Newsletter juin 2014

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises    n°48     juin 2014

En 2014… eco-jonction fait évoluer son positionnement rédactionnel : il élargit son contenu éditorial du développement durable à l’innovation, moteur de croissance et de compétitivité pour les entreprises.
Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… eco-jonction s’intéresse à toutes les nouvelles idées. eco-jonction informe les décisionnaires sur les approches et aspects de l’innovation : marketing, communication, gestion, production, distribution, développement durable, ainsi que sur les dispositifs d’aides existants pour développer les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Brèves

Le Paris des PME éco-engagées  

La ville de Paris vient de lancer le “Guide PME éco-engagées”, une application mobile disponible sur le web, afin d’aider les petites entreprises à passer à l’action et à améliorer l’empreinte écologique de leur activité. Cette application, riche en informations pratiques, propose notamment des outils permettant de suivre son engagement environnemental et des fiches sectorielles (notamment pour les acteurs de l’événementiel, mais aussi pour les commerçants, les artisans, les entreprises de bureau, les acteurs du tourisme, de l’édition ou de la propreté). Cet outil est accessible à l’adresse http://m.guideecopme.paris.fr.
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

 

Le bio toujours en hausse !

En 2013, les ventes de produits bio pour la consommation à domicile ont progressé de 9%, d’après le dernier baromètre Agence Bio/CSA. Ainsi, près d’un Français sur deux (49%) achète “bio” au moins une fois par mois. Plus du quart des Français consomment des produits bio chaque semaine et 9% tous les jours. “Le développement de la consommation de produits bio est une tendance de fond”, note ainsi l’Agence Bio. En 2013, le marche? des produits alimentaires issus de l’agriculture biologique a été? estime? a? 4,56 milliards d’euros.
Plus d’infos en cliquant ici 
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

 

 

 

 

Erasmus pour les jeunes entrepreneurs

Vous êtes en train de créer votre entreprise ou l’avez fait récemment ? Vous êtes déjà à la tête d’une entreprise et cherchez à la développer à l’international ? Depuis 2009, le programme européen “Erasmus pour jeunes entrepreneurs” vous offre la possibilité d’aller vous former auprès d’entrepreneurs chevronnés dirigeant de petites entreprises en Europe. Cette démarche peut ainsi vous permettre d’échanger des connaissances et des expériences, de développer un réseau de relations professionnelles en Europe, de nouer de nouvelles relations commerciales ou de pénétrer de nouveaux marchés à l’étranger. Une bourse de l’Union européenne a été mise en place pour financer une partie du séjour à l’étranger. Pour connaître les conditions de participation, rendez-vous sur le site du programme : www.erasmus-entrepreneurs.eu.
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

 

Les lauréats de la communication responsable

La 8e édition des Aressy Awards, dont Eco-Jonction était partenaire, a récompensé des entreprises exemplaires dans leur stratégie de communication responsable. Ont ainsi été distingués Capoverde TBR, SNCF Voyages, BNP Paribas, les Fromageries Bel, Bonduelle, La Poste, Xerox France SAS et Elior Restauration. L’agence de communication Aressy, organisatrice de ce prix, note que le nombre de secteurs à se distinguer dans ce domaine est toujours plus important et que les entreprises font preuve d’une grande créativité dans le domaine. Par ailleurs, les sociétés communiquent sur cette dimension responsable aussi bien par le biais de campagnes corporate, commerciales et internes. Les candidats aux Aressy Awards 2015 peuvent dès maintenant s’inscrire sur www.aressy.com/awards.
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

 

Tendances

Les dix tendances technologiques qui vont transformer l’entreprise

Le changement est en marche. Certains champs agricoles sont déjà surveillés grâce à des drones. Des lunettes connectées permettent de faciliter le travail de gestion des stocks dans les entrepôts. Et demain ? L’étude Tech Trends du cabinet de conseil Deloitte analyse les dix tendances technologiques qui auront un impact sur les entreprises d’ici deux ans. Voici les trois évolutions qui ont le plus retenu notre attention.

L’émergence des “machines apprenantes”
En s’inspirant de la façon dont le cerveau humain traite l’information, formule des conclusions et apprend a? partir de ses expériences et sensations, les machines ont fait d’énormes progrès. Elles ont désormais la capacité? d’apprendre de l’expérience, à l’image du cerveau humain. La Commission européenne a même financé à hauteur d’un milliard d’euros le projet “Human Brain”, qui vise à construire d’ici 2023 un modèle opérant du cerveau ! Parmi les débouchés possibles pour ce type de technologies figure notamment les assistants personnels intelligents.

Le “crowdsourcing” au service de l’innovation
Et si les entreprises s’essayaient au modèle Wikipédia ? Le recours à l’intelligence des foules permet de mettre rapidement et massivement à contribution des ressources compétentes en dehors du cadre professionnel traditionnel. Grâce aux technologies 2.0, les entreprises peuvent mobiliser le savoir, la créativité et le savoir-faire de tous. La société minière Goldcorp a ainsi rendu public ses données géologiques stratégiques,
offrant 500 000 $ pour chaque nouveau filon supérieur à 6 millions d’onces d’or identifié. Cet investissement en récompenses lui a rapporté… 3 milliards de dollars en un an !

Le potentiel des “wearable technologies”
Le marché des “wearables devices”, c’est-à-dire des vêtements et accessoires connectés, n’en est encore qu’à ses balbutiements. Deloitte estime ainsi que les lunettes, bracelets et montres connectés atteindront les 10 millions d’unités vendues en 2014. Ce marché devrait ainsi générer 3 milliards de dollars en 2014.

Pour découvrir en détail les dix tendances technologiques, consultez l’étude détaillée de Deloitte.
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Portrait

“Il faut faire évoluer les modes de production agricole”

L’initiative Innov’Action, mettant en lumière les initiatives prises par des fermes innovantes dans douze régions de France, va s’achever le 20 juin. L’occasion de faire le point avec Jean-Yves Porhiel, responsable technique du service développement de la Chambre d’agriculture du Finistère, sur l’évolution des méthodes de production et sur l’innovation dans le secteur agricole.

La région Bretagne a été moteur pour mettre en lumière l’innovation dans l’agriculture. Comment est née cette envie de faire évoluer les choses dans ce domaine ?

Depuis les années 50, nous avons travaillé sur un modèle de production, basé sur la productivité et l’agriculture intensive. Après la guerre, le but de l’agriculture française était de nourrir la population française et européenne, l’objectif était de produire beaucoup. La PAC a ainsi été mise en place pour soutenir cet effort. Cela a tellement bien marché qu’on s’est retrouvés avec des stocks énormes dans les années 80. La PAC a dû être adaptée. Les quotas laitiers vont disparaître en 2015… Aujourd’hui, l’agriculture est très compétitive, et depuis plusieurs années des travaux importants autour de l’environnement ont été initiés, et portent aujourd’hui leurs fruits. Néanmoins, face au besoin croissant de produits alimentaires, avec une énergie de plus en plus chère et des produits de synthèse (phytosanitaires, antibiotiques) qu’il faut réduire, les modèles de production doivent évoluer.

La région travaille depuis 2010 sur les questions d’agroécologie. La Chambre d’agriculture de Bretagne a pris clairement position dans ce sens il y a quatre ans. A l’époque, les Côtes d’Armor organisaient déjà des portes ouvertes sur ce thème et on s’est rendu compte que cela intéressait beaucoup les agriculteurs. Ainsi, en 2010, nous avons mis en place l’événement Innov’Action pour faire découvrir les initiatives prises par les fermes innovantes au niveau de la région Bretagne. L’an dernier, nous avons été rejoints par les Pays de la Loire et plus de 10 000 visiteurs ont été reçus sur les deux régions. Cette année, pour la première fois, douze régions se sont associées à cet événement.

Concrètement, quelles sont les initiatives prises dans le secteur de l’agriculture pour faire évoluer le secteur vers l’agroécologie ?

Cela passe par toutes les étapes de la production. Ainsi, les matériels utilisés évoluent. L’an passé, nous avons ainsi présenté un robot bineur, qui permet un désherbage mécanique des exploitations maraîchères sans intrant chimique, donc de manière biologique. De même, les modes de culture sont repensées : les agriculteurs mettent en place des méthodes avec moins de passages dans les champs pour préserver les sols.

Par ailleurs, le plan écophyto 2018 prévoit de réduire de 50% l’utilisation des produits phytosanitaires sur les sols, c’est donc une problématique sur laquelle les agriculteurs sont très engagés. Pour la majorité des cultures, l’évolution est simple mais, pour d’autres, cela s’avère plus compliqué. De même, les éleveurs sont mobilisés pour réduire l’utilisation d’antibiotiques, dans le cadre du plan éco-antibiotiques.

Les agriculteurs veillent également à engager des actions pour faire des économies d’énergie, voire pour en produire. On voit apparaître des projets avec des installations photovoltaïques, du petit éolien et même de méthanisation (NDLR : production de biogaz à partir de matières organiques).

Est-ce que les agriculteurs sont prêts à suivre cette évolution ?
Oui, ils ont envie d’évoluer. Ainsi, par exemple, dans le Finistère, un groupe de travail de 180 agriculteurs étudie la question de la conservation des sols. Ils réfléchissent notamment à des solutions de production sans labour : Comment évolue la faune et la flore dans ce cas-là ? Comment traiter le problème des limaces ? D’autres agriculteurs, eux, testent des choses eux-mêmes, de leur côté, pour tenter de faire évoluer les méthodes de production.
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

 

Financement

Qui peut bénéficier du Crédit d’impôt recherche ?

Le crédit d’impôt recherche (CIR) est une mesure de soutien aux activités de recherche et développement (R&D) des entreprises. Il permet aux sociétés qui en bénéficient de déduire de leurs impôts les dépenses de recherche fondamentale et de développement expérimental.

Votre entreprise peut-elle prétendre au Crédit d’impôt recherche ?
Entreprises industrielles, commerciales, artisanales ou agricoles : toutes les structures peuvent demander à bénéficier du Crédit d’impôt recherche, quels que soient leur taille, leur secteur d’activité, ou leur statut juridique. Elles doivent être soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des BIC et être imposées d’après leur bénéfice réel (normal ou simplifié). Les entreprises exonérées de l’impôt sur les sociétés sont exclues du dispositif, à l’exception des jeunes entreprises innovantes (JEI), des entreprises créées pour la reprise d’une entreprise en difficulté, et des entreprises situées en zone aidée.

Quelles sont les dépenses prises en compte ?
Sont éligibles les dépenses suivantes :
- les dotations aux amortissements des biens et bâtiments affectées à la recherche,
- les dépenses de personnel concernant les chercheurs et techniciens de recherche,
- les rémunérations supplémentaires des salariés auteurs d’une invention,
- les dépenses de fonctionnement,
- les dépenses de recherche externalisées, confiées à tout organisme public, université, fondation reconnue d’utilité publique, association de la loi de 1901 ayant pour fondateur et membre un organisme de recherche ou une université,
- les dépenses de recherche confiées à des organismes agréés par le ministère de la recherche,
- les frais de brevets,
- les dépenses de normalisation des produits de l’entreprise,
- les dépenses de veille technologique (60 000 € par an maximum),
- ainsi que les dépenses de nouvelles collections dans le secteur textile-habillement-cuir.

Quel montant peut être pris en charge ?
Le Crédit d’impôt recherche est assis sur le volume annuel de dépenses éligibles déclaré par les entreprises.
Concernant les activités de R&D, le taux du crédit d’impôt accordé aux entreprises est de 30% des dépenses éligibles pour une première tranche jusqu’à 100 000 €, puis de 5% des dépenses éligibles au-delà de ce seuil.
Concernant les activités d’innovation, les dépenses peuvent être prises en charge jusqu’à un maximum de 400 000 € par an. Le taux du crédit d’impôt est de 20%.

Pour en savoir plus : le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a publié un guide de 52 pages afin d’aider les entreprises à bénéficier à cette aide.
eco-jonction juin 2014

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Produits

Un fauteuil pour soulager votre dos

Vous passez près de huit heures par jour derrière votre bureau ? Votre dos est mis à dure épreuve et vous faites peut-être partie des 80% de la population qui a déjà souffert, souffre ou souffrira du dos… Forte de ce constat, la société Bioswing a développé un siège ergonomique basé sur un système d’assise avec balancier. Le principe ? Le balancier garde votre siège en mouvement constant et envoie en continu des pulsions aux 150 muscles de votre dos responsables de la stabilisation interne de votre colonne vertébrale.
De même, les amortisseurs flexibles de votre colonne, qui ont besoin de bouger régulièrement pour être alimentés en liquides nutritifs, bénéficient de ce mouvement constant.
Plus d’informations : www.bioswing.fr
eco-jonction juin 2014

 

Pas le temps de déjeuner ?

Pensé pour les actifs qui ne disposent pas toujours du temps nécessaire pour faire une véritable pause déjeuner, le distributeur Easymeal propose une sélection de plats prêts en deux minutes pour moins de 4 euros. Equipée de trois fours à micro-ondes intégrés, cette machine offre une variété de douze plats, ainsi que des soupes et des salades. Ces distributeurs peuvent être installés gratuitement dans tous types d’entreprises, sans engagement de durée ni minimum de consommation. La société Easymeal s’occupe ensuite du réapprovisionnement, du nettoyage et de la maintenance.
Plus d’informations : sur easymealco.com
eco-jonction juin 2014

 

 

Sauvez la mangrove en recyclant vos équipements électroniques

Pour simplifier le recyclage de vos appareils électriques et électroniques, la société Ecorec a développé RecyPack, un pack de recyclage livré clés en main. Ordinateurs, écrans, claviers, tablettes, imprimantes, scanners, câbles, téléphones, disques durs, graveurs, vidéoprojecteurs, etc. : il vous suffit de remplir la caisse palette livrée au sein de votre entreprise. Celle-ci sera ensuite enlevée par Ecorec, qui gèrera la dépollution, le traitement et la valorisation de ces déchets. Pour réduire son impact sur l’environnement, Ecorec s’est engagé dans une compensation carbone volontaire d’une partie des émissions de gaz à effet de serre générées par le RecyPack. Par ailleurs, la société s’inscrit dans une démarche de “mécénat environnemental” en soutenant un projet de restauration de mangroves au Bénin, via l’ONG GoodPlanet.
Plus d’informations : www.ecorec.pro/recypack.html
eco-jonction juin 2014

 

 

 

Pour des impressions couleur de qualité   

La gamme Colortech+ s’impose comme une référence pour vos impressions lasers réalisées avec des copieurs ou imprimantes à grands tirages. Conçue pour avoir un rendu extra lisse qui donne plus de brillance et de contraste aux impressions couleur, Colotech+ offre un support d’une très grande netteté et d’une blancheur extrême à vos documents de communication. Pour s’adapter à tous vos besoins d’impression, la gamme dispose d’un grand nombre de déclinaisons : couché brillant, couché satin, ultra brillant, etc.
Plus d’informations sur le site de FujiXerox.
eco-jonction juin 2014

 

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici