Newsletter juillet 2013

Eco-jonction : la newsletter verte des entreprises     n°39       juillet 2013

Eco-jonction vous apporte des informations pratiques développement durable pour la gestion de votre activité.
Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

Quelles sont les marques les plus vertes ?

Le groupe de conseil en stratégie de marques Interbrand, en partenariat avec le cabinet Deloitte, vient de sortir son classement annuel des 50 grandes marques mondiales les plus vertes. Quatre constructeurs automobiles trustent le haut du tableau : Toyota (n°1 pour la troisième année consécutive), Ford (n°2), Honda (n°3) et Nissan (n°5). Très marqués par la crise, les professionnels de l’automobile ont misé sur l’écologie pour retrouver de la croissance. Leader sur le marché des véhicules hybrides, Toyota se place ainsi sur la plus haute marche du podium. Pour établir ce classement, Interbrand a interrogé un panel de 10 000 consommateurs ; l’étude a mesuré la performance environnementale réelle des marques mais également la perception qu’en avaient les consommateurs.
plus d’info sur le classement en cliquant ici
eco-jonction juillet 2013

Fin de l’éclairage nocturne des bureaux et commerces

Depuis le 1er juillet, les bureaux, commerces et bâtiments non résidentiels doivent éteindre tous les éclairages inutiles pendant la nuit, entre 1h et 7h du matin (ou une heure au plus tard après la fin de l’occupation des locaux dans le cas d’un départ après 1h du matin). Cette mesure permettra d’économiser l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de 750 000 ménages, d’éviter l’émission de 250 000 tonnes de CO2 et de réaliser une économie de 200 millions d’euros. Des dérogations sont possibles par arrêté préfectoral. A noter : les éclairages destinés à assurer la sécurité des bâtiments assortis de la présence de dispositifs de détection de mouvement ou d’intrusion ne sont pas concernés par cette interdiction d’éclairage nocturne.
plus d’info en cliquant ici
eco-jonction juillet 2013

Le retour de la taxe carbone ?

Plus de trois ans après les vifs débats ayant accompagné l’abandon de la taxe carbone, celle-ci revient sur la table du gouvernement. Le comité pour la fiscalité écologique a débattu courant juin de la possibilité d’introduire une composante carbone dans les taxes sur l’énergie. Si aucune mesure concrète n’a été formellement votée, cette mesure va être remise à l’arbitrage du gouvernement dans le cadre de l’élaboration du budget pour 2014. Cette réforme serait doublée d’un mécanisme pour progressivement réduire l’avantage fiscal du diesel sur l’essence (18 centimes par litre) en raison de son impact sur la qualité de l’air. Elle devrait aussi être accompagnée d’aides financières pour les ménages et les entreprises, et notamment d’une incitation au retrait des plus vieux véhicules diesel.
eco-jonction juillet 2013

Des transports routiers moins polluants

Engagés depuis 2008 dans une démarche volontaire de réduction de leurs émissions de CO2, les professionnels du transport routier disposent désormais d’un outil en ligne, www.objectifco2.fr, leur permettant de consigner et d’analyser diagnostics, actions et résultats obtenus. Alimenté par les transporteurs eux-mêmes, ce site permet aux différentes entreprises du secteur de se situer par rapport aux autres sociétés engagées dans cette démarche, à leurs concurrents dans la région, etc. Depuis décembre 2012, 68 entreprises ont déjà commencé à utiliser ce nouvel outil sur le web.
eco-jonction juillet 2013

 

Portrait

Cosmétiques bio, une réussite française

Plus grosse entreprise indépendante spécialisée sur les cosmétiques bios, les Laboratoires Jérodia connaissent un développement constant depuis leur création en 1993. Le fruit d’un travail de passionné né de la conviction profonde que le développement économique ne passe que par un développement durable. Rencontre avec Thierry Logre, président des Laboratoires Jérodia.

- Pouvez-vous présenter l’histoire des Laboratoires Jérodia ?
Les Laboratoires Jérodia ont été créés en 1993 pour commercialiser des compléments nutritionnels bio sur prescription. Depuis, nous avons étendu notre offre autour des cosmétiques bio en rachetant les Laboratoires Phyt’s, qui avaient cette expertise de savoir fabriquer sans aucun conservateur, une avancée technologique que nous avons développée sur plus de marques. Puis, nous nous sommes positionnés sur le marché de l’eau thermale en officine avec la marque Gamard, sur l’activité de spa avec Bio Naturel ainsi que sur la kynéplastie avec Françoise Maurice. Aujourd’hui, nous employons 225 salariés en France et développons 100% de nos produits dans notre centre de recherche basé en France. Nous sommes le plus gros des indépendants pour les cosmétiques bio.

- Pourquoi avoir décidé de lancer les Laboratoires Jérodia en 1993 ?
Tout est parti d’une conviction absolue personnelle. J’ai toujours eu une attirance très forte pour la nature. J’ai fait des études d’agroalimentaire et j’étais persuadé qu’il fallait utiliser la chimie mais de façon limitée.

- Comment se matérialise votre politique de développement durable aujourd’hui ?
Sur le plan écologique, nous avons des cahiers des charges très stricts : nous n’employons pas de produits polluants, n’effectuons pas de nettoyage au chlore et nous utilisons des produits locaux quand c’est possible. Au niveau social, nous offrons à nos salariés un excellent cadre de travail. Nous sommes implantés dans le Lot, dans des anciens chais de chêne. Nous trouvons primordial de développer un principe fort de bien-être social, nous sommes très attentifs à leurs besoins. Cette dimension sociale est parfois exacerbée, au point que cela peut créer des demandes plus importantes qu’ailleurs (rires). Enfin, nous favorisons la biodiversité : trois ruches ont été installées au milieu de l’unité de production principale. Nous hébergeons également une écurie.

- Avez-vous l’impression que d’avoir fait le choix du développement durable vous a donné un avantage concurrentiel ?
Au début, cela a été long et difficile mais j’ai toujours eu l’impression de faire ce qui devait être fait. J’ai fait le choix de la passion et, c’est en faisant les choses avec passion qu’on réussit ! Mieux vaut être vrai et sincère pour avoir du succès ! Le marché des cosmétiques bios a connu une explosion il y a quelques années mais beaucoup de marques ont disparu depuis. Les consommateurs sont sensibles à ce positionnement mais il s’agit d’un marché sur le secteur de la beauté et du bien-être : il faut avant tout séduire avec des textures, des résultats visibles et rester toujours à la pointe des avancées dans le domaine.

- Quels sont vos projets actuels ?
Nous avons toujours eu une politique d’export très volontariste. Ces dernières années, nous avons beaucoup développé notre présence en Asie et notamment au Japon, qui est notre premier pays à l’export. Le marché asiatique nous assure actuellement un développement très fort. La relation avec ces partenaires est très stimulante : ils veulent trouver du vrai, s’intéressent à l’enracinement de l’entreprise. Ils veulent pouvoir s’assurer de la réalité de notre démarche de développement durable et n’hésitent pas à venir vérifier sur place qu’il ne s’agit pas uniquement d’une posture.
Nous allons également continuer à améliorer le bien-être de nos salariés au quotidien. Nous travaillons ainsi actuellement sur les chaînes dédiées à la sérigraphie, qui sont les moins agréables actuellement.
Par ailleurs, nous prévoyons de lancer de nouveaux produits de maquillage et des vernis en 2014 pour venir compléter notre palette d’offres.

plus d’info sur www.laboratoires-jerodia.com
eco-jonction juillet 2013

 

Marketing

ISO 20121 : une norme pour des événements durables

Publiée en 2012, la norme ISO 20121 vise à aider les organisateurs d’événements à intégrer le développement durable dans leurs activités. Salons professionnels, manifestations culturelles ou sportives, meetings politiques : celle-ci permet d’améliorer les pratiques de tout type d’événements.

Les principes de l’ISO 20121
La norme ISO 20121 est l’adaptation internationale de la norme britannique BS 8901, créée en 2007. En raison du fort intérêt des acteurs du développement durable pour celle-ci, une version internationale a été développée dans le but d’offrir un référentiel pour les événements durables et a été lancée à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Elle peut être appliquée par des entreprises de toutes tailles impliquées dans l’organisation d’événements : des sociétés chargées de l’éclairage, du son, de la lumière ou du montage de la manifestation aux organisateurs indépendants d’événements, en passant par les acteurs publics. Elle s’adapte à toutes les structures du secteur, aussi bien aux grosses structures qu’aux petites agences qui n’ont pas encore de process qualité établis.

La méthode
L’ISO 20121 offre aux organisateurs d’événements des standards pour leur permettre d’améliorer le management de leurs manifestations. Il ne s’agit pas d’une norme reconnaissant l’aspect durable d’un événement mais bien d’une certification s’attachant à la reconnaissance d’un système de management. Dans les faits, l’organisme chargé de la mise en place de cette norme a pu constater que la plupart des organisations s’engageant dans cette certification respectaient déjà 70% des standards recommandés. Loin d’impliquer une réorganisation complète, l’ISO 20121 requiert ainsi plutôt la mise en place de nouvelles bonnes pratiques.

Quels apports ?
En améliorant ses process, l’organisation engagée dans cette certification va mobiliser ses salariés sur un projet fédérateur, et ainsi améliorer l’esprit d’équipe et gagner en efficacité (réduction des coûts et de la consommation d’énergie et de matériaux). L’organisme certificateur a ainsi pu observer que la mise en place de la norme ISO 20121 est particulièrement utile dans le cas de petites structures. Les process et cadres de travail mis en place les aident à organiser leur activité et facilitent l’intégration de nouveaux salariés. La mise en avant de cette norme peut également permettre aux sociétés d’améliorer leur réputation, de gagner de nouveaux clients et de se différencier de la concurrence.
eco-jonction juillet 2013

 

 

Gestion

Entreprises roulez plus propre !

Les transports routiers, en France, contribuent lourdement a? la pollution de l’air et a? l’aggravation de l’effet de serre : ils participent pour un tiers environ a? la consommation totale d’énergie et pour 32 % (en 2009) aux émissions de CO2. Pour favoriser l’achat de véhicules moins polluants, les pouvoirs publics ont mis en place un système de bonus/malus. Le point sur les incitations financières pour les entreprises et les collectivités.

Une taxe progressive : la taxe sur les véhicules de société
Cette taxe annuelle, la TVS, est due par toutes les sociétés (mais pas par les collectivités) possédant, louant ou utilisant des voitures particulières. Les voitures personnelles ou louées par les salariés, pour lesquelles l’entreprise rembourse des frais kilométriques, sont considérées comme utilisées par l’entreprise et comme telles assujetties à la TVS. Le montant de la taxe est déterminé en fonction des émissions de CO2 pour les voitures particulières ayant fait l’objet d’une réception communautaire. Pour les autres, le montant dépend de la puissance fiscale.

La taxe additionnelle pour les véhicules d’occasion
Cette taxe s’ajoute au prix de la carte grise. Elle est fonction appliquée en fonction du niveau d’émission de CO2 du véhicule acheté. Elle s’applique aux véhicules d’occasion mis en circulation après le 1er juin 2004, quand ils font l’objet d’une nouvelle immatriculation. Si le véhicule émet moins de 200 g de CO2/km, il n’y pas de surtaxe. Au-delà de cette valeur, elle s’applique et est progressive. Pour les véhicules fonctionnant à l’E 85, le montant de la taxe est réduit de 50 %.

Bonus, malus et mesures complémentaires
> Le bonus : Tout comme les voitures des particuliers, les voitures particulières neuves des entreprises et des collectivités peuvent bénéficier d’un bonus lors de leur achat. Ce bonus est fonction du niveau d’émission de la voiture achetée.
> Le malus : Le malus attribué aux voitures neuves qui émettent beaucoup de CO2 s’applique aussi aux voitures des entreprises et des collectivités. Son montant est progressif en fonction du niveau d’émissions et va évoluer dans le temps. Le malus est payé au moment de la première immatriculation.
> Le superbonus : Pour inciter les entreprises et les collectivités à se débarrasser des voitures les plus polluantes, un superbonus de 200 € est accordé dans le cas du remplacement d’un véhicule de plus de quinze ans par un véhicule neuf donnant droit au bonus.
> Le malus annuel : Il concerne les voitures * achetées en 2013 et émettant plus de 190 g de CO2 /km. Son montant est de 160 € par an, à régler après réception d’un titre de perception. Les sociétés soumises à la TVS sont exonérées du malus annuel.

Pour en savoir plus : consultez le guide de l’Ademe Incitations financières véhicules 2013.

Bon à savoir : pour connaître les émissions de CO2 de tous les véhicules neufs vendus en France, rendez-vous sur le site www.carlabelling.ademe.fr
eco-jonction juillet 2013

 

Produits

Une palette pour sauver la couche d’ozone

D’un poids de 3,5 kg, composée de papier recyclé et donc 100 % recyclable, la palette Kaypal MR de DS Smith Packaging est une alternative à l’utilisation de la classique palette en bois de 23 kg. Plus fine et plus légère qu’une palette classique, elle permet ainsi d’optimiser le remplissage des camions. Préparée dans un établissement d’insertion pour le travail des personnes en situation de handicap, cette palette est également plus maniable qu’une palette en bois. Elle facilite ainsi la manutention et réduit la pénibilité du travail des opérateurs en entrepôts. Première palette carton réutilisable (jusqu’à quatre fois) et recyclable en Europe, celle-ci a été fabriquée à la demande d’Unilever, qui estime que cette innovation devrait lui permettre d’économiser 50 tonnes de CO2 par an.
eco-jonction juillet 2013

Les biofibrilles, un nouveau biomatériau UPM

UPM vient d’annoncer la création d’un nouveau biomatériau, les biofibrilles, développées en collaboration avec la société Ashland Inc. à partir de fibres de bois issues de forêts gérées durablement. Les applications industrielles sont multiples : les biofibrilles peuvent être utilisées pour améliorer la qualité et la performance d’un grand nombre de produits en polymère (par exemple, pour les matériaux dédiées au revêtement et à la construction de maisons ou de voitures) ou pour remplacer certains produits utilisés dans le cadre de la fabrication de papier ou de produits d’emballage. En raison de ses fortes qualités d’étanchéité au gaz, ce nouveau biomatériau pourra également être utilisé pour développer des solutions d’extraction gazière.
eco-jonction juillet 2013

Offrez un baobab à vos clients

Envie d’un peu d’exotisme ? Promoseeds, spécialisé dans les cadeaux publicitaires végétaux, commercialise des pousses de baobab. Le dos de l’étiquette décrivant la méthode de culture est entièrement personnalisable aux couleurs de votre entreprise. Mieux : pour chaque pousse achetée, un arbre est planté au sud de Dakar, au Sénégal. Parfait pour faire bonne impression auprès de futurs clients en véhiculant un message écologique fort !
plus d’info sur www.promoseeds.fr
eco-jonction juillet 2013

Le crowfunding devient ecolo

Le crowdfunding a le vent en poupe. Kisskissbankbank, Indiegogo, Kickstarter, Ulule : les plateformes dédiées au financement participatif se multiplient. Le site Ecobole.fr s’est lancé sur ce créneau en mars 2013. Sa particularité : il est plus spécifiquement dédié aux projets solidaires et écologiques. Parmi les projets actuellement en phase de collecte de financements, on compte l’association IDAPI (qui veille à la sauvegarde des abeilles), un projet de livre sur la culture du plancton ou encore une création d’une ferme dans la Nièvre. Le créateur du site vient lui-même de lancer une campagne de levée de fonds pour Ecobole.fr afin de permettre au site de continuer à se développer !
plus d’info sur www.ecobole.fr
eco-jonction juillet 2013

 

 

Agenda

Les Journées Entreprise et Développement Durable
Les CCI de Paris – Ile-de-France accompagnent les PME-PMI dans la mise en œuvre du Développement Durable. Les Journées Entreprise et Développement Durable sont le rendez-vous des PME qui veulent s’informer et échanger sur les bonnes pratiques dans le domaine de l’écoconception, les achats durables, l’énergie et plus généralement l’engagement sociétal des entreprises. En 2012, les JEDD se dérouleront tout au long de l’année.
Tout le programme sur www.jedd.fr

 

8 et 9 octobre  2013        1er Colloque Bilans des Emissions de Gaz à Effet de Serre
Paris – Le Centquatre, 5 rue Curial, Paris 19ème
Colloque organisé par l’ADEME à destination des entreprises et collectivités.
Dans un contexte où il existe peu de publications et de retours d’expériences sur la question de la comptabilité et du reporting carbone, l’ADEME propose, au cours de ces deux jours, de porter le débat sur cette étape essentielle du management carbone et permettre ainsi de :
• Savoir où nous en sommes et pourquoi aller plus loin ;
• Positionner la France et ses initiatives au niveau international ;
• Prendre conscience des enjeux (émissions indirectes, approches par secteurs, prise en compte des actions de réduction, etc.) ;
• Transformer cette étape en véritable démarche stratégique pour son organisation ;
• Faire se rencontrer les acteurs et partager les différentes expériences.
Date limite d’inscription : mardi 27 septembre 2013
Inscription en ligne sur www.colloque-bilanges.ademe.fr

 

3 – 6 décembre  2013   Pollutec Horizons 2013
Paris-Nord Villepinte
Pollutec Horizons, le salon des éco-technologies, de l’énergie et du développement durable se tiendra du 3 au 6 décembre 2013 à Paris-Nord Villepinte. Salon des éco-technologies, de l’énergie et du développement durable Pollutec Horizons est le rendez-vous de tous les acteurs de l’environnement et du développement durable. Pollutec Horizons rassemblera en un lieu unique tous les professionnels impliqués dans la croissance verte et présentera les dernières avancées réglementaires et techniques dans ces domaines. Cette année, ,Pollutec Horizons accueillera aussi deux manifestations phares : « Le CleanTech », colloques et ‘pitchs sessions’ axés cette année sur les smart grids et la ville intelligente ainsi que les « Green Business Meetings », rendez-vous d’affaires ciblés environnement, cleantech et énergie organisés par Enterprise Europe Network avec la CCI de RégionParis Ile-de-France.
plus d’info sur : www.pollutec.com

 

10 janvier 2014      Clôture inscription  8ème édition des Aressy Awards 
Inscrivez vos campagnes de communication responsable à la 8e édition des Aressy Awards, les Trophées de la Communication Fair Business. Vous avez deux chances de valoriser vos démarches :
Figurer parmi les gagnants du Grand Prix annuel
Etre exposé dans la Galerie Permanente
Pour postuler, votre campagne doit s’inscrire dans une des catégories suivantes :
- Publicité Presse et Affichage
- Communication Digitale
- Edition et publications
- Evènements
Les inscriptions se font tout au long de l’année, jusqu’au 10 Janvier 2014 (après cette date, les postulants seront éligibles aux Awards 2015). La Cérémonie de remise des prix se tiendra le 8 avril 2014.
Pour participer, rendez vous sur le site www.aressy.com/awards

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici