Newsletter janvier 2014

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises          n°43    janvier 2014

En 2014… eco-jonction fait évoluer son positionnement rédactionnel : son contenu s’élargit du développement durable à l’innovation, moteur de croissance et de compétitivité pour les entreprises.
Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… eco-jonction s’intéressera à toutes les nouvelles idées dans tous les domaines d’activités.
Nouvelles pratiques, nouveaux métiers, Eco-jonction veut informer les décisionnaires sur les approches
marketing, communication, gestion, production, distribution de l’innovation, ainsi que sur les dispositifs d’aide
existants pour les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous   en cliquant ici

 

Brèves

La France lance un grand concours mondial sur l’innovation

Le gouvernement français veut donner sa chance aux entrepreneurs de demain. Il a lancé en décembre un grand concours mondial afin d’aider au développement de produits innovants, appelé Innovation 2030. Toutes les entreprises, de la PME à la multinationale, peuvent participer. Mais, si des sociétés du monde entier peuvent faire acte de candidature, les lauréats devront réaliser leur projet en France. Le concours se limite à sept grands secteurs innovants : le stockage de l’énergie, le recyclage, la valorisation des richesses marines, les protéines végétales et la chimie du végétal, la médecine individualisée, la “silver économie” et le “big data”. D’ici la fin du mois de mars, 100 projets seront sélectionnés. Ils pourront disposer chacun d’une enveloppe de 200 000 euros maximum. D’ici la fin de l’année, 30 à 40 projets (issus ou non de la première sélection) seront retenus et bénéficieront d’une aide à hauteur de 2 millions d’euros maximum. Enfin, à partir de 2016, un ou deux projets de chaque secteur pourront recevoir jusqu’à 20 millions d’euros chacun.
eco-jonction janvier 2014

PME comment innover

La direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) a édité un guide dédié aux dirigeants de PME de services. Le but ? Leur montrer que l’innovation est un levier pour conquérir de nouveaux marchés, mobiliser ses salariés, faire face aux changements de l’environnement et mieux affronter la concurrence. Ce fascicule de 90 pages, à télécharger gratuitement en ligne, définit dans une première partie ce qu’est l’innovation avant de lister six leviers d’innovation dans l’entreprise (le capital humain, la relation clients, la propriété intellectuelle…). Enfin, une troisième partie met en lumière l’expérience de vingt sociétés de services qui ont fait de l’innovation l’une de leurs priorités (Wonderbox, BlablaCar, Leetchi, etc.).
eco-jonction janvier 2014

Entreprises faites vous aider pour passer au numérique

Bpifrance a mis en place un “Prêt numérique”, dans le cadre du Programme des investissements d’avenir, afin de soutenir l’investissement des PME et des ETI dans des projets structurants d’intégration de solutions numériques. Bpifrance mettra à la disposition des entreprises une enveloppe de 300 millions d’euros sous forme de prêts bonifiés. Ces prêts seront accompagnés de financements privés d’un montant au moins égal. Plus de 600 millions d’euros seront ainsi mobilisés au profit des technologies du numérique. Ces “prêts numériques” pourront être d’un montant compris entre 200 000 et 3 millions d’euros. Ils seront remboursables sur sept ans. De nombreuses TPE et PME sous-estiment l’importance des TIC dans leur activité et n’ont pas connaissance de solutions informatiques qui seraient pourtant adaptées à leurs besoins. Ainsi, selon une étude de l’OCDE, la part de l’investissement dans les TIC s’élève à près de 30% pour les Etats-Unis contre 15% seulement en France.
Plus d’info  en cliquant ici
eco-jonction janvier 2014

Les énergies renouvelables moins chères que les combustibles fossiles à l’horizon 2050

Alors que la Commission européenne a fixé l’objectif de réduction des gaz à effet de serre de 80 à 95% d’ici 2050, une équipe de chercheurs allemands de l’Institut Fraunhofer de Fribourg a rendu une étude estimant qu’à cette échéance les énergies renouvelables seraient devenues moins chères que les combustibles fossiles. Pire, au milieu du siècle, il deviendra certainement plus onéreux de continuer à produire des énergies fossiles : « Si nous avions en 2050 une alimentation énergétique comme celle d’aujourd’hui, ses coûts seraient beaucoup plus élevés, puisqu’il y a une forte probabilité que les prix des combustibles fossiles sur le marché mondial augmentent à moyen et long terme », décrit Hans-Martin Henning, directeur adjoint de l’Institut Fraunhofer. Par ailleurs, selon cette étude, les coûts de production de l’énergie en 2050 devraient être équivalents aux coûts actuels.
eco-jonction janvier 2014

Gestion

Les 5 clés de l’innovation

Des professeurs des universités Harvard Business School, Insead et Brigham Young University ont interrogé 3 000 dirigeants et 500 entrepreneurs, dont Jeff Bedos et Michael Dell, respectivement fondateurs d’Amazon et Dell. Leur but ? Tenter de comprendre quels sont les secrets de l’innovation.

Grâce à ce travail de recherche sans précédent, ils ont pu isoler cinq fondements de l’innovation : associer, questionner, observer, expérimenter et favoriser son réseau. Bonne nouvelle : d’après les chercheurs en charge de cette étude, 80% des capacités d’innovation s’acquièrent et ne sont pas innées. Et si vous commenciez tout de suite à améliorer votre capacité d’innovation ?

Associer
La faculté d’associer des questions, des problèmes ou des idées à première vue déconnectées, et provenant d’univers différents, ouvre de nouveaux horizons.

Questionner
Les grands innovateurs n’hésitent pas à remettre en cause leurs certitudes et cherchent à étudier tous les angles d’un problème pour en découvrir de nouvelles facettes. Pour favoriser votre capacité d’innovation, vous pouvez ainsi consacrer dix minutes par jour à noter des questions sur un problème identifié pendant un mois. Au fil du temps, vous constaterez que vous interrogations évolueront et vous ouvriront de nouveaux horizons.

Observer
Si vous êtes déjà présent sur un marché, cherchez à obtenir le maximum de retours de vos équipes et de votre clientèle. Ils pourront vous permettre d’identifier de nouveaux besoins afin d’adapter votre offre.

Expérimenter
Les entreprises les plus innovantes sont celles qui sont capables de s’adapter rapidement. Mettez en place une organisation souple qui vous permette de créer facilement des prototypes et de tester des nouvelles idées.

Favoriser son réseau
Des études ont montré que les personnes qui ont davantage de connections variées ont de plus grandes dispositions à recevoir de nouvelles informations et à identifier les tendances avant les autres. Favorisez les rencontres avec des personnes avec lesquelles vous n’auriez pas naturellement de contacts. C’est en élargissant le cercle de vos connaissances, en côtoyant des personnes d’environnements culturels et sociaux différents que vous pourrez élargir votre spectre et apprendre à penser différemment.
eco-jonction janvier 2014

 

Gestion

« Réduisons vite nos déchets, ça déborde » : donnez votre avis !

Une consultation publique est ouverte jusqu’au 4 février prochain sur le projet de plan national de prévention des déchets pour la période 2014-2020.

Inscrit dans le contexte de la directive-cadre sur les déchets du 19 novembre 2008 et du plan d’actions déchets 2009-2012, ce plan « se donne comme ambition de rompre le lien entre la croissance économique et la production de déchets », selon le Ministère de l’Ecologie.

La prévention de la production de déchets existe en droit français depuis 1975 et connaît un élan particulier depuis 2004, avec la mise en place du premier plan national de prévention de la production de déchets.

Constatant le succès mitigé du principe de prévention, ce nouveau projet a notamment pour objectif d’intensifier la lutte contre la production et la nocivité des déchets concernant les déchets ménagers et assimilés (DMA) et les déchets d’activités économiques (DAE).

Composé de 13 axes regroupant 55 actions, ce plan national vise, en particulier, la réduction des déchets, la responsabilité élargie du producteur (c’est-à-dire la responsabilité de l’entreprise pour la collecte sélective, le recyclage ou le traitement des déchets issus des produits qu’elle fabrique, importe ou distribue) ou encore la prévention des déchets des entreprises et du BTP par le biais notamment de mesures volontaires et de la diffusion de bonnes pratiques.

Au-delà du geste citoyen et écologique, la prévention, la réutilisation et le recyclage sont autant d’opportunités économiques :
1) de réduction des coûts par une action sur les coûts de production (coût des matières premières), de gestion interne (manutention) et de gestion externe (facture du prestataire d’élimination) ;
2) par la valorisation de l’image éco-responsable de l’entreprise.

Pour donner votre avis cliquez ici
Pour obtenir des pistes de méthode de prévention  cliquez ici  
Vanessa Kurukgy – Avocat – eco-jonction janvier 2014

 

Portrait

La première peinture… aux algues bretonnes !

C’est en puisant son inspiration dans son environnement local que Lionel Bouillon, le PDG de la société de fabrication de peinture Felor, a imaginé sa dernière innovation : une gamme de peinture naturelle à base d’algues bretonnes ! Son prochain défi ? La mise sur le marché d’une peinture à base de coquilles d’huîtres. Rencontre.

- Pouvez-vous nous présenter l’activité de la société Felor ?
Il s’agit d’une entreprise familiale créée par mon beau-père en 1970. J’ai repris la tête de la société il y a dix ans et travaille aujourd’hui toujours avec mon épouse et mes deux beaux-frères. Felor emploie moins de 30 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros en 2011, en progression de 14%.

- Pourquoi avoir développé cette nouvelle gamme de peinture, Algo, fabriqué avec des algues ?
Historiquement, 50% de notre activité est tournée vers des produits destinés à l’industrie généraliste (protection des métaux, serrurerie, etc.), l’autre partie étant représentée par notre département de peinture pour le bâtiment, commercialisée sous marque de distributeur. Il y a six ans, j’ai constaté une érosion légère de notre activité liée au bâtiment. Ce n’est pas une bonne chose pour une entreprise de notre taille de mettre tous ses œufs dans le même panier alors j’ai cherché à redévelopper cette partie, en apportant quelque chose de nouveau. Je me suis intéressé à la chimie du végétal car, en Bretagne, depuis de nombreuses années, des entreprises dans l’industrie alimentaire et cosmétique, comme Yves Rocher, avaient développé une expertise dans ce domaine. Nous nous sommes rapidement tournés vers les algues, qui avaient des propriétés intéressantes pour la peinture.

- Quelle place l’innovation occupe-t-elle dans la stratégie de développement de Felor ?
Aujourd’hui, face aux grands groupes, il faut savoir sortir des sentiers battus, être ouvert, culotté, persévérant et croire en son projet. On entend dire qu’il faut innover, innover, innover mais c’est un parcours semé d’embuches et il faut avoir la force de pousser son idée jusqu’au bout. Aujourd’hui, les trois quarts de nos matières premières viennent des quatre coins du monde. L’innovation, qui est le moteur de notre bien-être de demain, passe par un retour aux fondamentaux. La filière de l’algue reste assez méconnue mais existe pourtant depuis des siècles !

- Quel a été le retour de vos clients vis-à-vis de votre nouvelle gamme Algo ?
Les prescripteurs, comme les promoteurs ou les cabinets d’architectes, ont été très réceptifs ! En revanche, cela a été plus difficile dans un premier temps avec les distributeurs et les grossistes, qui recherchent souvent avant tout le produit le moins cher. La gamme Algo coûte environ 10 à 15% plus cher que des produits équivalents… mais elle offre un rendement de 12m2 par litre contre 9 à 10m2 pour des peintures équivalentes, ce qui en fait en réalité un produit moins cher. Et c’est sans compter les gains environnementaux et au niveau de la qualité de l’air intérieur. Grâce à une bonne couverture médiatique au moment du lancement du produit, des grandes surfaces de bricolage intéressées par notre gamme sont venues à nous. Nous allons ainsi lancer une déclinaison de notre gamme pour les particuliers dans les enseignes de Mr Bricolage d’ici la fin du mois de janvier. Et d’autres enseignes nous ont fait part de leur intérêt pour notre produit.

- Quels sont vos projets à venir ?
Aujourd’hui, la gamme Algo est composée à 98% de produits bio-sourcés (principalement des algues et de la résine végétale), quand la plupart des peintures commercialisées contiennent 65% de solvants dérivés du pétrole. Notre objectif est d’arriver à un produit composé à 100% de produits bio-sourcés. Nous avons également plusieurs contacts afin de développer cette gamme à l’export. Par ailleurs, en plus de la gamme Algo, dédiée à la décoration intérieure, nous travaillons actuellement au développement d’un produit pour la peinture en extérieur à base de coquilles d’huîtres concassées. Celui-ci devrait être disponible en 2015.
Plus d’info www.felor.fr
eco-jonction janvier 2014

 

Etranger

Des voitures sans chauffeur

La ville d’Ann Harbor, dans le Michigan, pourrait devenir la première ville à accueillir une flotte partagée de véhicules connectés et sans chauffeurs.

“Comment, dans la société actuelle, peut-on tolérer les accidents de voiture ? Dans le monde, 1,2 million de personnes meurent sur la route chaque année”, analyse Larry Burns, professeur à l’Université du Michigan. “Les humains ne sont pas faits pour gérer des tâches comme la conduite : l’attention humaine est facilement distraite”, renchérit Peter Sweatman, directeur de l’Institut de recherche sur les transports de l’université du Michigan (UMTRI).

Les 32 000 accidents mortels enregistrés chaque année sur les routes américaines ont inspiré les chercheurs de l’UMTRI : l’homme n’est pas toujours un bon conducteur ; il n’est pas capable de mobiliser toujours efficacement l’attention que requiert la conduite d’un véhicule. C’est partant de ce constat que l’Université du Michigan a lancé en août 2012 un programme pilote dans la ville d’Ann Harbor, intitulé “Safety Pilot Model Deployment” pour imaginer les transports de demain : connectés, automatisés et partagés.

Près de 3000 voitures, bus et camions de la ville d’Ann Arbor ont ainsi été équipés de capteurs V2V (vehicule to vehicule) et du système “Safety Pilot”, qui gère les communications entre les véhicules et l’infrastructure routière. Les voitures échangeront entre elles leurs positions et leurs vitesses via le WiFi. Par ailleurs, certaines voitures embarqueront également un ordinateur analysant en temps réel les positions des véhicules proches et alertant le conducteur en cas de danger. Le projet prévoit par ailleurs la mise en place de boîtiers de communication à une vingtaine de carrefours, sur certains échangeurs d’autoroutes et virages considérés comme dangereux. Ce dispositif couvrira une distance de 117 kilomètres. Doté d’un budget de 22 millions d’euros, ce projet doit permettre, selon ses concepteurs, de réduire de 80% le nombre d’accidents de la route. A terme, l’Université du Michigan espère pouvoir ainsi développer une flotte de véhicules connectés et sans chauffeurs, disponibles en autopartage.

Avec des programmes similaires actuellement développés aux quatre coins du globe, et notamment en Chine, en Angleterre, en Espagne et en Allemagne, nul doute que la voiture autonome sera la prochaine révolution automobile !
eco-jonction janvier 2014

 

Produits

Un hôtel “vert” à petit prix 

Les panneaux photovoltaïques installés sur la façade de l’hôtel annoncent la couleur. Le SolarHotel se revendique “premier hôtel écologique, économique et militant”. Réduction de la consommation électrique grâce à l’énergie solaire, économies d’eau, récupération des eaux de pluie, tri des déchets alimentaires via un composteur, petits-déjeuners bios : l’hôtel a développé une politique de développement durable complète. Il publie d’ailleurs son bilan carbone. Mais cette démarche englobe également le volet social : l’établissement s’engage en faveur des jeunes en difficulté, via un partenariat avec l’Ecole de la deuxième chance. Par ailleurs, il veille au bien-être de ses salariés et clients. Tous les produits d’entretien sont ainsi biodégradables et les peintures ainsi que les moquettes ne contiennent pas de solvants. Côté prix, pas de surprise : toutes les chambres (une à deux personnes) sont proposées à un tarif unique de 79 euros, petits-déjeuners compris.
Plus d’informations sur le site du SolarHotel.
eco-jonction janvier 2014

Des lunettes pour voir à travers la peau des patients

Voilà une innovation qui devrait bien simplifier la vie du corps médical… et soulager certains de leurs patients ! Evena, une société californienne spécialisée dans les technologies innovantes d’imagerie médicale, a mis au point des lunettes high-tech qui permettent aux infirmiers de voir en temps réel les veines de leur patient à travers la peau. Fini les piqures multiples pour les personnes aux veines peu visibles à l’œil nu ! L’image captée peut également être transmise via Wifi, 3G ou Bluetooth en temps réel sur un ordinateur à du personnel à distance qui pourra orienter l’infirmier dans les situations les plus critiques. Les images, filmées par deux caméras situées au centre des lunettes, sont également directement stockées et peuvent être visionnées ultérieurement.
Plus d’informations sur le site d’Evena.
eco-jonction janvier 2014

Transformez vos maillots de sport en sacs 

Envie de garder une trace des plus beaux événements sportifs ? La société 1Bag1Match réalise des sacs à partir de maillots de sport recyclés. Si la marque réalise pour l’instant les sacs à partir de vêtements récupérés dans des centres de tri ou chinés sur Internet, elle est actuellement en contact avec des clubs sportifs pour réaliser des séries spéciales fabriquées avec des maillots de joueurs professionnels et portés en match. Mieux : il est également possible de faire réaliser un sac à partir de vos propres maillots pour immortaliser vos propres exploits sportifs !
Plus d’informations sur le site d’1Bag1Match.
eco-jonction janvier 2014

Des meubles modulables 100% recyclables

La marque Fabulem propose un système de meubles modulables permettant de créer et de composer soi-même sa bibliothèque ou son étagère. Ces meubles peuvent ainsi évoluer en fonction de vos besoins. Les différents modules peuvent également être démontés et remontés pour s’adapter aux évolutions de votre espace de travail. Fabriquée en France, cette gamme est le résultat d’une démarche d’écoconception dont l’ambition est de proposer un produit réutilisable, écosourcé et 100% recyclable. Il a donc été pensé pour que son processus de fabrication soit le moins énergivore possible et que la quantité de matière utilisée soit optimale.
Plus d’informations sur le site de Fabulem.
eco-jonction janvier 2014

 

Agenda

10 janvier 2014      Clôture inscription  8ème édition des Aressy Awards 
Inscrivez vos campagnes de communication responsable à la 8e édition des Aressy Awards, les Trophées de la Communication Fair Business. Vous avez deux chances de valoriser vos démarches :
Figurer parmi les gagnants du Grand Prix annuel
Etre exposé dans la Galerie Permanente
Pour postuler, votre campagne doit s’inscrire dans une des catégories suivantes :
- Publicité Presse et Affichage
- Communication Digitale
- Edition et publications
- Evènements
Les inscriptions se font tout au long de l’année, jusqu’au 10 Janvier 2014 (après cette date, les postulants seront éligibles aux Awards 2015). La Cérémonie de remise des prix se tiendra le 8 avril 2014.
Pour participer, rendez vous sur le site www.aressy.com/awards

 

1 – 2 avril 2014    Salon PRODURABLE
Paris – Palais des Congrès
La 7ème édition de PRODURABLE se tiendra les 1er et 2 avril 2014, au Palais des Congrès de Paris
Le fil conducteur de cette édition sera la question du retour sur investissement des politiques RSE pour les entreprises : les bénéfices d’une politique RSE sont ils mesurables?
Autres nouveautés 2014 :
La Vitrine de l’Innovation Circulaire : 3R : Réutiliser – Recycler – Revaloriser
Une Session d’intelligence collective et de co-création « In Situ » : Les Challenges PRODURABLE inverseront les rôles pour donner la paroles aux visiteurs
Une pépinière d’entreprises de l’ESS : Rencontre avec des jeunes entrepreneurs éco-sociaux performants
Plus d’information et s’inscrire : www.produrable.com

 

10 – 11 avril  2014   Le Printemps des études
Paris – Palais Brongniart
La 3ème édition du Printemps des Études, Rencontres Professionnelles Communication, Marketing, Opinion, événement exclusivement dédié aux études, marketing et sondages, aura lieu les 10 et 11 avril 2014 au Palais Brongniart à Paris.
Plus d’info www.printemps-etudes.com

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici