Newsletter février 2015

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises       n°54       février 2015

Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… Eco-jonction s’intéresse à toutes les nouvelles idées et informe les décisionnaires sur les approches et aspects de l’innovation : marketing, communication, gestion, production, développement durable, ainsi que sur les dispositifs d’aides existants pour développer les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

30 objets qui vont bouleverser notre quotidien

A l’occasion du salon Made In France, 30 objets innovants pour tous les jours ont été présentés. Issus des travaux de R&D des pôles de compétitivité, ceux-ci sont tous conçus en France et sont porteurs de croissance et de perspectives d’emplois. Signe du développement des solutions électriques, quatre d’entre eux sont des véhicules électriques, destinés aux professionnels de la livraison ainsi qu’aux particuliers. A noter également : la présence du projet Emox One visant à développer un robot intelligent afin d’aider toute la famille au quotidien. Capable d’évoluer seul dans son environnement, il pourra proposer des jeux, délivrer des messages, projeter des vidéos ou des photos, conter des histoires aux enfants, etc. De nombreuses entreprises travaillent également à la création de produits alimentaires aux propriétés nutritionnelles améliorées, à l’image du pain brioché G-Nutrition, développé pour prévenir et lutter contre la dénutrition des personnes âgées. Cliquez ici pour consulter la brochure rassemblant ces “30 objets du quotidien de demain”.
eco-jonction février 2015

Quelles sont les entreprises françaises les plus durables ?

Chaque année, la publication Corporate Knights distingue les 100 entreprises les plus durables du monde. Un classement de référence, qui, cette année encore, fait la part belle aux sociétés tricolores ! Douze d’entre elles ont intégré le palmarès pour l’année 2015, faisant de la France le second pays le plus représenté ex-aequo avec le Canada, derrière les Etats-Unis. Schneider Electric (9e) intègre ainsi le top 10, avec une note de 68,40%. Les autres entreprises hexagonales représentées sont : L’Oreal France (14e,), Dassault Systèmes (17e), Vivendi France (35e), Electricité de France (40e), Crédit Agricole (42e), Legrand (48e), Aéroports de Paris (66e), Renault France Automobiles (81e), BNP Paribas France (82e), Sanofi France (92e) et Essilor International S.A. (100e). A noter : le classement ne prend en compte que les entreprises de plus de deux milliards de dollars de capitalisation, ce qui explique le fait qu’on n’y retrouve aucune PME.
eco-jonction février 2015

365 initiatives pour réinventer notre monde

Pour la troisième année consécutive, le site de veille Efficycle publie un eBook interactif, téléchargeable gratuitement, rassemblant les 365 initiatives durables qui ont marqué l’année 2014. Qu’elles aient été lancées par des start-ups, des associations, des grandes entreprises, des collectivités ou de simples citoyens, ces actions permettent de réinventer le Monde dans lequel nous vivons pour le rendre plus cohérent avec les hommes et notre environnement. Cette année, Efficycle a noté l’essor de “l’innovation des choses simples” : l’alimentation tout d’abord avec des actions pour manger sain en remettant le producteur au cœur de la chaîne, la mouvance du Do It Yourself permettant de créer ou de réparer soi-même des objets du quotidien, ou encore l’accroissement de la solidarité grâce à des initiatives pour améliorer la vie des personnes en difficulté.
eco-jonction février 2015

Un salon innovant

La présence de Nissan et son nouveau fourgon utilitaire 100% électrique, la participation de transporteurs qui ont misé avec succès sur des flottes de véhicules hybrides ou électriques, illustrent l’évolution des nouveaux modes de transport dans la chaine logistique et seront mis en valeur sur le Salon SITL. Le rendez-vous international du transport, du freight forwarding et de la chaine logistique, innove lui aussi en créant « Transport Next Generation » pour son édition 2015, du 31 mars au 2 avril. Ce nouvel espace réunira les équipements de transports innovants tous modes : routier, ferroviaire, maritime, fluvial et le combiné, auxquels s’ajoutent deux univers spécifiques, l’urbain et le froid. Il s’adresse à la fois aux chargeurs et à leurs transporteurs.
Plus d’information sur : www.sitl.eu
eco-jonction février 2015

 

Tendances

Une nouvelle définition de l’innovation

Si je vous dis “innovation”, à quoi pensez-vous ? Aux start-ups du numérique ? Pourtant, le numérique n’est pas le seul vecteur d’innovation et de croissance, estime Bpifrance, qui a réalisé un vaste travail de redéfinition de l’innovation, en partenariat avec la FING, afin d’adapter ses dispositifs de soutien aux jeunes entreprises. BlaBlaCar et Autolib’ offrent de solutions de mobilité innovantes ; quant à SushiShop, il a créé 1500 emplois en quatre and en installant des bars à sushis au sein des supermarchés. L’innovation peut donc également être sociale, marketing, etc. Tour d’horizon.

L’innovation de produit, de service ou d’usage
Le projet introduit un nouveau produit/service ou une amélioration significative dans la nature, les fonctions ou la manière d’utiliser un service ou produit existant.
Exemples : les compotes en sachet Materne, les caméras GoPro, le service d’impression 3D en ligne Sculpteo.

L’innovation de procédé et d’organisation
Le projet introduit de nouveaux procédés conception et/ou de production, ou bien des transformations inédites dans l’organisation ou le management de l’entreprise, dans ses processus, dans sa logistique ou ses procédés fournisseurs.
Exemples : le service de nettoyage de véhicules 100% écologiques Sineo (voir le portrait réalisé par Eco-Jonction), possibilité pour les salariés de choisir leurs horaires au sein des centres d’appels Convers.

L’innovation marketing et commerciale
Le projet change la manière dont le produit ou le service est présenté, commercialisé, promu ou tarifé, ou encore la relation clients autour du produit ou service.
Exemples : la cabine d’essayage virtuelle via un avatar 3D de Fitle, l’assurance “pay as you drive” avec boîtier GPS proposée par AXA et Aviva, les produits en vrac d’Auchan.

L’innovation du modèle d’affaires
Le projet repose sur une nouvelle structure des coûts et des revenus pour l’entreprise.
Exemples : les verres consignés personnalisés pour événements EcoCup, les promotions spéciales sur le web à durée limitée de Vente-Privee.com, les sites comme Google ou Facebook gratuits pour leurs utilisateurs et financés par la publicité.

L’innovation technologique
Le projet repose sur la mise au point ou l’intégration d’une technologie nouvelle.
Exemples : le projet Desalao de désalinisation d’eau, le timbre transdermique intelligent Rhenovia Pharma pour administrer des médicaments.

L’innovation sociale
Le projet répond à ses besoins sociaux non satisfaits ou mal satisfaits, ou permet de créer de nouvelles relations et collaborations sociales.
Exemples : le micro-crédit, le commerce équitable, l’économie circulaire.

Pour aller plus loin : consultez le nouveau référentiel “Innovation nouvelle génération
eco-jonction février 2015

 

Tendances

Sacrebleu, « Innover » !…Et y font des études, pour ça ?

Mais en langage distingué, c’est quoi, en fait innover ? Est-ce noblement de la science ? Est-ce plus prosaïquement de la technologie ? Ou alors, est-ce un sous-produit bâtard né… de la créativité ?

L’innovation négative ?
La science, championne toutes catégories du marketing ! Si la science nous apporte des bonnes choses, elle est aussi à l’origine de beaucoup de nos problèmes actuels, et à venir. Et comme il va nous falloir résoudre les conséquences, la science se pose en héro salvateur : tour à tour, poison puis antidote, elle fait de nous ses clients captifs ! Quelle stratégie remarquable de conquête de marché !

L’innovation positive ?
C’est lorsque l’intelligence de l’Homme se réveille enfin, et reprend du « bon sens ». C’est ce qu’on appelle « systémique » en langage développement durable – c’est plus chic. Cette innovation se pare d’analyses qui n’ont pas été étranglées dans l’entonnoir des hyper spécialistes. Car qu’est-ce que l’hyper spécialisation si ce n’est limiter l’infini, dans le détail. Cette intelligence créative s’inspire d’un recul et d’une vision beaucoup plus large. Du coup, ces nouveaux héros limitent les conséquences négatives de leurs actes, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps ! Waouh, Einstein adorerait !

La tactique du tic-tac ?
Car la première des innovations, que dis-je la première des révolutions, ne serait-ce pas déjà de nous réconcilier avec le temps ? Ne sommes-nous pas en compétition avec lui…tout le temps ? Au lieu de vouloir rattraper le temps perdu, pourquoi ne pas bien utiliser le temps présent, en ne réalisant pas des actes qui ne nous imposent pas de trouver des solutions aux problèmes que nous générons nous-même ? Ce qui revient à dire : ce que je fais aujourd’hui, est fait et je ne dois pas le refaire en plus compliqué demain parce que ce que j’avais fait était mal fait et m’a donné beaucoup plus de travail à refaire qu’à faire ?
En effet, la dictature du temps est impitoyable, elle nous apporte, comme un boomerang, l’addition de nos actes et nous fait payer les conséquences de nos innovations négatives. Alors utilisons bien notre temps, pour ne pas le perdre.

Karin Boras – eco-jonction fevrier 2015
pour vos commentaires : karin.boras@pme-pmi-durables.com

 

Portrait

Une serial entrepreneuse révolutionne le recyclage des composites

A 62 ans, Annie Briand développe en famille sa quatrième entreprise, AB Val Composites. Grâce au nouveau matériau qu’elle a développé, 100% recyclé et recyclable, elle apporte une solution innovante de recyclage pour les composites, qui encombrent aujourd’hui les décharges, tout en créant des emplois. Rencontre.

Qu’est-ce qui vous a décidé à lancer ce nouveau matériau ?
J’ai travaillé pendant vingt ans dans le social avant de rejoindre le monde de l’entreprise. Je l’ai fait par conviction, pour créer de l’emploi et parce que l’environnement m’interpellait. J’ai ensuite travaillé pendant vingt ans dans le domaine du recyclage et de la gestion des déchets. AB Val Composites est ma quatrième création d’entreprise. Le hasard m’a amenée à trouver une matière qui semblait intéressante, 100% recyclée et 100% recyclable, créée à partir de composites (polyester, fibre de verre) et pouvant se substituer au bois ou au béton. Je me suis alors rendue compte que les composites n’étaient pas du tout recyclés et que personne ne s’en émouvait…

Pourtant, les chutes de production de composites représentent à elles seules 30 000 tonnes par an en France. Et c’est sans parler des produits en fin de vie : dans les années à venir, on estime qu’ils vont représenter 220 000 tonnes par an dans l’Hexagone ! C’est un vrai sujet environnemental ! Il n’est pas possible de continuer à développer le secteur sans solution pour la fin de vie… On trouve pourtant des composites dans les bateaux de plaisance, l’aéronautique, les cabines de douche, l’automobile, et même dans les éoliennes…

Quels sont les avantages du matériau que vous proposez ?
Il s’agit d’un matériau réalisé à partir de plastiques en mélange et de composites. On sait très bien recycler les plastiques séparés en France mais pas les plastiques en mélange. Ce nouveau matériau est donc réalisé à 100% à partir de déchets dont personne ne veut… Celui-ci est par ailleurs 100% recyclable. Nous sommes en mesure de recycler toutes nos chutes de production et ce matériau quand il arrive en fin de vie.

Nous avons ainsi travaillé sur des produits destinés aux professionnels du BTP, comme des appuis de fenêtre. Aujourd’hui, les solutions proposées sont fragiles, prennent l’eau (et sont sensibles au gel) et créent des ponts thermiques entre l’intérieur et l’extérieur. Grâce à notre nouveau matériau, nous proposons des solutions deux fois plus légères, plus robustes, qui n’absorbent pas l’eau et réduisent le pont thermique. De même, nous proposons des soubassements de clôtures deux fois plus légers que les produits existants en béton. Tout comme pour les appuis de fenêtres, notre solution est 15% plus chère que le béton de base mais, en raison de sa légèreté, ce surcoût est largement compensé par les économies réalisées pour le transport et pour la main d’oeuvre chargée de l’installation.

Après avoir lancé ces deux premiers produits, nous allons ensuite étendre la gamme progressivement, notamment en proposant des carrelages extérieurs, etc.

Comment ont réagi les professionnels du secteur ?
J’ai essayé de me faire entendre ces cinq dernières années mais, dans un premier temps, le sujet n’intéressait personne ! Maintenant que nous sommes prêts, je reçois des appels du monde entier, des Etats-Unis, du Canada, des quatre coins de la France… et les mêmes qui m’ont ri au nez il y a cinq ans quand je leur ai présenté mon projet me recontactent aujourd’hui ! Il s’agit de professionnels qui ont des composites à recycler et me demandent comment on pourrait travailler ensemble…. On voit bien qu’il y a un besoin énorme.

Quels sont les étapes du lancement de la production ?
Nous allons lancer notre première ligne de production fin avril ou début mai. Celle-ci nous permettra de traiter 1 000 tonnes de composite par an. Puis, nous espérons pouvoir lancer la deuxième fin 2016 ou en 2017. Et ainsi de suite jusqu’à que nous ayons mis en place quatre lignes de production. A terme, le but est de pouvoir déployer des usines dans d’autres régions. Nous sommes d’ailleurs en train de finaliser une augmentation de capital afin d’accompagner tous ces développements.
eco-jonction février 2015

 

Marketing

Tout savoir sur les labels “made in France”

“Fabriqué en France”, “Conçu en France”, “Confectionné à Limoges”… Portées par la volonté des politiques de valoriser la production locale et l’engouement du grand public, ces mentions valorisant l’origine se multiplient sur les emballages et étiquettes. Mais que signifient exactement ces mentions ? En tant que fabricant, qu’avez-vous le droit d’apposer sur vos produits ou vos supports de communication?

Puis-je apposer une mention “Made in France sur mes produits ?
Faire figurer l’origine d’un produit est une démarche facultative et volontaire dans les pays européens, à l’exception de certains produits pour lesquels l’apposition d’un marquage est obligatoire (viande bovine, fruits et légumes, poisson…). Mais si vos produits correspondent à la définition du Made in France, conformément à l’article 39 du Code des douanes communautaire, vous pouvez apposer une mention valorisante évoquant une fabrication française (par exemple: “Fabriqué en France”, “Made in France”, “Produit français”). Attention cependant : il vous faudra pouvoir la justifier. Dans le cas contraire, vous vous trouvez dans l’illégalité et devez donc soit supprimer la mention, soit apposer une mention corrective.

Quels sont les labels développés autour du Made in France ?
Pour certains professionnels, les règles relatives au Made in France ne sont pas assez exigeantes, ce qui a conduit à l’émergence de nombreux labels d’initiative privée. Les labels les plus sélectifs s’adossent à un cahier des charges qui fait l’objet de contrôles réguliers chez les labellisés. Voici une liste des labels les plus connus :

- Entreprise du patrimoine vivant : cette marque de reconnaissance a été mise en place par l’État afin de distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Ce label est attribué pour cinq ans et son attribution est gratuite. À ce jour, environ 1100 entreprises détiennent ce label. Plus d’informations sur www.patrimoine-vivant.com

- Origine France Garantie (OFG) : Délivré par l’association Pro France, ce label a permis d’encadrer les contours jugés trop flous de l’appellation “Made in France”. Environ 1200 gammes de produits étaient labellisés fin 2013. Plus d’informations sur www.profrance.org.

- Les labels reconnaissant un terroir : Terre textile (actuellement décliné dans les Vosges et l’Alsace, www.terretextile.fr), Produit en Bretagne (www.produitenbretagne.com), etc.

Pour aller plus loin : Afin d’aider les professionnels à s’y retrouver dans la jungle des labels, la direction générale des Entreprises (DGE) du ministère de l’économie, a publié un guide dédié au “Fabriqué en France”.
eco-jonction février 2015

 

Produits

La deuxième vie des imprimantes de bureau

À l’heure où le recyclage et le reconditionnement se développent fortement, le marché des imprimantes échappe encore au phénomène. Si les téléphones reconditionnés représentent environ 15% du marché total du mobile en France, on ne trouve quasiment pas d’imprimantes reconditionnées. Les machines déclassées par les entreprises sont détruites ou expédiées à l’étranger. Forte de ce constat, LM Eco Production a lancé Eco Imprimante. La société lyonnaise récupère des imprimantes, les remet en état et les propose dans un nouveau packaging afin de les revendre, à des prix de 20% à 70% moins chers que pour une imprimante neuve. Par ailleurs, les machines reconditionnées par Eco Imprimante sont garanties pendant un an. Plus d’informations sur le site www.eco-imprimante.fr.
eco-jonction février 2015

Comment penser à arroser ses plantes ?

La société Parrot, connue pour sa gamme de drones grand public, pense au bien-être de nos plantes de bureau ! Le Parrot Flower Power surveille et analyse quatre éléments indispensables à leur croissance : taux d’humidité du sol, taux d’engrais, température ambiante et luminosité. Ce capteur sans fil intelligent, doté de la technologie Bluetooth Smart et se connecte à votre smartphone, vous alerte ainsi via une application dédiée, dès que vos plantes ont besoin d’entretien. Grâce à sa bibliothèque de plus de 7000 plantes intégrée à l’application, vous saurez ainsi tout pour avoir la main verte ! Plus d’informations sur le site de Parrot.
eco-jonction février 2015

Une alternative au diesel classique

L’usine UPM de Lappeenranta en Finlande, première bioraffinerie au monde dédiée au diesel renouvelable à base de bois, vient de démarrer sa production commerciale. Ce diesel, appelé UPM BioVerno, est produit à partir de tallöl brut, un résidu de la production de pâte à papier. Une grande partie de la matière première provient des propres usines de pâte d’UPM en Finlande. Le diesel renouvelable UPM BioVerno réduit les émissions de gaz à effet de serre de 80% par rapport au diesel traditionnel. Basé sur des travaux de recherche, le biocarburant de haute qualité UPM BioVerno fonctionne avec tous les moteurs diesel, aussi bien qu’un gazole ordinaire. UPM prévoit de produire environ 120 millions de litres de diesel renouvelable par an UPM BioVerno.
Plus d’informations sur www.upmbiofuels.com
eco-jonction février 2015

Un marqueur tout-terrain

Le marqueur N50 est un incontournable de la catégorie des marqueurs permanents. Avec son corps métal et son encre indélébile, il peut s’utiliser en conditions extrêmes jusqu’à +60°C et -30°C en extérieur comme en intérieur (dans une chambre froide ou une fonderie par exemple). Son encre résiste à la pluie, la neige et à l’exposition du soleil et garde toute sa luminosité et son opacité dans le temps. Ce marqueur, disponible en huit coloris, s’utilise sur toutes surfaces : papier, carton, bois, verre, cuir, métal, plastique, céramique, PVC, caoutchouc, plâtre, polyéthylène, polystyrène… Plus d’informations sur le site de Pentel.
eco-jonction février 2015

 

 Agenda

Jusqu’au 6 mars 2015 inscrivez-vous aux   Aressy Awards
Les inscriptions à la 9ème édition des Aressy Awards sont ouvertes. Il s’agit du seul prix en France dédié à la communication responsable et RSE, parrainé par le Ministère du Développement Durable.
Vous êtes engagé dans une démarche RSE ?
Vous pouvez à présent aussi valoriser votre communication auprès de vos publics, en inscrivant vos campagnes de communication responsable aux Aressy Awards.
Gratuitement sur www.aressy.com/awards

 

19 – 20 mars 2015       Hypac Expo
Nantes – Parc de la Beaujoire
Le secteur hydrogène et piles à combustible avance… ne restez pas sur le quai !
Hypac Expo, le salon pionnier sur l’hydrogène et les piles à combustible, sera organisé en parallèle avec le Salon Bois Energie et Biogaz Europe. Au programme : conférences internationales avec traduction simultanée, rendez-vous d’affaires, 600 exposants internationaux (dont 50 pour la partie Hypac), et 7000 visiteurs professionnels sur les trois évènements…
Plus d’informations et inscription gratuite sur www.hypac-expo.com

 

31 mars – 1er avril 2015      Salon Produrable
Paris – Palais des Congrès
PRODURABLE, le Salon des acteurs et des solutions pour le Développement Durable et la RSE – 8ème édition – 31 mars & 1er avril 2015 – Palais des Congrès de Paris : 100 partenaires, 3 000 visiteurs, 50 conférences et ateliers, des rdv d’affaires « one-to-one », … les 48H de la RSE !
Plus d’informations sur www.produrable.com

 

31 mars – 2 avril  2015     Salon SITL
Paris – Porte de Versailles
En 2015, SITL Paris innove avec la création de « Transport Next Generation ».
Le but : réunir tous les équipements et technologies de transports innovants au service de la performance des schémas de transport des industriels et des distributeurs. Venez découvrir les nouvelles solutions des univers routier, ferroviaire, maritime, fluvial et combiné ainsi que les systèmes appliqués à l’urbain et au froid.
Plus d’infos www.sitl.eu

 

16-17 avril  2015   Le Printemps des Etudes
Paris – Palais Brongniart
La 4ème édition du Printemps des Études, Rencontres Professionnelles Communication, Marketing, Opinion met encore et toujours l’accent sur l’innovation avec notamment cette année la conférence sur L’Homme androïd et la 4é édition d’Idées pour le Futur pour aider les porteurs de projets innovants.
Plus d’info www.printemps-etudes.com

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici