Newsletter mars 2013

Eco-jonction : la newsletter verte des entreprises    n°35     mars 2013

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Eco-jonction vous apporte des informations pratiques développement durable pour la gestion de votre activité.

 

Brèves

L’écotaxe poids lourds lancée le 1er octobre

Issue du Grenelle de l’environnement de 2009, l’écotaxe poids lourds, qui devait être lancée le 20 juillet, entrera finalement en vigueur le 1er octobre. Cette mesure est censée favoriser le report du transport routier vers le ferroviaire, le fluvial et le maritime courte distance. Elle s’appliquera aux camions de 3,5 tonnes et plus, circulant sur le réseau national non payant (essentiellement les routes nationales, départementales et communales). Cette taxe devrait représenter environ 10 centimes du kilomètre (chiffre variable selon les camions) et sera calculée grâce à un boîtier GPS qui équipera les véhicules et enregistrera leurs déplacements. Une phase d’essai nationale du dispositif, sur la base du volontariat et sans perception de la taxe, sera menée à partir du mois de juillet.
Plus d’informations sur le site de la Douane.
eco-jonction mars 2013

Le bio séduit les particuliers

D’après la 10e édition du baromètre Agence BIO/CSA, les Français sont 71% à déclarer privilégier les produits respectueux de l’environnement et/ou du développement durable lorsqu’ils effectuent leurs achats contre 66% en 2011. 64% des Français ont consommé bio en 2012 et la part des consommateurs réguliers (au moins une fois par mois) s’élève à 43% alors qu’elle était de 37% en 2003 et de 40% en 2011. 8% des Français mangent bio tous les jours. 15% consomment des produits bio au moins une fois par semaine et 20% au moins une fois par mois. Enfin, 21% des Français mangent bio de temps en temps. Cette demande de produits bio dépasse le cadre familial : les Français sont de plus en plus nombreux à souhaiter manger bio au-delà de chez eux. Les parents notamment sont très demandeurs : 75% d’entre eux voudraient que leurs enfants se voient proposer des produits bio à l’école et les actifs sont 59% à en souhaiter dans le cadre professionnel (contre 53% en 2011).
eco-jonction mars 2013

Un guide de l’épargne salariale responsable

Le Comité intersyndical de l’épargne salariale (CIES) et le Forum pour l’investissement responsable (FIR) viennent de lancer un guide dédié à l’épargne salariale, listant les fonds de placement respectant les critères de l’Investissement socialement responsable (ISR). Dédié aux salariés et aux chefs d’entreprises, ce document pédagogique explique l’intérêt de l’ISR, détaille quelques idées fausses sur ce type d’investissement et donne des pistes pour choisir un fonds ISR. Ce document est disponible en ligne sur le site de la FIR.
eco-jonction mars 2013

Nouvelle norme sur l’éco-conception pour les TPE et PME

Pour aider les entreprises à s’engager durablement dans une démarche d’éco-conception, l’Afnor vient de publier la norme AFNOR NF X30-264 “Management environnemental – Aide à la mise en place d’une démarche d’éco-conception”. Spécialement conçue pour les TPE et les PME, celle-ci a été pensée pour offrir des outils pratiques, adaptés à leurs besoins et immédiatement opérationnels pour ce type d’entreprises (listes de contrôles, outils organisationnels, de communication…). La démarche se déroule en cinq phases : planification de la démarche ; conduite du projet (avec intégration des critères environnementaux) ; industrialisation et homologation ; commercialisation du produit ; et bilan de la démarche.
eco-jonction mars 2013

 

Portrait

L’éco-construction gagne du terrain

Créée en 1979, l’entreprise Denis matériaux, spécialisée dans le négoce et la fabrication de matériaux de construction, a pris depuis 2007 un virage vert sous l’impulsion des enfants de son fondateur, Renan Denis et Rachel Denis-Lucas, qui ont repris le flambeau. La société bretonne emploie aujourd’hui 500 salariés dans ses six usines et ses 31 points de vente répartis en Bretagne et en Haute-Normandie. Rencontre avec Delphine Bourdon, responsable de la communication.

Quand avez-vous commencé à vous intéresser à la problématique du développement durable ?
Cela s’est fait sous l’impulsion de Rachel Denis-Lucas. Nous avons mis en place en 2007 un Eco-guide des matériaux, détaillant l’impact environnemental (de la fabrication à la fin de vie) de matériaux innovants ou fréquemment utilisés par des particuliers dans le cadre de projets de construction. Nous étions à l’époque pionniers avec cette démarche et certains fournisseurs étaient réticents à nous fournir les informations dont nous avions besoin de peur que nous donnions un avis négatif sur leurs produits.

A l’époque, le marché n’était pas encore vraiment prêt. Aujourd’hui, la situation est différente : la plupart de nos fournisseurs ont développé des produits plus respectueux de l’environnement. Nous sommes plus en phase avec eux et nous nous apprêtons à sortir la 3e édition de notre Eco-guide.

Comment avez-vous poursuivi cette démarche ?
Nous avons lancé un Guide des solutions thermiques pour la rénovation à destination de notre clientèle de professionnels. Le but était de les accompagner dans le cadre de la mise en place de la nouvelle règlementation RT 2012. Nous avons organisé à cette occasion deux jours de conférences avec des intervenants pour expliquer les enjeux.

Puis, en 2011, nous avons fait partie des entreprises à l’origine du lancement du GIE Réseau Energie Habitat. Ce dispositif tend à aider les particuliers à répondre à l’obligation, depuis cette date, d’afficher le diagnostic de performance énergétique (DPE) d’une maison lors d’une transaction immobilière. Nous les accompagnons d’un bout à l’autre de la chaîne, de l’audit thermique à la recherche de financements pour les travaux. L’originalité est que ce dispositif est qu’il permet au particulier d’avoir une estimation précise du coût de la rénovation en regard du gain énergétique et financier réalisé. A l’origine local, ce dispositif a depuis accueilli de nouveaux partenaires ce qui assure une présence nationale.

Parallèlement, nous développons toute une gamme d’éco-matériaux dans nos magasins. Notre direction demande à nos acheteurs d’être particulièrement à l’affût des nouveaux produits innovants dans ce domaine. Nous avons ainsi été les premiers à importer la fibre de bois et la laine de bois. Et, dans nos usines de fabrication, nous avons également développé un nouveau parpaing, fabriqué à partir d’ardoises expansées, provenant d’une carrière locale. Il a une résistance thermique plus importante que la brique et sa configuration permet d’utiliser moins de colle, moins d’eau et de générer moins de manipulation de la part des artisans et moins de déchets sur les chantiers.

Vos clients sont-ils sensibles à cette démarche de développement durable ?
Nous avons une clientèle composée à 80% de professionnels du bâtiment et d’artisans et à 20% de particuliers. Ces derniers sont vraiment demandeurs de produits plus sains et écologiques, c’est une tendance qu’on ressent ! En revanche, les artisans ont pris des habitudes de travail avec certains produits et ont plus de mal à sauter le pas. C’est pour cette raison que nous faisons un gros travail de sensibilisation !

Au tout début, notre démarche en faveur du développement durable était plus idéologique. Mais aujourd’hui, nous la voyons comme un vrai relais de croissance : le marché est là et, même si les éco-matériaux ne représentent pas encore un chiffre d’affaires significatif de notre activité, cette part est grandissante.
www.denismateriaux.com
eco-jonction mars 2013

 

Etranger

Un supermarché américain vend des fruits imparfaits

Chaque année, jusqu’à 30% des produits frais ne sortent jamais de l’exploitation qui les a produits. La faute à des standards stricts de l’industrie alimentaire qui calibre taille et apparence des fruits et légumes présentés dans les rayons. Pour tenter de réduire ce gaspillage, une chaîne de supermarchés américaine a décidé de vendre ces produits imparfaits à prix discount. Et si les consommateurs n’étaient pas aussi pointilleux que les professionnels du secteur veulent bien le croire ?

Saviez-vous que, pour se retrouver sur les étals des supermarchés, les pommes doivent être recouvertes par un pourcentage d’au moins 40% de couleur rouge ? Si celles-ci ne respectent pas les normes de poids, apparence et couleur fixées par l’industrie alimentaire, elles finissent en jus, en nourriture pour le bétail ou, pire, sont jetées. Faisant le pari que les consommateurs sont prêts à passer outre ses standards rigides, FoodStar, une start-up californienne, s’est associée à la petite chaîne d’épiceries américaine Andronico Community Market pour proposer ces fruits imparfaits, trop petits et/ou difformes à ses clients à petits prix.

“Nous avons commencé en commercialisant des pommes Pink Lady, puis des Granny Smith. Actuellement, nous vendons des patates douces. Et tous ces produits sont vendus à des prix très attractifs et s’écoulent donc très rapidement”, témoignait Jonathan Packman, le directeur marketing d’Andronico au journal professionnel Supermarketnews en février (lire ici).

Les consommateurs bénéficient d’une réduction qui peut dépasser un dollar (environ un euro) le pound (0,45 kilo). Ainsi, les Pink Lady étaient étiquetées environ 69 centimes le pound contre 1,49 $ habituellement. De même, les patates douces étaient vendues 39 centimes le pound contre 1,49 $. Le programme, démarré fin 2012, rencontre déjà un franc succès. Au-delà de ces prix attractifs, les consommateurs sont également sensibles à la démarche et apprécient de participer à cette réduction du gaspillage.

Ce programme n’est encore qu’un pilote mais FoodStar espère étendre rapidement cette opération à d’autres chaînes de magasins, notamment dans des zones défavorisées.
eco-jonction mars 2013

 

Gestion

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !

Repensez votre activité et votre façon de travailler pour appliquer ce principe de bon sens à votre gestion au quotidien.

Réaliser un état des lieux
Vos déchets vous coûtent peut-être plus que vous ne l’imaginez : si on pense souvent au coût lié à l’élimination des déchets, on oublie souvent d’y ajouter celui de production (achat des matières et consommables) ainsi que celui lié à la manutention et au stockage interne. Une étude menée par l’Ademe auprès de 100 entreprises a ainsi montré que le coût lié à la gestion des déchets représente en moyenne 6% de leur excédent brut d’exploitation. Pour tenter de réduire cette charge, commencez par faire un état des lieux des déchets liés à votre activité : existe-t-il déjà des moyens de suivi des déchets ? Quels sont les déchets générés par l’entreprise ? Quels coûts représentent-t-ils ?

Construire un plan d’actions
Grâce à cet état des lieux, vous serez en mesure de mettre en place un plan d’actions pour réduire significativement cet impact. En interne, imaginez des solutions avec les personnes concernées par la création et la gestion de ces déchets : elles pourront être force de proposition, travaillant au quotidien à leur contact. Selon votre activité, la réflexion pourra inclure des solutions de réduction du conditionnement et de l’emballage (dans le cadre d’un produit commercialisé), la réutilisation de chutes de matières premières (des déchets papiers ou cartons réutilisés comme matériau de calage pour l’expédition de la production par exemple), modifier les process de production ou changer de produit utilisé. Mettez également en place des indicateurs de suivi et des objectifs chiffrés de réduction. L’instauration d’un “challenge” permettra de fédérer efficacement les équipes autour du projet.

Suivre et faire évoluer le plan d’actions
Cette démarche ne saurait être qu’une opération ponctuelle de réduction : les entreprises évoluent rapidement, et à chaque lancement de nouveau produit ou de mise en place d’un nouveau process, leurs déchets évoluent. De plus, de nouvelles solutions de pre?vention des déchets et des matériaux innovants (peut-être moins générateurs de déchets) apparaissent. Le plan d’actions de?cide? lors de l’e?tat des lieux initial doit donc évoluer avec l’entreprise. Mettez ainsi en place une équipe de travail dédiée à ce sujet et organisez régulièrement des rencontres à ce sujet pour faire évoluer et perdurer cette démarche dans le temps.
eco-jonction mars 2013

 

Juridique

Interdiction du perchloroéthylène dans les pressings

Un arrêté du 5 décembre 2012 fixe les prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement soumises à déclaration sous la rubrique n° 2345 relative à l’utilisation de solvants pour le nettoyage à sec et le traitement des textiles ou des vêtements. Il modifie l’arrêté du 31 août 2009.

Les modifications portent principalement sur :
* l’interdiction du perchloroéthylène pour les installations nouvelles et à terme pour les installations existantes : l’arrêté prévoit que les machines de nettoyage à sec utilisant du perchloroéthylène ou tout autre solvant dont la tension de vapeur à 20 °C est supérieure ou égale à 1900 Pa, ne sont pas situées dans des locaux contigus à des locaux occupés par des tiers. Cette interdiction s’applique aux installations nouvelles et existantes selon l’échéancier suivant :
- 1er mars 2013 pour toute machine mise en service à compter du 1er mars 2013 ;
- 1er septembre 2014 pour toute machine mise en service avant le 31 décembre 1998 inclus ;
- 1er janvier 2016 pour toute machine mise en service entre le 1er janvier 1999 inclus et le 31 décembre 2001 inclus ;
- 1er janvier 2018 pour toute machine mise en service entre le 1er janvier 2002 inclus et le 31 décembre 2004 inclus ;
- 1er janvier 2019 pour toute machine mise en service entre le 1er janvier 2005 inclus et le 31 décembre 2006 inclus ;
- 1er janvier 2020 pour toute machine mise en service entre le 1er janvier 2007 inclus et le 31 décembre 2008 inclus ;
- 1er janvier 2021 pour toute machine mise en service entre le 1er janvier 2009 inclus et le 31 décembre 2010 inclus ;
- 1er janvier 2022 pour toute machine mise en service entre le 1er janvier 2011 inclus et le 28 février 2013 inclus
* l’anticipation de la date du 1er contrôle périodique
* le renforcement des conditions de rejet pour les installations au perchloroéthylène
* la fixation d’une valeur de concentration en perchloréthylène dans l’air intérieur : L’ensemble des émissions de composés organiques volatils (COV) ne dépasse pas 20 grammes de solvant par kilogramme de linge nettoyé et séché. Cette valeur limite d’émission n’inclut pas les solvants contenus dans les boues et les filtres si l’exploitant atteste de leur destruction ou de leur valorisation par un organisme habilité selon les modalités prévues au point 7.5 de la présente annexe.
Si le niveau de concentration en perchloroéthylène dans l’air intérieur des locaux voisins occupés par des tiers dépasse 1 250 microgrammes/m³, une action rapide devra être menée par l’exploitant pour ramener cette concentration à un niveau aussi faible que possible, avec comme objectif la valeur guide de 250 microgrammes/m³.
- l’adaptation des contraintes, notamment en terme de rejet, pour les produits de substitution
- la détermination des points de contrôle qui relèvent de non-conformités majeures

Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l’arrêté du 31 août 2009 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement soumises à déclaration sous la rubrique n° 2345 relative à l’utilisation de solvants pour le nettoyage à sec et le traitement des textiles ou des vêtements (JO du 9 décembre 2012)

En partenariat avec www.enviroveille.com
CCI France – eco-jonction mars 2013

 

Produits

Place aux vélos de service !

Pour aider les entreprises à inciter leurs salariés à abandonner leur voiture pour les déplacements professionnels ou leurs trajets domicile/travail, la société lyonnaise Vélogik leur propose de troquer une partie de leur flotte automobile pour des vélos, en leur proposant des services de vente et de location longue durée de bicyclettes. Vélos à assistance électrique, de ville, pliants, sur mesure, Vélogik s’adapte aux entreprises et collectivités locales intéressées et propose même d’accompagner ce changement en offrant des services de communication (interne et externe) et en assurant l’entretien et la maintenance du parc.
Plus d’informations sur le site de Vélogik.
eco-jonction mars 2013

Une solution de recyclage ludique

Si le recyclage du papier est devenu une habitude quotidienne dans la majorité des entreprises, on ne peut pas vraiment en dire autant des déchets autour de la machine à café. Pour combler ce vide et aider les entreprises à organiser leur démarcher de recyclage des déchets, la société CKFD environnement a lancé le Facilo’tri, un compacteur manuel permettant de collecter au sein d’une même machine gobelets, canettes et bouteilles en plastique. La façade du Facilo’tri est entièrement personnalisable pour aider les entreprises à sensibiliser leur personnel. La conscience de faire un double bon geste devrait les convaincre de prendre de bonnes habitudes : les bénéfices de CKFD environnement sont reversés aux associations K Net Partage et Mira Europe dans le but d’accompagner de jeunes déficients mentaux ou physiques et d’acheter et former des chiens guides pour jeunes aveugles.
Plus d’informations sur le site de CKFD environnement.
eco-jonction mars 2013

Des stylos verts et rechargeables

Le V5 et le V7 viennent eux aussi rejoindre la gamme de produits d’écriture verts Pilot BeGreen. Fabriqués à partir de 71% de plastique recyclé, ceux-ci conservent toutes les qualités et la fluidité de leurs aînés qui ont fait leur renommée. Mieux, cette nouvelle version plus écologique est désormais rechargeable avec des cartouches d’encre liquide. Pratique : celles-ci permettent d’ailleurs de recharger indistinctement un stylo V5 ou V7. Disponibles en noir, bleu, rouge et vert.
Plus d’informations sur le site de Pilot.
eco-jonction mars 2013

Des câbles électroniques plus respectueux de l’environnement

La fabricant de produits électroniques Hama vient de lancer une gamme de câbles (pour ordinateurs, appareils photo, caméras, etc.) plus verts, sous le nom Ecoline. Fabriqués en élastomère thermoplastique (TPE), ceux-ci sont réalisés sans halogène, ni PVC, ni plastifiant ou plomb dans un souci de protection des ressources. La part du film d’emballage en carton non blanchi a également été réduite à moins de 7%, ce qui permet de recycler intégralement l’emballage.
eco-jonction mars 2013

 

 

Agenda

Les Journées Entreprise et Développement Durable
Les CCI de Paris – Ile-de-France accompagnent les PME-PMI dans la mise en œuvre du Développement Durable. Les Journées Entreprise et Développement Durable sont le rendez-vous des PME qui veulent s’informer et échanger sur les bonnes pratiques dans le domaine de l’écoconception, les achats durables, l’énergie et plus généralement l’engagement sociétal des entreprises. En 2012, les JEDD se dérouleront tout au long de l’année.
Tout le programme sur www.jedd.fr

 

26 – 28 mars 2013    ECO TRANSPORT & LOGISTICS
Paris Nord Villepinte – Hall 4
Le salon International des technologies environnementales dédiées au transport et à la logistique
ECO Transport & Logistics concentre l’ensemble des innovations environnementales à disposition des prestataires de transport et de logistique, et de leurs clients industriels et distributeurs.
En tenue conjointe avec SITL Solutions Logistiques et INTRALOGISTICS Paris
Plus d’informations et commande de badge :  www.sitl.eu

 

et 4 avril 2013   PRODURABLE
Paris – Palais des Congrès – Porte Maillot
Le Congrès RSE & LEADERSHIP : Think global !
Prospectif, Stratégique, international, et co-participatif, il s’adresse aux dirigeants désireux de prendre une longueur d’avance, de s’inspirer auprès de patrons « agissants », et de trouver les clés de l’inéluctable transformation de nos organisations.
Le Programme EXPERTS & SOLUTIONS : Act local !
Concret, illustré, sous forme d’études de cas, c’est la boite à outil des opérationnels qui repartent avec de vraies solutions, quelque soit leur secteur ou leur métier! Deux journées pour « fédérer, promouvoir, favoriser, identifier, informer et former », autour de temps et d’espaces de networking pour créer des synergies et favoriser de nouvelles opportunités business.
inscriptions et renseignements sur www.produrable.com

 

4 avril  2013   Forum national des Eco-entreprises
Paris – Ministère de l’économie et des finances, Centre Pierre Mendès-France
Le 4ème forum des éco-entreprises comprendra 2 évènements en parallèle :
une convention d’affaires avec des rencontres en BtoB et des vitrines de l’innovation
une conférence sur des sujets d’actualité
Plus de 500 personnes sont attendues dont 220 PME-ETI innovantes du secteur de l’environnement, décideurs privés et publics, réseaux d’éco-entreprises et institutionnels partenaires du PEXE (association pour la promotion et le développement international des éco-entreprises de France
Public : Entreprises, collectivités
Tarif : Conférences : 150 euros ht – Convention d’affaires : 450 euros ht
Plus d’infos sur : www.ecoentreprises-france.fr

 

et 5 avril 2013     D’un Printemps à l’autre…
Paris – Palais Brongniart
La 2ème édition du Printemps des Études, seul événement exclusivement dédié aux études, marketing et sondages, aura lieu les 4 et 5 avril 2013 au Palais Brongniart à Paris. A J-75 : 110 acteurs majeurs de la filière déjà inscrits, dont 50 instituts d’études et de sondages – Plus de 50 conférences et ateliers déjà programmés.
Plus d’info www.printemps-etudes.com

 

5 avril  2013   15h45 -16h30   Développement durable et nouveaux modes de consommation
Paris – Palais Brongniart – au Printemps des Etudes,
Quels leviers actionner pour les marques selon le niveau de connaissance et d’engagement client ? Quelles attentes selon les secteurs ?
Conférence organisée par BVA avec Marie-Laurence Guena, Directrice Générale Adjointe de BVA Services et Régis Olagne, Directeur de Clientèle de BVA. Depuis le bilan Anniversaire du Grenelle réalisé par BVA en 2010, les médias font du développement durable le grand oublié de la crise : pour autant les priorités des Français ont-elles évolué ? Le principe de réalité a-t-il modifié la perception du rôle des entreprises, des associations, des institutions ? Le contexte et les stratégies des acteurs ont-ils infléchi les comportements du consommateur-citoyen ?
Pour participer à ce rendez-vous, merci de vous inscrire en cliquant ici  

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici