Newsletter janvier 2013

Eco-jonction : la newsletter verte des entreprises         n°33     janvier 2013

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité.

 

Brèves

Les entreprises les plus vertes du monde 

Pour la quatrième année consécutive, le magazine américain Newsweek a publié un classement des 500 entreprises les plus exemplaires en matière de développement durable dans le monde. Le Brésil et l’Inde trustent les premières places avec trois entreprises chacune dans le top 20. La première entreprise française du classement est la Société générale (28e place), suivie de France Télécom (42e), PPR (44e), BNP Paribas (60e), EADS (76e) et Renault (77e). Les secteurs les plus représentés dans ce classement sont ceux de la finance (sept entreprises dans le top 20) et des télécommunications et des nouvelles technologies (cinq respectivement).
Accéder au classement complet.
eco-jonction janvier 2013

 

Un guide mobilité durable pour les collectivités 

Cofely Ineo (GDF-Suez) vient de lancer un “Guide de la mobilité durable” dédié aux collectivités. Réalisé en partenariat avec le SNDGCT (syndicat national des directeurs généraux de collectivités territoriales) et l’ADGCF (association des directeurs généraux des communautés de France), celui-ci détaille bonnes pratiques, conseils et retours d’expériences. Comment communiquer autour du projet ? Comment agir sur les comportements en informant les publics concernés ? Quel est le cadre règlementaire et technique ? Cet ouvrage de 166 pages fournit des réponses concrètes pour réussir la mise en place d’un plan de mobilité. Ce guide est disponible gratuitement sur simple demande à l’adresse guidemobilite@cofelyineo-gdfsuez.com. Plus d’informations sur ce guide sur le site de Cofely Ineo.
eco-jonction janvier 2013

 

Réduire ses déchets : c’est rentable pour les entreprises !

L’Ademe vient de dévoiler les résultats d’une expérimentation menée aux côtés de 50 entreprises témoins pour les aider à réduire leurs déchets et évaluer les coûts et les bénéfices de cette démarche. Résultat : cette démarche a permis aux 50 sociétés sélectionnées par l’Ademe d’économiser collectivement 1,5 million d’euros, soit une économie de 30 000 euros en moyenne par entreprise. 80% de l’économie totale provient de la réduction ou du recyclage de matière ou d’emballages à la source, c’est-à-dire en amont de la fabrication. Les entreprises témoins réparties sur 15 régions et représentant plusieurs secteurs d’activité : agro-alimentaire, métallurgie, commerce, plasturgie, imprimerie. Pour permettre au plus grand nombre de bénéficier de l’expérience de ces entreprises pilotes, l’Ademe a publié 52 fiches synthétiques détaillant les résultats concrets de l’opération. Les professionnels peuvent sélectionner l’opération qui les intéresse par région, par secteur d’activité, par effectif d’entreprise ou par type de déchets visés.
eco-jonction janvier 2013

 

Des métiers verts en plein boom

Malgré la crise, les métiers du développement durable se portent bien ! Selon le dernier baromètre de l’emploi de la croissance verte et du développement durable publié par Orientation durable, le nombre d’offres d’emplois pour ce secteur publiées a augmenté de 75%, avec 2219 offres sur l’ensemble de l’année 2012. Ces embauches concernent avant tout énergies renouvelables (1 290 postes), suivie de l’efficacité énergétique (575) et de l’audit et le management environnemental (123). La filière de l’efficacité énergétique, en hausse de 128%, est celle qui a connu la plus forte progression. Mieux : il s’agit avant tout de postes de haut niveau en termes de rémunération et de responsabilités, avec un forte augmentation de la demande concernant des profils d’ingénieux (avec un salaire moyen de 39 000 à 65 000 euros bruts annuels) et de chefs de projets. Pour la filière des énergies renouvelables, le nombre de recrutements de commerciaux a également connu une forte hausse (passant de 393 à 863 offres en six mois. L’étude complète peut être consultée sur le site d’Orientation durable.
eco-jonction janvier 2013

 

 

Portrait

De Nice à la Tunisie : 10 ans d’hôtels éco-design

Depuis dix ans, Hi Life fait rimer design et développement durable dans ses hôtels haut de gamme, entièrement dessinés et meublés par le designer Matali Crasset. Après l’ouverture d’un premier établissement à Nice en 2003, puis d’une plage, ces précurseurs de l’hôtellerie durable ont ouvert un nouvel hôtel à Paris en 2011 et un autre à Nefta en Tunisie. Rencontre avec Laurence Shukor, responsable de la communication de Hi Life.

Pouvez-vous m’expliquer comment est né Hi Life ?
Le premier hôtel a été ouvert à Nice en 2003. Les propriétaires étaient eux-mêmes des écologistes convaincus, ils mangeaient bio, faisaient attention à leur impact écologique et souhaitaient ouvrir un lieu qui leur ressemble.

Le développement durable était beaucoup moins en vogue il y a dix ans, avez-vous eu des difficultés pour lancer ce premier hôtel ?
Il est certain que c’était beaucoup plus compliqué à l’époque. Lors de la construction de l’hôtel, nous avons eu beaucoup de mal à trouver des entreprises qui comprenaient cette problématique et étaient en mesure de répondre à nos exigences en termes de respect de la nature et étaient en mesure de nous fournir les produits écologiques que nous souhaitions utiliser. Tout était beaucoup plus cher à l’époque quand on voulait faire du la construction durable. Nous avons eu beaucoup moins de difficultés pour les deux autres hôtels, on trouve beaucoup plus facilement des prestataires sensibles au développement durable.

Comment se concrétise cette démarche de développement durable dans vos hôtels ?
Nous essayons de faire le maximum. Dans notre hôtel à Paris, par exemple, les petits-déjeuners servis sont bios, nous ne proposons pas d’échantillons de produits de bain mais favorisons l’utilisation de distributeurs, les cintres sont en carton et tous les produits d’entretiens sont écologiques. Nous avons également mis en place une communication dans les chambres pour sensibiliser nos clients de manière ludique en leur recommandant quelques gestes verts : ne prendre l’ascenseur qu’en cas de fatigue, réutiliser les serviettes de bain, utiliser la climatisation et le chauffage avec modération, utiliser le Vélib pour les petits trajets dans Paris et favoriser les taxis verts pour les plus longues distances, etc. Et, dans notre éco-lodge au sud de la Tunisie, nous avons installé un système géothermique qui permet d’utiliser une source naturelle d’eau chaude provenant du désert tout proche afin d’avoir de l’eau chaude dans les douches des chambres, de chauffer le hammam et la piscine afin de réduire au maximum notre consommation électrique. Nous mettons également en place un potager afin de pouvoir faire pousser nos propres légumes et fruits.

Comment votre démarche est-elle reçue ?
Dans notre établissement parisien, les clients sont moins sensibles à cette démarche. A Nice en revanche, des particuliers et des groupes viennent chez nous spécifiquement parce que nous nous inscrivons dans une démarche de développement durable et proposons de la nourriture bio. Quand nous avons ouvert l’hôtel de Nice, les établissements hôteliers de toute la région ont commencé à nous contacter. Des établissements réputés, comme Le Palais de la Méditerranée ou Le Martinez, ont fait appel à nous, avant de se lancer eux aussi dans cette démarche. Petit à petit, tout le monde s’y met un peu…

Quels sont vos projets de développement pour l’année à venir ?
Plusieurs investisseurs nous ont contactés pour ouvrir de nouveaux hôtels, des discussions sont en cours. Ils sont avant tout sensibles à notre approche très design mais ils apprécient également beaucoup le fait que nous nous inscrivons dans une logique de développement durable. C’est le futur, cela leur paraît évident que nous devions prendre en compte cette donnée.
www.hi-life.net
eco-jonction janvier 2013

 

Marketing

Les Facebook du développement durable

Les réseaux sociaux offrent une formidable opportunité de communiquer autour de votre démarche verte. En dehors des plateformes généralistes, de nombreux réseaux sociaux dédiés au développement durable ont fait leur apparition sur la toile. Utilisez-les pour communiquer sur votre démarche et pour interagir avec des professionnels et partager vos expériences.

Facebook, Twitter, Viadeo…
Selon l’étude « IBM’s 2012 Global CEO Study », seulement 16% des chefs d’entreprises considèrent les réseaux sociaux comme un enjeu stratégique. Une grave erreur d’appréciation : le grand public est en effet particulièrement friand de cette thématique sur les réseaux sociaux et accorde au développement durable une place de choix dans les partages d’articles sur Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux. De même, un Internaute accordera davantage sa confiance à un article publié par un de ces proches. D’où l’intérêt de parvenir à retenir l’attention du grand public sur les réseaux sociaux.

Pour vous rendre visible, après avoir créé une page pour votre société sur les réseaux généralistes les plus importants (Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo…), rejoignez des hubs et des groupes proches des préoccupations de votre entreprise pour partager votre expérience avec des publics intéressés par ces thématiques. Pour inciter les internautes à intéragir, posez des questions ouvertes et mettez en ligne vidéos et photos susceptibles de devenir virales. Comme pour le reste de votre stratégie de communication, veillez cependant à ne pas “survendre” votre démarche de développement durable, au risque d’être soupçonné de green-washing (lire notre article sur le sujet).

Les réseaux sociaux spécialisés
Les plateformes d’échange peuvent également vous permettre de partager votre expérience avec des professionnels préoccupés par les mêmes problématiques que vous et vous offrir la possibilité d’obtenir conseils et retours d’expériences. De même, ceux-ci sont particulièrement suivis par les journalistes spécialisés à la recherche de sujets et de nouveaux contacts. Voici quelques réseaux sociaux de référence spécifiquement dédiés au développement durable :

SustainAtWork.fr : développée par l’équipe de Tinkuy (un réseau social vert grand public), cette plateforme est spécifiquement dédiée aux professionnels du développement durable.

Ddnetwork.fr : se présentant comme le “réseau français des acteurs du développement durable”, ce site incite à la mise en relations et à la recherche de partenaires pour des actions durables. Les différents groupes permettent d’intéragir avec une communauté plus restreinte proche de vos intérêts ou de votre spécialité.

Sensd.org : ce réseau met en relation des étudiants européens pour leur permettre d’échanger sur les questions du développement durable.

Social-Planet.org : premier réseau social européen de l’économie sociale et solidaire, Social-Planet.org rassemble plus de 2000 structures du secteur.
eco-jonction janvier 2013

 

Etranger

Une autoroute phosphorescente 

Deux firmes néerlandaises, Daan Roosegaarde et Heijmans Infrastructure, ont trouvé une astuce toute simple pour améliorer la visibilité sur les autoroutes tout en préservant l’environnement : une nouvelle peinture ! Leur idée ? Remplacer le marquage au sol traditionnel par de la peinture phosphorescente, qui se recharge pendant la journée pour restituer de la lumière la nuit. Des essais sont actuellement menés aux Pays-Bas pour une mise en service dans le courant de l’année 2013.

Pour améliorer la sécurité sur la route, le duo développe également une technique pour faire apparaître de gros flocons sur la chaussée dès que la température descendre en dessous de zéro pour prévenir les automobilistes des risques de verglas et de chute de neige. Les deux compagnies travaillent également sur des systèmes interactifs pour permettre aux lampadaires de ne s’allumer que lorsqu’un véhicule est à l’approche. Autre système actuellement à l’étude : l’installation de petites éoliennes au bord des routes permettant d’alimenter l’éclairage de l’autoroute, de même que la mise en place de voies prioritaires pour les véhicules électriques, permettant de les recharger grâce à une technologie par induction.

Dès juin 2013, plusieurs centaines de mètres d’autoroutes phosphorescentes seront installés dans la province de
Brabant, au centre des Pays-Bas. D’ici 2018, seront également mis en service, par ordre de priorité, des voies à induction pour les véhicules électriques, des éclairages interactifs et des éoliennes.

Plusieurs pays ont déjà fait par à Daan Roosegaarde et Heijmans Infrastructure de leur intérêt pour le projet, dont l’Inde, qui fait face à des coupures d’électricité fréquentes et gagnerait en sécurité routière grâce à un tel système.
eco-jonction janvier 2013

 

Produits

La Poste collecte et recycle 

S’appuyant sur son réseau de facteurs, La Poste étend son service de collecte des papiers de bureau à recycler aux TPE/PME et aux collectivités locales. Le principe ? Les facteurs collectent les papiers à recycler à l’occasion de leur venue pour la collecte ou la remise du courrier, facilitant ainsi la démarche des entreprises qui souhaitent mener une politique de papier responsable. Pour faciliter la collecte, La Poste met à la disposition de ses clients des containers en carton dédiés au tri des papiers. Ceux-ci sont ensuite triés puis revendus à des papetiers recycleurs situés en France, proches des points de collecte, à un prix encadré. Cette prestation est facturée 810 euros par an pour une entreprise de 30 personnes. La Poste étudie la possibilité d’entendre ses services de collecte à d’autres matériaux.
Plus d’informations sur le site de La Poste.
eco-jonction janvier 2013

 

Un tampon-encreur neutre en CO2 

Trodat vient de lancer un tampon permettant de masquer les informations confidentielles de vos documents avant de les transmettre à des tiers ou de les jeter à la poubelle. En un coup de tampon, vos données sensibles deviennent illisibles. Un moyen efficace de lutter contre l’usurpation d’identité. Fabriqué dans l’usine autrichienne Trodat certifiée ISO 14001 consommant 100% d’électricité d’origine renouvelable,
ce tampon est composé à 65% de plastique recyclé. Il a par ailleurs été pensé dès sa phase de fabrication avec un objectif de réduction de son impact sur l’environnement. Ainsi, l’empreinte carbone issue de sa production a été réduite de 49%, un impact compensé par des investissements dans des projets de protection climatique recommandés par le WWF.
www.trodat.fr
eco-jonction janvier 2013

 

Une imprimante… qui efface l’encre

Toshiba a mis en place un système d’impression étonnant pour réduire la consommation de papier : une imprimante utilisant un toner à encre thermo-effaçable, le e-Studio 306 LP, qui permet de donner une seconde vie au papier. En effet, soumis à une forte chaleur et à une électrographie, cette encre devient transparente et une même feuille de papier peut être utilisée jusqu’à cinq fois. Le toner n’est en revanche pour l’instant disponible qu’en bleu.
www.toshiba.fr
eco-jonction janvier 2013

Un chargeur solaire financé par les internautes ! 

Les produits durables ont la cote ! Un projet de chargeur universel pour terminaux mobiles (téléphones portables et tablettes) vient d’être entièrement financé grâce à un système collaboratif en ligne et devrait voir le jour en mai. Ses concepteurs, qui cherchaient à rassembler 50 000 dollars pour donner vie à leur produit, ont récolté plus de 400 000 euros via le site de “crowdfunding” Kickstarter. En moyenne, une journée au soleil sera nécessaire pour amasser assez d’énergie pour recharger un smartphone et offrir jusqu’à 8h d’utilisation. Ce chargeur devrait être disponible en ligne pour 60 euros. Les entrepreneurs à l’origine de sa conception étaient déjà parvenus en 2011 à financer une lampe solaire via ce système !
eco-jonction janvier 2013

 

Agenda

Les Journées Entreprise et Développement Durable
Les CCI de Paris – Ile-de-France accompagnent les PME-PMI dans la mise en œuvre du Développement Durable. Les Journées Entreprise et Développement Durable sont le rendez-vous des PME qui veulent s’informer et échanger sur les bonnes pratiques dans le domaine de l’écoconception, les achats durables, l’énergie et plus généralement l’engagement sociétal des entreprises. En 2012, les JEDD se dérouleront tout au long de l’année.
Tout le programme sur www.jedd.fr

 

12 et 13 février 2013     Les Journées du Bureau Eco Responsable
Paris – Espace Wagram
La 4ème édition des Journées du Bureau Eco-Responsable, aura lieu les 12 et 13 février 2013 à l’Espace Wagram. L’objectif de Konica Minolta, l’organisateur, est de promouvoir l’éco-responsabilité et d’aider les entreprises dans leurs démarches d’éco-efficacité, à partir de son expertise et de celle de ses partenaires.
Les experts des différents exposants y présenteront les solutions, produits et services, qui permettent de développer une conduite véritablement éco-responsable dans l’entreprise et d’adopter les bonnes pratiques au quotidien pour la gestion des impressions et applications environnantes.
www.ekoburo.fr

 

3 – 4 avril 2013   PRODURABLE
Paris – Palais des Congrès – Porte Maillot
Le Congrès RSE & LEADERSHIP : Think global !
Prospectif, Stratégique, international, et co-participatif, il s’adresse aux dirigeants désireux de prendre une longueur d’avance, de s’inspirer auprès de patrons « agissants », et de trouver les clés de l’inéluctable transformation de nos organisations.
Le Programme EXPERTS & SOLUTIONS : Act local !
Concret, illustré, sous forme d’études de cas, c’est la boite à outil des opérationnels qui repartent avec de vraies solutions, quelque soit leur secteur ou leur métier! Deux journées pour « fédérer, promouvoir, favoriser, identifier, informer et former », autour de temps et d’espaces de networking pour créer des synergies et favoriser de nouvelles opportunités business.
inscriptions et renseignements sur www.produrable.com

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici