newsletter juin 2012

Eco-jonction : la newsletter verte des entreprises    n°30       juin  2012

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité.

 

Brèves

Un guide pour être plus écocitoyen au bureau

L’Ademe vient d’éditer un guide, disponible gratuitement au format PDF, pour aider les salariés à s’engager dans une démarche de développement durable. Intitulé “Etre écocitoyen au bureau”, il donne des pistes d’engagement simples à mettre en place et fait le point sur les principaux postes de consommation énergétique d’une entreprise. Ordinateur, imprimante-photocopieur, téléphone portable, radiateur, éclairage, eau, réunions et même… la pause café : toutes les sources potentielles de gaspi sont passées à la loupe.
Cliquez ici pour télécharger ce guide pratique.
eco-jonction juin 2012

Les éco-entreprises se rassemblent pour échanger leurs expériences

Lancé au début de l’année 2012 par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), le programme “PLATO éco-actif” rassemble des éco-entreprises d’Ile-de-France désireuses d’échanger sur leurs expériences. Le but de ce réseau ? Permettre aux dirigeants impliqués dans cette plateforme de bénéficier de deux ans de formation continue pour booster leurs compétences managériales. Divisé en quatre groupes de travail géographiques (Paris, Hauts-de-Seine, Seine Saint-Denis et Val-de-Marne), ce programme réunit des entreprises aux parcours très différents, de la PME aux grands groupes, comme La Poste, Bouygues, Alstom ou Orange. L’originalité du dispositif : les cadres de grandes entreprises coachent les dirigeants de PME/PMI. Chaque groupe, réunissant une quinzaine de compagnies, évolue de façon indépendante et se rencontre plusieurs fois par an pour débattre. Les premiers ateliers ont ainsi permis d’aborder des sujets variés, comme le recrutement responsable et équitable, le management de la génération Y, l’intégration des nouvelles technologies dans sa communication et la mise en place d’une stratégie d’industrialisation.
Pour en savoir plus sur ce programme, consultez le site de la CCIP.
eco-jonction juin 2012

Un dispositif pour accompagner les entreprises écoresponsables d’Ile-de-France

La région Ile-de-France vient de donner le coup d’envoi de son 5e appel à projets PM’up, destiné à sélectionner une centaine de PME et PMI franciliennes à fort potentiel pour les accompagner dans la mise en œuvre d’un plan de développement ambitieux et responsable. Les lauréats PM’up bénéficieront pendant trois ans d’une subvention régionale pouvant atteindre 250 000 € sur l’ensemble de leur plan de développement, d’un accompagnement par un conseiller de la région Ile-de-France et viendront intégrer un réseau comptant plus de 500 entreprises et partenaires institutionnels. Ce concours est ouvert aux PME et PMI implantées en Ile-de-France ayant au moins un exercice de chiffre d’affaires. La date limite de dépôt ou d’envoi des dossiers est fixée au 20 juillet 2012. Pour télécharger le dossier de candidature et obtenir plus d’informations sur cet appel à projets, rendez-vous sur la page dédiée à ce concours sur le site de la région Ile-de-France.
eco-jonction juin 2012

Les Etats-Unis s’intéressent au savoir-faire écologique français

La start-up toulousaine Viha Concept (www.viha-concept.com ), à l’origine d’un concept de trottoir électrique producteur d’énergie, va s’exporter aux Etats-Unis. La société californienne Harvest Energy vient en effet d’acheter le brevet. Cette invention permet de récupérer l’énergie créée par des passants marchant sur un trottoir via des dalles sur ressorts afin d’alimenter en énergie les lampadaires d’une rue. Présenté en 2011 à Toulouse, ce concept avait attiré des universitaires et industriels du monde entier. Il devrait désormais être développé à New York, en partenariat avec la Stony Brook University. Le fondateur de la société, Laurent Villerouge, est un peu amer de ne pas avoir pu continuer l’aventure en France. Pour développer son projet, il avait besoin d’1,3 million d’euros d’investissement, une somme qu’il n’a pas réussi à réunir auprès des institutions françaises… Il va profiter de ce nouveau partenariat américain pour tester un nouveau concept : la récupération de l’énergie de l’essorage d’un lave-linge pour faire chauffer de l’eau.
eco-jonction juin 2012

 

Portrait

CLB Conseils, chasseur de coûts et de gaspi

Laurent Besnard, dirigeant du chasseur de coûts bureautiques CLB Conseils, veut faire rimer économies avec écologie. Tout en aidant les entreprises à réduire leurs coûts liés aux flux de papiers dans l’entreprise, il injecte une dose de développement durable dans la démarche pour aider les salariés à prendre conscience de l’importance de cette dimension dans leur travail au quotidien.

Laurent Besnard CLB Conseils

En quoi consiste votre activité ?
CLB Conseils exerce une activité de chasseur de coûts sur les budgets bureautiques (copieurs, imprimantes, fax, etc.). Nous aidons à mettre en place des actions de changement de machines et amenons une gestion de « bon père de famille » dans l’entreprise. Nous nous rémunérons sur les économies que nous parvenons à faire réaliser aux sociétés.

Comment le développement durable s’est-il intégré dans cette démarche ?
Nous n’intervenons pas du tout sur le volume de pages traitées dans l’entreprise, ce n’est pas notre métier. Nous sommes avant tout un chasseur de coûts. Mais le développement durable peut amener à faire des économies. Nous pouvons ainsi aider nos clients à choisir une solution logicielle pour réduire le nombre d’impressions en les orientant vers les bons prestataires pour suivre les abus. Certains logiciels par exemple peuvent interdire l’impression des mails, etc.
De même, de nombreuses sociétés utilisent encore des fax. Nous préconisons de basculer sur le fax-tout-mail, afin de recevoir les fax de l’entreprise directement par mail. Cette solution, qui ne coûte rien (ou presque) permet de réduire du jour au lendemain l’impression de 80 à 90%, les fax étant saturés de publicités que personne ne regarde.
Nous avons par ailleurs rédigé il y a quelques années un livre vert que nous mettons à disposition de nos clients. Nous aimerions aider à la prise de conscience, pouvoir sensibiliser les utilisateurs, même si ce n’est pas notre cœur de métier.

Vos clients sont-ils sensibles à cette approche ?
Cela dépend des clients… En tout cas, parmi les clients qui nous contactent, ce ne sont jamais les directeurs du développement durable qui nous approchent ! Certains apprécient la démarche mais y voient tout de suite une opportunité de communiquer et mettent le service de la communication dans la boucle. D’autres y sont complètement indifférents et s’attachent uniquement à l’aspect réduction des coûts.
Malgré tout, dans les années à venir, nous souhaiterions encore affirmer davantage cette dimension. Le développement durable ne constitue pas un des fondamentaux de notre activité, puisque nous sommes centrés sur les économies, mais les deux démarches peuvent se compléter. Sur le secteur sur lequel nous travaillons, la bureautique, il est très facile d’intégrer une dimension de développement durable sans trop de coûts, c’est donc une première approche qui peut être intéressante pour une entreprise qui veut se lancer dans ce type de démarche.
Mais la route est encore longue pour faire évoluer les mentalités. Aujourd’hui, tout le monde se sent concerné par le développement durable à titre personnel et fait attention dans son quotidien, à la maison, en triant ses déchets, etc. Mais, une fois au travail, la plupart des salariés oublient toutes ces bonnes habitudes. Il y a encore beaucoup de travail pour changer les habitudes dans le monde de l’entreprise. Il y a un côté très tactile, un rapport très personnel avec le papier, qui créé un réel attachement. Pour faire chuter le flux papier dans l’entreprise, le processus est ainsi long et demande un accompagnement au changement et la mise en place de formations. Mais je suis persuadé qu’avec de la persévérance, il est possible de changer ces habitudes anciennes…
www.clbconseils.com
eco-jonction juin 2012

 

Marketing

Lancement du dispositif EnVol de labellisation environnementale des PME

Aujourd’hui, faire reconnaître sa démarche environnementale n’est pas toujours simple pour une petite entreprise ; entre la norme ISO 14001 jugée parfois trop complexe ou les marques professionnelles souvent peu reconnues, le chef d’entreprise a du mal à s’y retrouver.
C’est pourquoi l’ACFCI (Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie), l’ADEME et leurs partenaires proposent le dispositif de labellisation EnVol – Engagement volontaire de l’entreprise pour l’environnement®.
L’objectif du dispositif est de proposer une reconnaissance des démarches de management environnemental des entreprises de moins de 50 salariés, et de permettre aux petites entreprises de mettre en place un système de management environnemental opérationnel et adapté à leur taille et activité. EnVol s’appuie sur les exigences du niveau 1 du référentiel AFNOR FD X30-205, qui va prochainement devenir la norme française NF X30-205.
Les entreprises souhaitant obtenir le label EnVol doivent remplir un dossier de candidature via une plate-forme en ligne gérée par AFNOR Certification. Une fois le dossier de candidature validé par l’entreprise, AFNOR Certification attribue à l’entreprise le label EnVol pour une durée de 5 ans. Au cours de ces 5 ans, chaque entreprise labellisée fera l’objet d’un audit sur site par un auditeur AFNOR Certification.
Les frais d’obtention du label, audit compris, sont de 300 euros HT par an pour les entreprises de moins de 10 salariés, et de 350 euros HT par an pour les entreprises ayant entre 10 et 49 salariés.
Le dispositif a déjà été testé avec succès auprès de 160 entreprises et va être officiellement lancé et déployé de façon pérenne à partir du 28 juin 2012, à l’occasion d’une conférence au salon Planète PME.

Les partenaires du dispositif sont : ACFCI, APCMA, ADEME, AFNOR Certification, Aviva, Crédit Coopératif, WWF France.
Pour plus d’informations : www.envol-entreprise.fr
ACFCI – eco-jonction juin 2012

 

Gestion

Organiser un événement durable

Votre entreprise souhaite véhiculer des valeurs de développement durable ? En incluant cette dimension dans l’organisation de vos colloques, conférences et salons, vous pourrez ainsi mettre en avant cet engagement de façon visible auprès de vos clients et fournisseurs. Voici quelques pistes pour vous aider à avancer dans votre réflexion.

Le choix du lieu
Pour rendre un événement durable, il vous faut avant tout bien choisir le lieu où vous l’organiserez pour favoriser des modes de déplacement alternatifs. La salle de conférence que vous avez choisie est-elle accessible en transports en commun ? Existe-t-il une station de vélos en libre service à proximité (type Vélib’ par exemple) ? Si votre budget vous le permet, mettez également en place un service de navettes ou de covoiturage. Incitez également les visiteurs à utiliser d’autres moyens de déplacement que la voiture en communiquant sur l’accessibilité de ce lieu dans vos plaquettes de présentation de l’événement et en instaurant, par exemple, une tarification préférentielle pour les utilisateurs de modes de déplacement alternatifs à la voiture.

Des prestataires sensibles au développement durable
Informez-vous également sur les caractéristiques du bâtiment choisi : est-il labellisé ? Comment sont gérés les déchets ? Des démarches ont-elles été engagées pour réduire la consommation d’eau ou d’électricité ? De plus en plus de lieux de conférences intègrent aujourd’hui toutes ces dimensions environnementales. De même, pour le montage de l’événement, choisissez des prestataires sensibles à cette démarche. Privilégiez des entreprises locales et favorisant l’insertion sociale et établissez avec eux une feuille de route pour éviter tous les gaspillages inutiles. Pour la restauration par exemple, choisissez un prestataire utilisant des aliments de saison, des produits locaux et issus de l’agriculture biologique ou responsable et préférez les gros conditionnements aux barquettes individuelles pour éviter le suremballage.

Une communication plus responsable
Enfin, pour communiquer autour de votre événement, favorisez les documents électroniques. Pour vos supports papier, choisissez des papiers recyclés et écolabellisés. Imprimez en recto-verso et choisissez un imprimeur Imprim’Vert qui s’engage à réduire l’impact de son activité. Par ailleurs, préférez un format standard afin de limiter les chutes de façonnage. Et évitez les papiers spéciaux (métallisés par exemple) et les pelliculages traditionnels (créés à partir de produits chimiques et empêchant le recyclage des pages concernées). Essayez également de faire une distribution raisonnée de ces documents imprimés : ne pratiquez pas de distribution massive de tracts et privilégiez l’affichage à des endroits stratégiques.

Un démontage raisonné
L’étape du démontage doit également être minutieusement suivie pour éviter les gaspillages. Essayez de récupérer un maximum d’éléments du décor, du mobilier et de signalétique qui pourront vous être utiles lors d’une prochaine manifestation. Vous pouvez également faire don de certains équipements aux associations locales, écoles ou autres organismes pouvant être intéressés. Concernant la restauration, si un grand nombre de produits n’ont pas été consommés, contactez une association caritative locale pour savoir si ceux-ci peuvent les intéresser. Par ailleurs, lors du nettoyage du site, veillez à bien organiser le tri des déchets recyclables et leur acheminement vers les filières de valorisation.
eco-jonction juin 2012

 

Etranger

Les Etats-Unis s’offrent une ville fantôme futuriste

Les Etats-Unis ont-ils la folie des grandeurs ? Une “ville fantôme” va être construite au Nouveau Mexique pour un montant d’un milliard de dollars afin de tester les technologies du futur. Ce centre dédié à l’innovation sera une ville entièrement fonctionnelle, avec l’eau courante, un réseau complet d’électricité et un accès sans fil à Internet… mais n’accueillera aucun résident ! Cet immense centre d’innovation, dont la construction vient de démarrer, permettra de tester grandeur nature de nouvelles sources d’énergie renouvelable, des systèmes de gestion du trafic routier, des réseaux sans fil nouvelle génération et des systèmes de sécurité dernier cri, le tout, sans gêner les habitants dans leur quotidien.

Pour développer cette ville modèle destinée à reproduire une agglomération de 35 000 habitants, les chercheurs se sont inspirés de Rock Hill, une localité située à plusieurs centaines de kilomètres de là, en Virginie du Sud et qu’ils entreprennent de reproduire à l’identique. Routes, maisons, bâtiments commerciaux : tout doit être parfaitement copié sur une périphérie totale de 15 km2.

Cette ville vide viendra résoudre un des plus gros obstacles à la commercialisation de nouvelles technologies : elle permettra de faire dialoguer plus facilement des porteurs de projets encore au stade de la recherche et du développement et des investisseurs trop frileux pour s’impliquer sans avoir accès à des prototypes. De nombreuses innovations ne peuvent en effet actuellement pas être testées dans des conditions optimales en raison de limites imposées par la législation ou de leur dangerosité dans un environnement classique. Google, par exemple, a testé des voitures autonomes, sans chauffeur, sur les routes et autoroutes de Californie. Mais, même si elle n’intervenait pas directement sur les commandes du véhicule, une personne était malgré tout toujours présente dans l’habitacle. Cette ville fantôme pourrait constituer une opportunité pour ce type de projets.

Pour la localité voisine de Hobbs, ce centre d’innovation constitue une extraordinaire opportunité de développement. Celui-ci permettra en effet de créer 350 emplois permanents et mobilisera plus de 3 500 personnes pour sa construction.
eco-jonction juin 2012

 

Produits

Un service de conciergerie éthique

Le Groupement national des établissements et services d’aide par le travail (Gesat) vient de créer une marque de conciergerie citoyenne appelée ‘Merci Oscar’. En passant par ce service, les entreprises intéressées s’assurent que le personnel engagé pour leur conciergerie est issu d’un ESAT (établissement ou service d’aide par le travail) ou d’une EA (entreprise adaptée), favorisant l’insertion des personnes handicapées. Quatre professionnels de la conciergerie se sont déjà engagés dans le projet : le CCSP, Bien-être à la carte, Circles et Yes we Can. Ils mettent ainsi à disposition de leurs clients des professionnels handicapés sur des missions allant de l’accueil physique à la prestation de services (blanchisserie, paniers bios, lavage de véhicules, etc.).
Plus d’informations sur le site www.conciergeriecitoyenne.com.
eco-jonction juin 2012

Un site pour trouver la meilleure offre de rachat d’un produit high-tech

Quel prestataire choisir pour le recyclage de vos matériels informatiques obsolètes ? La filière s’est largement développée ces dernières années. Pour vous permettre d’y voir plus clair et de trouver le prestataire qui vous reprendra vos imprimantes, ordinateurs et téléphones portables au meilleur prix, le site www.comparecycle.com compare les différentes offres de recyclage et de reprise. Il suffit d’entrer les caractéristiques de l’appareil sur le site pour obtenir une liste de tarifs de reprise, pouvant varier de 0 € à 1 200 €. Il est possible de proposer aussi bien des objets en état de marche que des ordinateurs ou un téléphone portable avec un écran cassé ou rayé par exemple. Selon l’état de l’appareil (neuf, fonctionnel ou non), trois tarifs de reprise sont ainsi proposés. Le paiement peut ensuite être réalisé par virement, chèque ou via un don à une association !
eco-jonction juin 2012

 

Des nettoyants informatiques plus verts

Spraytec a développé une gamme de produits de nettoyage bureautiques et informatiques plus respectueux de l’environnement. Les sprays pour nettoyants plastiques (Plastigreen) et pour écrans fragiles (E-Net green) sont biodégradables à plus de 92%, tout comme les lingettes pour écran Visugreen. Enfin, le dépoussiérant ininflammable Dustergreen génère un potentiel de réchauffement climatique proche de zéro, inférieur de 99,5% aux dépoussiérants classiques.
plus d’infos en cliquant ici 
eco-jonction juin 2012

 

Une corbeille à courrier fabriquée à partir de bouteilles plastiques

La corbeille à courrier Helit de la marque Maped vient d’être élue “meilleur produit écologique” lors des European Office Products Awards (EOPA) organisés dans le cadre du salon Paperworld. Et pour cause : certifiée Blue Angel, celle-ci est composée à 97% de bouteilles en plastique recyclées (et de 3% de mélange colorant). Fabriquée en Allemagne, elle est réalisée grâce à des matières premières recyclées achetées localement. Disponible dans cinq coloris transparents et quatre couleurs opaques, elle permet de stocker des documents d’un format légèrement supérieur à du A4 (comme des dossiers suspendus) et peut supporter jusqu’à 6 kg.
eco-jonction juin 2012

 

Agenda

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici

 

avril 2012        Mastère Spécialisé « Management Qualité Sécurité Environnement et Développement Durable »
Le Mastère Spécialisé « Management Qualité Sécurité Environnement et Développement Durable » proposé par MINES ParisTech (École des Mines de Paris) et Cegos ouvre sa 5ème promotion en avril 2012. Ce cursus permet d’acquérir l’expertise indispensable pour construire, animer et déployer une démarche QSE-DD dans toute l’entreprise.
Vous pouvez encore demander un dossier d’inscription !
Renseignements et inscription :   Fanny Armelin  01 55 00 99 11   farmelin@cegos.fr
plus d’info cliquez ici


14-15 juin  2012      Les Formations PRODURABLE

Paris
1/ Reporting et stratégie carbone de l’entreprise (IRSE)
2/ Mettre en œuvre et piloter une démarche de Responsabilité sociétale adossée à l’ISO 2600 (Sustainway)
Plus d’info cliquez ici

 

21-22 juin  2012    Les Formations PRODURABLE
Paris
1/ Connaître et appliquer la nouvelle loi Grenelle 2 (IRSE)
2/ L’ACV sociale : un outil innovant pou mesurer l’empreinte sociale et socio économique des produits et services
(GROUPE AGECO)
Plus d’info cliquez ici

 

28 juin  2012    Salon Planète PME
Palais des Congrès de Paris – Porte Maillot
Planète PME est le rendez-vous annuel des dirigeants de PME. Pendant une journée, ils s’informent, échangent leurs bonnes pratiques, développent leur business, et rencontrent tous les acteurs de l’économie des PME.
Au programme de la 10ème édition :
- Financement, Développement à l’international, Formation professionnelle, Recrutement, Emploi, Transmission & Reprise d’entreprise, Innovation, Services aux Entreprises, Optimisation des coûts, Performance commerciale, RSE ;
- 2 séances plénières – 80 conférences et ateliers – 2 000 rendez-vous d’affaires sur les stands – 2 opérations de recrutement – 1 Business Quick Meeting – la Coupe de France des Entrepreneurs.
Plus d’informations : www.planetepme.org

 

28 juin 2012 Développer ou créer son eco-entreprise 
Comment mettre sur le marché des solutions innovantes
Paris – 9 rue de Berri – Amphithéâtre de la FNTP
Organisé par l’AFITE (Association Française des Ingénieurs et techniciens de l’Environnement) en partenariat avec l’ADEME, ce colloque présentera les différents dispositifs de soutien au développement des eco-entreprises et la mise sur le marché de solutions eco-innovantes.
Plus d’info en cliquant ici 

 

Les Journées Entreprise et Développement Durable
Les CCI de Paris – Ile-de-France accompagnent les PME-PMI dans la mise en œuvre du Développement Durable. Les Journées Entreprise et Développement Durable sont le rendez-vous des PME qui veulent s’informer et échanger sur les bonnes pratiques dans le domaine de l’écoconception, les achats durables, l’énergie et plus généralement l’engagement sociétal des entreprises. En 2012, les JEDD se dérouleront tout au long de l’année.
Tout le programme sur www.jedd.fr

 

12-13 octobre 2012   Salon de la Croissance Verte et des Eco-industries
La Rochelle – Espace Encan
Cette manifestation s’adresse à tous les professionnels : PME-PMI, collectivités territoriales, entreprises et artisans du BTP, laboratoires de recherche, centres de transfert, etc… Le vendredi 12 octobre est réservé aux professionnels et le samedi 13 au grand public.
Découvrez sur deux jours le secteur des éco-industries : agro-industrie, traitement et valorisation des eco-produits et déchets, éco-habitat, maîtrise de l’énergie, énergies renouvelables, véhicule électrique,  traitement de l’eau et de l’air, audit-conseil-ingéniérie, laboratoires de recherche, organismes financiers et assurances, formation et emploi, et les innovations produites à travers des démonstrations.
Plus d’infos sur http://salon.croissanceverte.poitou-charentes.fr

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici