Newsletter juillet 2015

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises      n°59        juillet 2015

Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… Eco-jonction s’intéresse aux nouvelles idées et informe les décisionnaires sur les différents aspects de l’innovation : marketing, communication, gestion, production, développement durable, ainsi que sur les dispositifs d’aides existants pour développer les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 
 

Brèves

100 mesures pour créer une société plus durable

A la demande de la Ministre de l’Environnement Ségolène Royal, l’ex-ministre et avocate Corinne Lepage vient de remettre un rapport sur « L’économie du nouveau monde ». Au cœur de ce document : 100 propositions pour favoriser l’émergence d’une économie plus verte. Pour cela, le rapport liste cinq révolutions à mener dans les années à venir : mettre l’économie au service du bien-être et de l’environnement, mieux intégrer les externalités, donner la priorité au local et au citoyen, construire un nouveau modèle entreprenarial et faire le choix des énergies renouvelables. Concrètement, cette révolution verte pourrait être soutenue par la création d’une marque, France Terre d’Avenir, pour fédérer les acteurs impliqués et d’un “mouvement des entreprises pour la nouvelle économie (MENE)” afin de regrouper les organisations et entreprises qui se reconnaissent dans cette démarche. Pour découvrir davantage de propositions, téléchargez ce rapport.
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Une TPE sur deux est victime de cyber attaque : comment s’en prémunir ?

D’après une étude de la CGPME menée auprès de ses membres, 27% des entreprises seraient victimes d’actes de « cyber malveillance », un chiffre qui grimpe à 49% pour les TPE. Pire : 70% des répondants déclarent qu’ils étaient conscients des risques auxquels ils étaient exposés avant d’être piratés. Pour se prémunir de telles attaques, la CGPME a édité un guide des bonnes pratiques de l’informatique. L’organisation y liste douze règles essentielles pour sécuriser ses équipements, du choix des mots de passe aux mises à jour des logiciels, en passant par la protection des données en déplacement et la gestion de sa messagerie électronique.
Pour découvrir le guide des bonnes pratiques de l’informatique cliquez ici 
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Quel est l’impact environnemental de notre utilisation d’Internet ?

Utiliser Internet est devenu une habitude tellement quotidienne et anodine qu’on en oublierait presque à quel point celle-ci peut avoir un impact sur notre environnement. Le média en ligne sur le développement durable e-RSE.net a compilé les dernières études publiées sur le sujet et a rassemblé les points les plus marquants dans une infographie. Enseignements : chaque mail envoyé correspond à une émission de 4 grammes de CO2, l’ensemble des recherches quotidiennes sur Google représentent 7 tonnes de CO2 par jour et l’alimentation d’un ordinateur portable pendant un an est l’équivalent d’un Paris-Londres. Pour consulter l’infographie dans son intégralité allez sur e-RSE.net
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Un trophée pour les entreprises qui imaginent des solutions pour le climat

Vous avez développé une solution innovante de gestion des ressources ou de limitation de la consommation d’énergie ? A l’approche de la conférence COP21, l’ADEME, le C3D, le Crédit Coopératif, ORÉE, Solutions COP21, The Shift Project et World Efficiency viennent de lancer les “Trophées Solutions Climat” afin de récompenser les meilleures solutions en matière d’atténuation et/ou d’adaptation aux dérèglements climatiques. Des prix seront attribuées aux PME et aux grands groupes les plus vertueux dans deux catégories : adaptation aux effets du changement climatique et atténuation (réduction des émissions). L’appel à candidatures est ouvert jusqu’au jeudi 15 octobre sur le site http://www.oree.org/trophees-solutions-climat.html . La remise des Trophées aura lieu le 2 décembre pendant la conférence COP21, dans le cadre de la Galerie des Solutions organisée au Bourget par World Efficiency.
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Tendances

Et si vous passiez à “l’open-innovation” ?

A l’heure où l’innovation est devenue un élément-clé du développement et de différentiation des entreprises, un nouveau mode d’innovation émerge dans les entreprises de toutes tailles : l’open-innovation. Le principe : tout le monde – à l’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise – peut avoir des idées pour la développer et imaginer de nouveaux produits, services et modèles économiques, et pas seulement le top management ou la direction.

Les employés restent la première source de créativité d’une société. Les géants du web, comme Microsoft ou Apple, permettent ainsi à leurs salariés de développer des projets annexes sur leur temps de travail. Sans aller jusqu’à cette extrême, les classiques “boîtes à idées” connaissent un nouveau souffle, grâce au développement des réseaux sociaux internes et aux Intranet, qui favorisent la collaboration. La mise en place d’équipes réduites, en mode “start-up”, réunissant différentes compétences internes en dehors de toute logique hiérarchique, favorise également le développement rapide de prototypes nés d’idées collectives.

Les entreprises sont également toujours plus à l’écoute de leurs clients afin d’identifier de nouveaux besoins et leurs envies. C’est dans cette optique que se multiplient les lancements de produits en version beta, testés par une communauté identifiée. Les réseaux sociaux offrent également un lieu d’échange privilégié avec vos clients. Au-delà de votre cercle de fidèles, tout le monde ou presque pourrait venir enrichir votre réflexion. Pourquoi ne pas organiser un concours en partenariat avec une école proche de votre secteur ? Ou lancer un concours d’idées sur votre site web, avec prix à la clé ?

Les grandes entreprises ont compris tout l’intérêt qu’elles ont à s’ouvrir à l’extérieur pour se renouveler et misent, elles, sur des partenariats avec des start-up. Vous travaillez dans une TPE ou une PME ? Pourquoi ne pas créer ou rejoindre un club d’entreprises de votre secteur, pour vous faire bénéficier mutuellement de vos réflexions. Tout est encore à imaginer… Open-innovez !
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Portrait

Un Breton invente un plastique 100% végétal à partir d’algues

Rémy Lucas a imaginé un matériau innovant fabriqué à partir d’algues brunes destiné à se substituer au plastique. Aujourd’hui, son produit intéresse de grands groupes internationaux.

Comment est née la société Algopack ?
Je suis issu d’une famille de goémoniers du Finistère, présente dans le secteur des algues depuis 200 ans. J’ai travaillé pendant une quinzaine d’années dans la plasturgie dans des groupes internationaux puis sur les premiers substituts plastiques créés à partir de maïs (PLA). Puis, j’ai commencé à imaginer un substitut du plastique à partir d’algues. C’est là que j’ai fait la jonction entre mon expérience professionnelle et mon histoire familiale. J’ai avancé sur le projet de 2000 à 2010 dans mon garage. Cette start-up de la “chimie bleue” est aujourd’hui installée à Saint-Malo et fait travailler trois personnes sur un site de production de 750 mètres carrés.

Pourquoi avoir choisi de créer un substitut au pétrole à partir d’algues ? Il existe déjà des substituts à partir de pomme de terre et des maïs par exemple comme vous l’évoquiez ?
Les algues ne nécessitent ni engrais ni pesticides et ne consomment presque pas d’eau pour leur culture. Par ailleurs, elles sont disponibles à la fois localement et au niveau international. Elles absorbent également du CO2 et, surtout, n’empiètent pas sur le foncier agricole, ce qui est un point important à une époque où les enjeux alimentaires sont forts.

Pouvez-vous nous présenter les matériaux que vous avez développés ?
Nous avons tout d’abord lancé la gamme Algoblend, réalisée à partir de 50% de plastique et 50% d’algues en 2012, notamment afin de tester le process de transformation de la plasturgie. Cette matière recyclable est aujourd’hui utilisée dans les secteurs de l’alimentaire, les cosmétiques, l’automobile et la téléphonie (via un partenariat avec Orange notamment).

Puis, en 2013, nous avons commencé à travailler sur Algopack, réalisé à partir de 100% d’algues. En fin de vie, ce matériau a l’avantage de se désintégrer en douze semaines dans la terre en apportant des fertilisants. Le cercle est donc vertueux jusqu’à la fin de vie. Le premier produit que nous allons commercialiser à la rentrée est une clé USB de 8 Go, fabriquée entièrement à Saint-Malo. Nous sommes également en discussions pour nous développer sur d’autres secteurs d’applications.

Quels sont les retours des professionnels qui pourraient utiliser ces matériaux ?
Ils sont très positifs ! Nous sommes en train de nouer des partenariats au niveau mondial avec de grands groupes. Nous nous développons plus vite que je ne l’avais programmé ! Il s’agit du développement dont je rêvais ! Mais je garde cet esprit de marin paysan avec les pieds sur terre : dans notre prévisionnel, j’avais imaginé une montée en puissance plus lente et une reconnaissance mondiale plus longue à venir. Nous ne disposons d’aucune puissance commerciale en interne mais les groupes viennent directement à nous.

Pourquoi s’intéressent-ils à ce matériau ?
Ces dernières années, on a vu beaucoup de greenwashing autour des enjeux du développement durable. Mais aujourd’hui, tous les grands groupes ont une stratégie forte pour développer des bioplastiques. Ils ont la volonté de remplacer les plastiques par des matériaux plus vertueux. Ils se recentrent sur des stratégies plus authentiques.

Comment envisagez-vous votre développement dans les années à venir ?
Nous allons monter tranquillement en puissance dans les cinq ans à venir. Nous allons augmenter notre capacité de production et renforcer nos équipes. Si aujourd’hui les ventes en Europe représentent la majorité de notre chiffre d’affaires, nous allons fortement nous développer dès l’an prochain à l’international. Nous visons un objectif de chiffre d’affaires de 30 millions d’euros dans les années à venir.

Alors que nous sommes en plein dans l’année du climat et à l’approche de la COP21, nous avons sur le territoire breton une solution d’avenir pour le climat et les océans. Aujourd’hui, 450 kg de plastiques se déversent en mer à la seconde. Nous offrons une véritable solution en amont à ce problème et une opportunité pour développer une vraie filière industrielle.
Plus d’infos sur www.algopack.com
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Etranger

Un Italien invente le supermarché de demain

Le supermarché de demain sera… connecté ! C’est le pari du designer italien Carlo Ratti, directeur du “Senseable City Lab” auprès du Massachusetts Institute of Technology et de l’étude de design Carlo Ratti Associati, qui a imaginé à quoi pourrait ressembler le supermarché du futur. Il présente son projet The Future Food District jusqu’à octobre à Milan à l’occasion de l’Expo Milano 2015.

Pour l’occasion, le designer a recréé de toutes pièces un supermarché de 2500 m2 proposant 1500 produits à la vente, en partenariat avec la chaîne italienne de magasins COOP. Au rayon des fruits et légumes, des écrans surmontent les rayons afin de donner des informations sur l’origine des produits, les ingrédients et les procédés de fabrication. Vous pouvez y apprendre ainsi comment la pomme que vous tenez dans la main a été acheminée au magasin, les produits chimiques utilisées, la quantité de CO2 générée pour sa production… Son credo : en informant mieux le consommateur, celui-ci peut devenir acteur du changement. Il est ainsi fortement incité à faire des choix meilleurs pour sa santé, plus respectueux de l’environnement et à favoriser l’économie locale et solidaire.

Les robots sont également au cœur de ce magasin du futur… sans qu’ils remplacent complètement l’humain. A côté des caisses automatiques, des hôtes et hôtesses vous assistent, comme on peut déjà le voir aujourd’hui dans de nombreux supermarchés. Mais les machines envahissent également les allées. Un rayon est vide ? Des robots se chargent de le réapprovisionner. La chaîne italienne de magasins COOP, partenaire du projet, qui étudie dans le détail le comportement des consommateurs face à cette expérience, envisage d’intégrer certaines innovations dans ses supermarchés.
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Gestion

Réduire et gérer ses déchets : une source d’économies pour les entreprises

Savez-vous combien vous coûtent vos déchets ? Il y a de grandes chances que non… Selon une étude de l’Ademe, neuf PME sur dix ne connaissent pas le coût complet de leurs déchets. Pourtant, réduire cet impact à l’origine pourrait vous permettre de réaliser de substantielles économies.

1,5 million d’euros par an : c’est le montant des économies réalisées par 40 entreprises témoins accompagnées par l’Ademe dans la réduction et la gestion de leurs déchets. Alors que la réduction et le recyclage des déchets des entreprises font partie des priorités fixées par le Grenelle de l’environnement, il devient urgent d’agir.

Si 53% des entreprises sondées par l’Ademe connaissent le coût externe de gestion de ces déchets (représentant en moyenne 0,5 % du chiffre d’affaires), 90% ignorent encore le coût complet des déchets incluant le coût interne de gestion (tri, manutention…) et de production (matières premières, emballages et produits devenus déchets). Il s’agit pourtant, et de loin, du poste le plus coûteux ! Le coût de production des déchets est de 3 à 181 fois plus élevé que le coût de leur gestion. A l’inverse, les recettes du recyclage (revente des chutes/déchets de matières premières) sont cinq à dix fois inférieures au coût de production des déchets. Le déchet n’a donc aucune valeur ajoutée !

Pour aider les entreprises à mieux identifier les actions à mettre en place pour réduire cet impact et pour chiffrer les gains, l’Ademe met à disposition des entreprises une riche documentation sur le sujet. Il est ainsi possible de consulter le rapport détaillé de l’étude de l’Ademe sur la réduction des déchets réalisé avec 50 entreprises témoins. L’agence propose également un fascicule didactique, détaillant tous les gains générés par une politique de réduction des déchets.
eco-jonction octobre 2013
 
 
 

Produits

Sécurisez vos données avec une clé

Spécialement conçue pour les travailleurs nomades, la clé Nomad Vault permet de créer en quelques secondes son propre réseau privé virtuel 100% sécurisé, accessible n’importe où et n’importe quand. Le principe ? Insérez la clé USB dans votre ordinateur ou PC portable et saisissez votre mot de passe pour bénéficier d’un canal crypté pour vous connecter à des serveurs distants. Vous avez ainsi accès à tous vos fichiers sauvegardés précédemment et pouvez en enregistrer de nouveaux, que vous pourrez partager avec d’autres collaborateurs ayant accès à ce canal crypté. Grâce à sa double protection via la clé et le mot de passe, Nomad Vault offre une solution solution 100% sécurisée, sans le moindre risque, pour utiliser des données, des logiciels ou des fichiers stockés dans le cloud.
Plus d’informations sur le site de Nomad Vault
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Une batterie biodégradable en papier alimentée par… des bactéries

Les Géo Trouvetou du XXIe siècle n’en finissent pas de trouver des sources d’énergie moins polluantes plus étonnantes les unes que les autres ! Des ingénieurs de l’université de Binghamton aux Etats-Unis ont ainsi imaginé une source d’énergie utilisant des bactéries actives dans de l’eau croupie déposée sur une batterie en papier inspirée de l’origami japonais. Mieux : cette batterie est biodégradable et ne coûte que 5 cents à produire. La prochaine étape ? Trouver un champ d’application pour leur trouvaille. L’équipe de scientifiques vient de recevoir un financement de 300 000 dollars pour leur permettre d’identifier un débouché dans les trois ans à venir.
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Aménager ses bureaux de façon ludique

Le fournisseur de mobilier de bureau autrichien Bene vient de lancer Bene Office Maker (http://officemaker.bene.com), un site pour imaginer l’aménagement de ses espaces de travail en quelques clics. Cet outil s’appuie sur vos habitudes de travail pour vous proposer une organisation adaptée à vos besoins. Recevez-vous souvent des invités et des clients ? Des clients et du public ? Dans quelle mesure les différents services travaillent-ils ensemble ? Le bureau zéro papier, un objectif pour votre entreprise ? L’innovation est-elle un élément crucial dans la vision de l’entreprise ? En répondant à une série de questions, le site imagine vos espaces de travail de demain puis les modélise sur un plan en haute définition.
eco-jonction juillet 2015
 
 
 

Un utilitaire roulant à… l’hydrogène

A première vue, rien ne distingue le Kangoo ZE-H2 des modèles que vous avez l’habitude de voir circuler dans les rues. Et pour cause : il s’agit de Kangoo électriques classiques, à la différence près que ceux-ci sont dotés en supplément d’une pile à combustible capable de recharger la batterie lorsqu’elle passe sous un certain niveau d’autonomie. Ce système permet au véhicule d’effectuer jusqu’à 180 kilomètres supplémentaires en “brûlant” de l’hydrogène, soit jusqu’à 340 kilomètres sans recharge. Une autonomie étendue qui commence à séduire les collectivités : après un test mené à Grenoble et Lyon dans le cadre du projet HyWay, le département de la Manche vient de commander cinq exemplaires de la Kangoo ZE-H2 développée par Symbio FCell et près de 30 villes se seraient portées candidates pour reproduire l’expérience menée à Grenoble et Lyon.
eco-jonction juillet 2015