Newsletter juin 2016

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises          n°68    juin  2016

Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… Eco-jonction s’intéresse aux nouvelles idées et informe les décisionnaires sur les différents aspects de l’innovation : marketing, communication, gestion, production, développement durable, ainsi que sur les dispositifs d’aides existants pour développer les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

Quel sera l’impact écologique de l’Euro 2016 ?

Alors que vient de débuter le Championnat d’Europe de football en France se pose la question de son empreinte carbone. Près de 2,5 millions de personnes sont attendues dans dix villes françaises jusqu’à la fin de l’Euro. Comme l’UEFA le soulignait l’an passé dans son rapport “Responsabilité sociale et développement durable”, les déplacements des supporters sont généralement responsables de plus de 50% de l’impact carbone d’un événement. Pour tenter d’alléger cette charge, l’organisateur de la compétition a mis en place un éco-calculateur sur son site web pour permettre aux spectateurs d’estimer l’empreinte carbone de leurs déplacements. L’UEFA s’est par ailleurs engagée dans une démarche de “compensation carbone”, grâce à laquelle elle financera un projet de ferme éolienne en Nouvelle-Calédonie. Quel sera donc le bilan de l’événement ? A titre de comparaison, la Coupe du Monde de football en Afrique du Sud en 2010 a généré 2,8 millions de tonnes de C02, soit huit fois plus que lors de la Coupe du Monde en Allemagne en 2006. La Coupe du Monde de Rugby, organisée en France en 2007 avait, elle, 570 000 tonnes de CO2, dont 84% pour les seuls déplacements de supporters !
eco-jonction juin 2016

Le secret des entreprises productives ? Les congés à volonté !

Acharnés du travail, et si vous aviez tout faux ? C’est ce que laisse entendre l’initiative américaine Project: TimeOff. Alors que 41% des Américains ne parviennent pas à prendre tous leurs congés, Project: Time Off estime que cette situation nuit à l’économie du pays et évalue ce manque à gagner à 73 milliards de dollars par an. Pire : ces congés perdus impacteraient directement la productivité de l’entreprise. Quatre-vingt pour cent des managers s’accordent pour dire que permettre à ses équipes d’utiliser leurs congés est important pour maintenir l’énergie des troupes et 67% pensent que cela permet de rendre les employés plus productifs. Parmi les pistes d’amélioration de la qualité de vie au travail mises en avant par Project:Time Off : permettre aux salariés de prendre autant de jours de vacances qu’ils le désirent. Les entreprises américaines Netflix, Prezi et HubSpot ainsi que la société néerlandaise Bynder ou la start-up française Evercontact ont sauté le pas !
Plus d’information sur Project : Time Off
eco-jonction juin 2016

Les éco-activités génèrent de l’emploi en France

En 2014, les éco-activités ont généré 447 200 emplois en équivalent temps plein, soit 0,7% de plus qu’en 2013 (contre 0,3% dans le reste de l’économie), selon les derniers chiffres du Commissariat général au Développement durable (CGDD). Cette évolution provient principalement des conversions à l’agriculture biologique des exploitations françaises. Le montant de la valeur ajoutée dans les écoactivités atteint près de 30 milliards d’euros, en hausse de 0,5%. Les énergies renouvelables progressent davantage, notamment dans la vente d’énergie photovoltaïque et éolienne.
Plus d’informations en cliquant ici
eco-jonction juin 2016

Un nouveau label pour les transporteurs éco-responsables

Après la charte, le label ! Depuis 2008, les transporteurs français sont engagés dans une démarche de réduction volontaire des émissions de CO2, via la Charte Objectif CO2, les transporteurs s’engagent. Celle-ci a fédéré 1 274 entreprises du secteur du transport routier, représentant 160 000 véhicules impliqués (soit 20% de la flotte). Cette démarche a permis d’éviter l’émission d’un million de tonnes de CO2. Les transporteurs vont désormais pouvoir faire reconnaître cet engagement grâce au label Objectif CO2. Celui-ci permet d’attester les performances environnementales de l’entreprise de transport. Quatorze sociétés de transport ont été labélisées au moment du lancement de ce nouveau label en mai. L’AFT (Formation transport et logistique), en charge du programme, espère atteindre le chiffre de 300 entreprises détentrices du label d’ici fin 2017.
Plus d’informations sur le site du label Objectif CO2.
eco-jonction juin 2016

Marketing

Quel est ce label américain qui séduit les entreprises françaises ?

Encourager les entreprises à être les meilleures pour le monde, plutôt qu’être les meilleures du monde : voilà le changement de perspective proposé par le label américain B-Corp. Loin d’attirer uniquement les entreprises américaines, cette certification fait de nombreux émules en France.

B-Corp pour “benefit corporation”, soit des compagnies qui nous veulent du bien : le label B-Corp a été imaginé en réaction à l’évolution de l’économie actuelle. Son credo ? Remettre l’homme, la société et l’environnement au cœur de la stratégie des entreprises et ne plus faire des profits la seule priorité.

Pour être labellisées, les entreprises doivent obtenir un minimum de 80 points sur un questionnaire gratuit en ligne de 200 questions, portant notamment sur la performance sociale, environnementale et sociétale de l’entreprise. Cette note est ensuite révisée tous les deux ans. Parmi les critères sont notamment abordées les questions de l’écart de salaire maximum entre le mieux et le moins bien payé des salariés, l’impact écologique des activités de l’entreprise, le bien-être des employés… La transparence fait aussi partie des leitmotivs de l’organisation : les résultats des entreprises engagées dans B-Corp sont ainsi consultables librement en ligne !

Lancée aux Etats-Unis en 2006 par l’ONG B Lab, B-Corp regroupe désormais environ 1000 entreprises. Et cette certification interpelle de plus en plus d’entreprises françaises. Dans la foulée du cabinet de conseil Utopies et de l’agence d’information Graines de changement, premières compagnies hexagonales labellisées B-Corp dès 2014, une trentaine d’entreprises tricolores ont été labellisées, à l’image de Nature & Découvertes, La Ruche qui dit oui et Camif. Une centaine d’autres sont en cours de labellisation.
Plus d’informations sur http://bcorporation.eu/france
eco-jonction juin 2016

Portrait

Une entreprise qui n’emploie que des chômeurs

Quand il a créé Alyl Sécurité en 2007, James Faricelli a fait un pari : celui de ne recruter que des collaborateurs éloignés du marché de l’emploi. Près de dix ans plus tard, sa philosophie n’a pas changé. Et loin d’avoir été un frein à son développement, elle a été un des moteurs du développement de cette société spécialisée dans les solutions de sécurité incendie. Rencontre avec un chef d’entreprise inspiré et militant.

Pourquoi avez-vous décidé de n’employer que des personnes éloignées de l’emploi ?
Dès la création de ma société, j’ai eu cette envie de changer les choses à mon niveau. A l’origine, j’avais la volonté de ne recruter que des jeunes issus des quartiers. Cela allait de pair avec le fait d’implanter ma société à La Villeneuve, où a été installée la zone franche urbaine de Grenoble. Puis, au fur et à mesure, je me suis rendu compte que les jeunes des quartiers n’étaient pas les seuls à avoir des difficultés à trouver un emploi. De nombreuses personnes sont victimes de discrimination en raison de leur âge, leur sexe, leur nom ou leur niveau de diplôme. J’ai ainsi décidé d’élargir mon spectre en recrutant uniquement des personnes en recherche active d’emploi ne répondant pas aux critères des grands groupes.

Comment réagissent vos clients ?
Les réactions sont très différentes selon les interlocuteurs. Certains s’en fichent et travaillent avec nous parce que nous sommes toujours à la pointe de l’innovation technologique dans notre secteur. D’autres en revanche viennent nous chercher car ils ont entendu parler de notre démarche. Si nous n’étions pas bons, nos valeurs ne suffiraient pas. Mais elles sont un vrai plus auprès de certains clients !

Votre entreprise a bientôt dix ans. Quel bilan tirez-vous de cette démarche ?
Cette démarche n’a pas été un frein au développement de mon entreprise. Je dirais même bien au contraire ! Cette politique du management de la diversité me permet de bénéficier d’énormément d’idées. Dans les grands groupes, tout le monde est construit sur le même moule. Chez Alyl Sécurité, je dirais que l’entreprise s’est développée pour moitié grâce à mes idées et pour moitié grâce à celles des salariés !

Vous avez enclenché un vaste plan de développement. Est-ce facile de concilier ce développement avec votre démarche de recrutement ?
Quand j’ai créé mon entreprise en 2007, je n’avais qu’un salarié. En 2014, j’en avais 7. Deux ans plus tard, j’en emploie 27. L’objectif 2015/2020 est d’implanter Alyl Sécurité partout en France. A cet effet, je viens de boucler une levée de fonds d’un million d’euros. L’objectif est de créer 20 nouvelles agences pour employer 200 personnes d’ici 2020.

Ce développement m’a permis de me rendre compte que nous avions des capacités d’intégration limitées dans l’entreprise. Quand nous accueillions un nouveau salarié chaque année, nous avions le temps de le former. C’est nettement moins aisé avec dix par an… Nous avons donc créé une école de formation interne.

Est-ce que votre démarche crée des émules ?
Ce qui est certain, c’est qu’elle intéresse de plus en plus de monde. C’était mon but : je sais bien que je ne vais pas changer les choses en France à propos des injustices sur le marché de l’emploi en employant 200 personnes. Mais en prouvant que cela fonctionne, d’autres vont le faire et nous pouvons créer ainsi des milliers d’emplois !

Nous avons déjà prévu de franchiser notre école de formation interne pour aider d’autres entreprises à sauter le pas et mieux intégrer les personnes éloignées de l’emploi. Nous avons déjà été contactés par des structures et notamment Pôle Emploi, qui cherche des formateurs qui ont l’expérience de travailler avec ces publics.

Plus d’informations sur : www.alyl.fr
eco-jonction juin 2016

Etranger

Des livraisons par ballon dirigeable !

La nouvelle semble sortie d’un film de science-fiction : la société LTA Aerostructures envisage d’effectuer des livraisons dans les provinces du Grand Nord du Canada par ballon dirigeable dès 2019.

Les territoires autochtones du Grand Nord sont difficilement accessibles par la route ou par avion, la région étant dépourvue de routes et d’autres infrastructures de transport. L’entreprise LTA Aerostructures a imaginé une solution inattendue pour apporter une solution à ces difficultés : assurer des livraisons de fret en ballon dirigeable ! La société, implantée au Québec depuis 2014, envisage de construire 200 ballons dirigeables d’ici l’année 2019. Ceux-ci pourraient transporter jusqu’à 70 tonnes de fret. Plus écologique et économique que l’avion ou l’hélicoptère, cette solution a séduit le gouvernement canadien, qui a investi dans LTA Aerostructures.

Avec ces dirigeables cargos, LTA Aerostructures envisage d’assurer l’évacuation de ressources stratégiques pour des compagnies minières, pétrolières et gazières. Elle se propose également de livrer des… maisons en kit immédiatement habitables et déjà équipées d’appareils ménagers et électroniques !
eco-jonction juin 2016

Produits

La plante verte qui recharge votre téléphone

Aurons-nous besoin d’autant de prises électriques dans la maison ou le bureau de demain ? Pendant que les ondes wifi permettront d’alimenter caméras de surveillance et détecteurs de fumée (lire ci-dessus), votre téléphone portable pourrait, lui, être rechargé grâce à l’énergie généré par la… photosynthèse d’une plante verte ! Le système permet d’effectuer deux à trois recharges par jour. Financé grâce à la plateforme de crowdfunding IndieGoGo, Bioo Lite a atteint 600% de son objectif initial de 15 000 euros, soit plus de 90 000 euros. Actuellement en phase de production, ce chargeur “vert” devrait être disponible à partir du mois de septembre.
Plus d’informations sur le site de BiooLite.
eco-jonction juin 2016

Une fourchette intelligente

Surveiller son alimentation grâce à une fourchette intelligente : gadget vous dites ? Pas du tout ! Loin d’être une lubie de technophile, la fourchette 10S Fork de Slow Control est déjà utilisée pour de nombreux usages médicaux. Concrètement, la fourchette vibre et clignote lorsque vous mangez trop vite ou lorsque vous prenez de trop grosses bouchées. Les informations recueillies sont ensuite transmises par Bluetooth à l’application pour smartphone Slow Control. Celle-ci vous permet d’analyser vos habitudes alimentaires pour les corriger. Très efficace dans le cadre de régimes, cette fourchette s’avère également utile pour réduire les risques de développement de troubles cardio-métaboliques et notamment d’hypertension, hyper cholestérolémie et diabète de type 2, favorisés par le fait de manger trop vite !
Plus d’informations sur le site de SlowControl.
eco-jonction juin 2016

Quand les ondes wifi se transforment en électricité

Rien ne se perd, tout se transforme : la société britannique Drayson Technologies, créée par l’ex-ministre anglais des Sciences Paul Drayson, a imaginé une solution pour transformer les ondes GSM, wifi, 2, 3 ou 4G en électricité ! N’espérez pas pour autant alimenter ainsi un ordinateur ou une machine à laver par exemple !  Détecteurs de fumée, capteurs de mouvement ou d’humidité, caméras de surveillance : l’énergie générée permettrait en revanche d’approvisionner en énergie tous les objets peu énergivores de la maison connectée.
Plus d’informations sur le site de FreeVolt.
eco-jonction juin 2016

Une poubelle révolutionnaire

Vous êtes-vous déjà demandé dans quelle poubelle jeter un emballage ? Fini le casse-tête du tri sélectif avec Eugène, une poubelle connectée nouvelle génération développée par la société Uzer. Scannez vos produits au moment de les jeter. Eugène reconnaît vos produits et vous indique comment bien les trier. Des capteurs de poids intégrés mesurent votre production de déchets et calculent votre taux de recyclage. Mieux : vous pouvez également racheter en ligne les produits que vous venez de jeter ! Actuellement en phase de fabrication, les premiers modèles devraient être disponibles d’ici le début de l’année prochaine.
Plus d’informations sur le site d’Uzer.
eco-jonction juin 2016