Newsletter mai 2015

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises       n°57       mai 2015

Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… Eco-jonction s’intéresse aux nouvelles idées et informe les décisionnaires sur les différents aspects de l’innovation : marketing, communication, gestion, production, développement durable, ainsi que sur les dispositifs d’aides existants pour développer les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

5 idées reçues sur le développement de votre activité à l’international

Bpifrance Le Lab vient de publier un guide pour aider les entreprises à identifier les étapes clés pour réussir leur stratégie à l’international. Dans ce fascicule, Bpifrance identifie notamment 5 idées reçues sur l’international. On y apprend ainsi que, si le développement à l’international n’est pas un passage obligé, il rend malgré tout les entreprises françaises plus optimistes, plus innovantes et plus productives. Autres enseignements : l’export à l’international n’est pas réservé aux grands groupes et le développement d’une stratégie à l’international ne mobilise pas nécessairement d’importantes ressources. Découvrez l’ensemble des enseignements rassemblés par Bpifrance en téléchargeant ce guide.
eco-jonction mai 2015

Pourquoi les marques doivent-elles se soucier de leur éco-responsabilité ?

D’après une étude menée par le cabinet de conseil GfK, plus des trois quarts (76%) des consommateurs dans le monde considèrent que les marques et les entreprises doivent être éco-responsables. Près des deux tiers (63%) déclarent même se sentir coupables quand ils font quelque chose qui ne préserve pas l’environnement et estiment n’acheter que des produits et services en accord avec leurs croyances, valeurs et idéaux. Une tendance encore plus marquée dans l’Hexagone : La France est le quatrième pays à réclamer un engagement environnemental de la part des entreprises (82%). Mais si les Français attendent beaucoup des entreprises, ils restent pour l’instant moins impliqués eux-mêmes. Seuls 44% d’entre eux sont en accord avec le fait d’acheter uniquement des biens et services conformes à leurs valeurs ou croyances, se classant en queue de peloton de cette étude.
Plus d’information en cliquant ici 
eco-jonction mai 2015

Innovation sociale : faites connaître vos projets en ligne !

Mise en place d’une monnaie régionale, troc entre particuliers, projet d’habitat partagé, covoiturage, école participative : toutes ces initiatives sont des exemples d’innovation sociale. L’ADEME vient de lancer une plateforme http://ademe.innovationsociale.org pour mettre en lumière de telles actions et les rendre visibles du plus grand nombre. Les porteurs de projets sont donc invités à venir enrichir ce site de leur expérience. Les contributions pourront être utilisées par l’ADEME dans le cadre de son étude en cours sur l’innovation sociale mais pourront également être reprises sur la plateforme http://imagination.social, qui recense des innovations sociales dans le monde.
eco-jonction mai 2015

L’appel à candidatures du Prix Entreprises et Environnement est ouvert

Depuis vingt-huit ans, le Prix Entreprises et Environnement distingue les entreprises ayant mis en place des actions liées au développement durable et à la protection de l’environnement. Cette année, celles-ci peuvent faire acte de candidature sur cinq thématiques : écoproduit pour le développement durable, innovation dans les technologies, économie circulaire, management et initiatives pour le développement durable ainsi que biodiversité et entreprises. Parmi ces cinq catégories, les projets qui feront le lien avec la lutte contre le changement climatique seront également récompensés, en écho à la Conférence sur le climat qui se tiendra fin 2015 à Paris (COP21). Les entreprises lauréates du Prix Entreprises et Environnement pourront être retenues par le ministère du développement durable et l’ADEME afin de représenter la France au concours européen European Business Awards for the Environment, organisé tous les deux ans par la Commission européenne. Les entreprises désirant participer à cet appel à candidatures ont jusqu’au 12 juin 2015 pour transmettre leur dossier.
Plus d’informations sur le site du ministère du développement durable.
eco-jonction mai 2015

 

Tendances

Les dix innovations qui vont transformer la vie au bureau

L’agence de tendances Soon Soon Soon vient de publier une étude qui met en lumière dix grandes tendances et une cinquantaine d’innovations pour améliorer les conditions, l’espace ou encore le rapport au travail. Revue de détail.

1. La mobilité expérientielle
La vie professionnelle est pleine de rebondissements. Il est de plus en plus rare d’exercer toute sa vie le métier pour lequel on a été formé. Surfant sur cette tendance, Viametiers vous propose ainsi de tester le métier de votre choix.

2. Dans la zone de confort
Il suffit de voir les locaux des géants high-tech internationaux, à l’image de Google, Facebook ou Apple : les espaces de travail évoluent pour s’adapter aux salariés et leur devenir plus ergonomiques et ludiques. Poussant cette logique à l’extrême, le cabinet d’architecture néerlandais RAAF expérimente des espaces… sans chaises ni bureaux (voir l’image qui illustre cet article) !

3. La zen attitude
L’équilibre vie privée / vie pro est une problématique de plus en plus prise en compte par les entreprises. A Amsterdam, l’agence de design Heldergroen a trouvé un moyen parfait pour éviter le surmenage de ses salariés : des plans de travail escamotables, qui se rangent au plafond à 18h !

4. Réseauter
Aujourd’hui comme hier, entretenir son réseau est indispensable pour développer son entreprise ou sa vie professionnelle. L’application française Bizlunch vous permet de passer du virtuel au réel en organisant pour vous de belles rencontres professionnelles pendant vos pauses-déjeuner.

5. Le néo-recrutement
Le CV classique aurait-il fait son temps ? Le site français ScoreLine propose ainsi de réaliser des recrutements sans CV. Le principe : le recruteur crée un questionnaire permettant d’évaluer les compétences requises pour le poste et les meilleurs candidats sont directement identifiés via un outil en ligne. Fini le fastidieux tri des CV et lettres de motivation !

6. Un shot de productivité
Contrairement aux idées reçues, écouter de la musique au bureau peut vous aider… à vous concentrer ! C’est ce que prouve l’entreprise focus@will, qui fournit des playlists scientifiquement optimisées pour vous aider à rester concentré.

7. L’ailleurs comme bureau
Pensez-vous que vous travailleriez aussi bien dans des bureaux au bord d’une plage paradisiaque ? L’agence russe Any Body Home, elle, en tout cas y croit : elle a envoyé ses salariés travailler pendant un mois à Goa pour les motiver en plein cœur de l’Hiver.

8. Le “troisième lieu”
Et si vous ne travailliez ni depuis votre domicile ni au bureau ? Cette tendance a favorisé l’émergence de nombreux lieux de coworking. Aux Pays-Bas, des entreprises incitent ainsi leurs salariés à travailler à partir d’espaces de coworking. Leur objectif ? Leur proposer un bureau accessible en moins de 15 minutes en vélo de leur domicile.

9. Le crowdworking
Après le crowdfunding et le crowdsourcing, voici le crowdworking. Vous traversez une période de sous-activité ? “Prêtez” un salarié pendant quelques heures ou quelques jours afin de réduire vos coûts et d’éviter d’éventuels licenciements. Le site Flexojob surfe sur l’émergence de cette pratique, légale depuis 2011, et propose de mettre en relation des entreprises pour développer le “prêt de salariés”.

10. Very Very Big Data
Les “Big Data” investissent également le secteur des RH. Google, par exemple, utilise le “data mining” pour analyser ce qui marche et ne marche pas pour motiver ses salariés, favoriser leur créativité, etc., de la configuration des locaux, aux installations sportives en passant… par la couleur des murs !

Plus d’information en cliquant ici 
eco-jonction mai 2015

 

Marketing

Peut-on réussir avec un marketing responsable ?

Oui, un marketing plus responsable permet de gagner des parts de marché tout en réduisant l’impact environnemental et social des produits et services ! Les bonnes pratiques partagées dans le livre blanc de Greenflex-Ethicity et de l’ADEME Réussir avec un marketing responsable le prouvent.

Une image à redorer
En matière d’engagement dans une démarche de développement durable, les directions marketing sont parfois plus frileuses que… les directions générales ! Il faut dire que des années de greenwashing et de communication mal calibrée par rapport aux attentes des consommateurs ont fait des dégâts et rendu les responsables marketing méfiants vis-à-vis de telles initiatives. Soucieuse d’inverser la tendance et de prouver tout l’apport que le développement durable peut apporter à une entreprise, l’ADEME a rassemblé les expériences de dizaines d’entreprises.

Gain en termes de chiffre d’affaires
Le principal enseignement de ces témoignages ? Au-delà du gain environnemental, une démarche de développement durable est payante, et tout d’abord en termes de chiffre d’affaires. Suite au lancement de sa gamme de biberons éco-conçus, la marque Bébé Confort a vu son chiffre d’affaires progresser de 7%. Et en créant des sacs à partir de matières inutilisées qui auraient normalement été détruites, Bilum a créé plus de 1,3 million d’euros de valeur en huit ans.

Outil de différenciation
Une démarche écoresponsable est également un atout pour se distinguer par rapport à la concurrence. En lançant son stylobille B2P, Pilot a non seulement renforcé sa marque mais a aussi gagné en référencement auprès des entreprises privilégiant les aspects environnementaux dans leurs achats. Les produits d’entretien écologiques Rainett ont, eux, vu leurs ventes progresser plus vite que le marché.

Une relation de confiance avec les consommateurs
Mieux, ces initiatives peuvent également permettre de regagner ou de renforcer la confiance des consommateurs. En commercialisant une gamme de conserves de légumes vapeur “Origine France”, Bonduelle a rassuré ses clients sur la provenance de ses produits. De même, grâce à son engagement environnemental, la marque de vêtements Ekyog bénéficie d’une clientèle particulièrement fidèle.

Plus d’information sur le livre blanc Réussir avec un marketing responsable en cliquant ici (lire ici)
et sur le site www.reussir-avec-un-marketing-responsable.org
eco-jonction mai 2015

 

Tendances

Evidents, « les droits de l’Homme » ?

Fastoche, nous sommes nés dedans, c’est même nous qui les avons créés. C’est donc génétiquement français.
Ah, oui ? Qui les a lus ? Moi ? Pas plus qu’une autre : jamais !
Et pourtant, j’en parle sans cesse de ces sacro-saints-chéris principes qui sont déclinés partout dans le nouvel humanisme du développement durable, de la RSE voire pire, dans l’ISO 26000 qui est carrément construite autour de ces droits. A ma grande surprise, il y en a 30 : ils ont du se multiplier, comme nous. Plus de monde, plus de principes. C’est logique.
Mais à quoi cela sert-il de s’intéresser à ce « vieux » sujet ?
Si nous avons acquis plus de la civilisation, nous n’avons pas acquis plus de la civilité. Nous sommes toujours autant des barbares les uns pour les autres, de manière différente, souvent plus invisible, moins criante, mais réelle cependant. Sans faire de morale, cela ne sera jamais mon propos, mon but est de mettre le doigt sur les vrais problèmes dont nous sommes absolument tous collectivement responsables. Car identifier les problèmes, c’est déjà participer à les résoudre. Ah, j’oubliais, qui dit droit, dit devoir : balayons tous devant notre porte pour commencer. Pour trouver des solutions, ce n’est pas compliqué : reprenons tous, juste un peu d’humanité, et tout ira bien.

Amusez-vous bien ! Pour faciliter la lecture, voici les 30 principes, rendus plus digestes et sympas par 30 photoglyphes
Karin Boras
Merci pour vos commentaires : karin.boras@pme-pmi-durables.com
eco-jonction mai 2015

 

Portrait

Une politique RH innovante peut vous rendre plus compétitif

Convers faisait de la RSE avant que le concept soit à la mode. Créée en 1998, ce centre d’appels niçois généraliste a fait de sa politique RH un atout pour se développer et pérenniser son activité dans le temps. Rencontre avec Anne Cagnard, directrice RH et production de Convers.

Pouvez-vous me présenter l’activité de Convers ?
Convers est un centre d’appels généraliste créé par quatre associés. 80% de notre activité est de la télévente pour des donneurs d’ordres comme Engie (ex-GDF Suez), Caisse d’Epargne, Bayer ou l’APEC par exemple. Au niveau des appels entrants, nous travaillons avec le journal La Provence, Malongo, Recylum, GEG (Gaz électricité de Grenoble)…

En quoi la politique RH de Convers se distingue-t-elle ?
Nous employons aujourd’hui 207 salariés et 100% d’entre eux sont en CDI. Nous n’imposons pas de temps partiels, même si 30% de notre personnel est en temps partiel, à la demande du salarié. Nous avons créé Convers en 1998 autour d’un contrat de travail à temps convenu. Chaque semaine, nos salariés nous transmettent leurs disponibilités de travail pour la semaine suivante, dans des créneaux du lundi au samedi de 9h à 20h. Et nous élaborons leurs plannings en tenant compte de leurs désirs. Ce système permet d’allier plus facilement vie privée et vie professionnelle. Vous pouvez ainsi plus facilement caler des rendez-vous médicaux, vous occuper de vos enfants, arriver tôt le matin quand cela vous arrange, partir tard un autre jour, travailler le samedi ou non… Par ailleurs, nous avons annualisé le temps de travail, ce qui permet à nos salariés de travailler moins ou davantage à certaines périodes si cela les arrange. Enfin, nous offrons la possibilité à notre personnel, deux fois par an, de réduire ou d’augmenter son temps de travail. Ainsi, le salarié ne subit pas son contrat de travail.

Comment est perçue cette démarche par vos salariés ?
Nous n’aurions pas pu recruter sans ce type de contrat ! Les métiers de la télévente ont mauvaise pub et des contraintes horaires fortes, en soirée et le samedi. En mettant en place ce contrat, en plus de primes et d’une présence le soir et le samedi sur la base du volontariat, nous en avons changé l’image. Nous avons par ailleurs adapté notre management, en supprimant les scripts imposés et les quotas. Au début, les salariés restaient pour le contrat. Aujourd’hui, ils restent pour le plaisir du métier.

Votre politique de recrutement est également assez atypique pour un centre d’appels. Contrairement à de nombreux centres de télévente qui emploient des étudiants, vous avez misé sur les seniors ?
Un tiers de nos employés ont moins de 26 ans, un tiers sont d’âge moyen et un tiers sont des seniors (pré-retraités, retraités). L’entreprise s’enrichit grâce à cette diversité. Le choix de faire appel à des seniors était motivé à l’origine par l’envie de professionnaliser le métier. En employant des seniors, nous nous sommes rendus compte que nous gagnions du temps sur le discours et en empathie et en qualité d’écoute. D’autre part, contrairement aux idées reçues, ceux-ci ne sont jamais malades, jamais absents. Et cette diversité dans l’entreprise contribue à la bonne ambiance qu’on y trouve. La création des contrats de génération par le gouvernement nous a donné raison : il y a une vraie richesse à trouver dans la diversité. Cela a été également été un atout pour gagner des contrats : l’entreprise de crédits à la consommation CACF a ainsi fait appel à nous car elle souhaitait que sa clientèle, âgée, soit appelée par des seniors, qui partagent leurs préoccupations, et non par des étudiants.

Pensez-vous que cette démarche a été un atout vis-à-vis de la concurrence ?
Si nous n’avions pas eu cette approche, nous n’aurions pas pu nous positionner à côté de grosses sociétés et vis-à-vis de grands donneurs d’ordres. Nous avons par ailleurs remporté des appels d’offres grâce à cette politique : Engie par exemple ne fait appel qu’à des prestataires dont les centres d’appels sont basés en France. Cette démarche nous permet ainsi de nous démarquer, en continuant à faire du travail de qualité en France. Nous avons des téléconseillers performants, avec de belles remontées et un taux d’absentéisme très réduit donc une plus forte capacité à finir la mission dans des conditions satisfaisantes et dans les temps : ces bonnes pratiques rassurent les donneurs d’ordres.

Plus d’information sur http://convers.eu/presentation
eco-jonction mai 2015

 

Produits

Un vélo français qui roule à l’hydrogène

Pragma Industries, une PME des Pyrénées atlantiques, a développé le Bike Berri (“bike” comme vélo en anglais, et “berri” signifiant nouveau en basque), le premier vélo à assistance électrique fonctionnant grâce à des cartouches d’hydrogène. L’avantage ? Alors que les vélos électriques classiques nécessitent un temps de rechargement long en raison de leurs batteries au lithium, le Bike Berri peut être rechargé en quelques secondes grâce à l’insertion de petites cartouches jetables d’hydrogène ou en quelques minutes avec un réservoir sous pression. Cette “pile”, qui ne pèse que 500 grammes, peut facilement être glissée dans un sac pour être utilisée dès que nécessaire. Grâce à ce système, Pragma Industries met en avant une autonomie de 60 à 80 kilomètres, bien supérieure aux modèles classiques.
Plus d’informations sur le site du Bike Berri.
eco-jonction mai 2015
 
 
 

Le catamaran solaire

Médaillé d’or au concours Lépine européen de 2013, le SunSeaRider est actuellement le seul catamaran électrique autonome en énergie sur le marché. Contrairement aux bateaux électriques classiques très utilisés dans les marinas notamment, ce catamaran ne nécessite aucune borne de recharge. Les panneaux photovoltaïques installés sur son toit assurent la moitié de ses besoins en régime de croisière, voire 100% des besoins nécessaires à sa propulsion à vitesse réduite. Par ailleurs, avec une charge complète des batteries, le SunSeaRider est capable de naviguer toute une journée, indépendamment de l’énergie solaire. Suivant les modèles, le SunSeaRider peut transporter de trois à sept personnes, valides ou à mobilité réduite grâce à un large accès à bord permettant le passage de fauteuils roulants.
Plus d’informations sur le site de SeaSunRider.
eco-jonction mai 2015
 
 

Un stylet 4 en 1

Voilà un stylet qui va vous rendre bien des services ! En plus d’être un stylet classique pouvant être utilisé sur n’importe quel écran tactile, cet accessoire dispose également d’une lampe de poche intégrée et d’un puissant pointeur laser intégré pour vos présentations. Enfin, il cache également un stylo-bille rechargeable. Stylet 4 en 1 Leitz Complete, disponible en noir ou en blanc.
Plus d’informations sur le site de Leitz.
eco-jonction mai 2015
 
 
 
 

Pour travailler assis… ou debout

De nombreuses études montrent que de rester assis toute la journée réduit l’espérance de vie. Pour améliorer la qualité de vie de leurs salariés, de nombreuses entreprises commencent ainsi à proposer des postes de travail modulables, pour travailler assis ou debout. La station QuickStand développée par HumanScale vient répondre à ce besoin. Pouvant être installée sur un espace de travail existant, cette solution permet de passer de la position assise à debout en quelques instants, sans avoir à s’équiper de nouveaux meubles.
Plus d’informations sur le site d’HumanScale.
eco-jonction mai 2015

 

 

Agenda

Jusqu’au 8 mai 2015 inscrivez-vous aux   Aressy Awards
Les inscriptions à la 9ème édition des Aressy Awards sont ouvertes. Il s’agit du seul prix en France dédié à la communication responsable et RSE, parrainé par le Ministère du Développement Durable.
Vous êtes engagé dans une démarche RSE ?
Vous pouvez à présent aussi valoriser votre communication auprès de vos publics, en inscrivant vos campagnes de communication responsable aux Aressy Awards.
Gratuitement sur www.aressy.com/awards

 

10-11  juin  2015    Bpifrance Inno Génération
Paris – Cité de la Mode et du Design
Bpifrance créé l’événement avec le BIG (Bpifrance Inno Génération) qui se déroulera les 10 et 11 juin à la Cité de la Mode et du Design à Paris ! Cette manifestation a pour objectif de valoriser l’innovation sous toutes ses formes pour développer son business. Elle rassemblera plus de 10 000 entreprises de la start-up aux grands groupes. Au programme : conférences, séminaires thématiques, keynotes, parcours d’entrepreneurs, networking, showroom d’innovations.
Plus d’information et inscription cliquez ici

 

10-11  juin  2015    Salon ENVIRONORD
Lille – Grand Palais
Pendant 2 jours, le salon ENVIRONORD, le rendez-vous environnement des entreprises, industriels et collectivités permettra de s’informer sur les solutions concrètes concernant les problématiques environnementales actuelles. Le salon 2015 sera réparti en 4 parties : Déchets (collecter-trier- recycler-valoriser) , Eau ( capter- distribuer- traiter – économiser) , Energie (produire – stocker – utiliser – économiser )  Bâtiment (concevoir – construire – maitriser – gérer ) + un Congrès sur les eco-technologies du futur.
Plus d’informations : www.salon-environord.com

 

16 – 18 juin 2015       Salon EXPOBIOGAZ
Paris – Porte de Versailles
Pendant trois jours le salon présentera les nouvelles offres biogaz répartie dans les 4 principaux secteurs d’activité : biométhane, injection et GNV/GNL, petite méthanisation et cogénération, solutions clé en main et équipementiers spécifiques et services. Lieu de rencontre entre porteurs de projets et fournisseurs de solutions, cet évènement concerne tous les utilisateurs potentiels du biogaz : agriculteurs, professionnels de l’industrie agro-alimentaire, transporteurs, représentants des collectivités locales…pour découvrir les dernières innovations technologiques des exposants.
Plus d’informations : www.expo-biogaz.com

 

20-22 octobre 2015      WORLD FORUM LILLE
Lille – centre
L’édition 2015 du World Forum Lille portera sur la thématique de la croissance. Considérée comme une nécessité pour le développement mais avec des conséquences sur l’environnement et confrontée à des ressources naturelles limitées. Pour réfléchir à des modèles plus adaptés aux contraintes environnementales et plus justes socialement , le World Forum Lille présentera des initiatives et des bonnes pratiques, partout dans le monde, qui s’efforcent de réinventer des nouveaux modes de croissance.
Plus d’informations sur : www.worldforum-lille.org

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici