” : l’idée est toute simple, offrir un papier moins grammé (75 grammes) pour une utilisation de tous les jours pour réduire notre consommation de papier. Certifiée Ecolabel européen et FSC, la nouvelle gamme de papier Pioneer Fresh Inspiration 75g/m2, loin d’être destinée à un usage de brouillon, a été conçue dan une optique haut de gamme et offre des qualités d’impression équivalentes à des gammes plus grammées.
www.pioneer-paper.com/fr/produits-pioneer/75g/
eco-jonction février 2012

 

 

Agenda

mars 2012       réunion d’information pour le Mastère Spécialisé « Management Qualité Sécurité Environnement et Développement Durable »
Le Mastère Spécialisé « Management Qualité Sécurité Environnement et Développement Durable » proposé par MINES ParisTech (École des Mines de Paris) et Cegos ouvre sa 5ème promotion en avril 2012. Ce cursus permet d’acquérir l’expertise indispensable pour construire, animer et déployer une démarche QSE-DD dans toute l’entreprise. Les responsables pédagogiques répondront à toutes vos questions lors de la réunion d’information en mars 2012 à Paris.
Renseignements et inscription :   Fanny Armelin  01 55 00 99 11   farmelin@cegos.fr
plus d’info cliquez ici

 

27-29 mars 2012   Salon MCO
Paris – Porte de Versailles
En 2012, MCO Marques Cadeaux Objets se tourne vers de nouvelles perspectives !
Venez vivre une véritable expérience shopping les 27, 28 & 29 mars prochains.
Objet et textile publicitaire, Cadeaux d’affaires, Incentive ou Prime : venez trouver le cadeau idéal pour conquérir de nouveaux clients ou fidéliser vos collaborateurs.
Infos et commande de badge sur www.salonmco.com

 

28 et 29 mars 2012   Salon PRODURABLE
Paris – Palais des Congrès
PRODURABLE, Le salon des Professionnels pour le Développement Durable et la RSE, 28 et 29 mars 2012, (5ème édition) au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris.
Les meilleures pratiques, les solutions RSE, et les experts de l’économie durable sont réunis pour une mise en œuvre concrète et généralisé, pour tous les acteurs (de la TPE au Grand Compte) et dans tous les métiers (Secteur Privé / Public). 2 jours de rencontres & débats pour faire du Développement Durable un véritable levier de création de valeur.
- intégrer les enjeux du développement durable et de la RSE à votre métier
- passer du pourquoi au comment et avec qui .
Inscription à partir du 15 janvier 2012 .
www.produrable.com

 

28 et 29 mars 2012      PRODURABLE     CONGRES « RSE & LEADERSHIP » Think Global !
Paris – Palais des Congrès (Porte Maillot)
2 journées de prospective, de stratégie, et de témoignages internationaux autour de la transition vers une économie verte et vertueuse .
Inscription à partir du 15 janvier 2012 .
plus d’info en cliquant ici

 

24 mai 2012 Convention Assist Manager
Paris – Bourse de Commerce
Vous êtes assistant(e), assistant(e) de direction et vous avez mis en place un projet Eco-responsable dans votre entreprise ? Participez au Prix Assist Manager ! Ce Prix a pour vocation de valoriser vos compétences dans la gestion de projet. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 19 avril 2012, jour de la Fête des secrétaires et assistantes. Les prix seront décernés le 24 mai 2012 lors de la 3éme édition de la Convention Assist Manager. Le dossier de candidature et toutes les informations sont disponibles sur www.convention-assistmanager.fr

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici