Newsletter mars 2014

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises       n°45    mars 2014

En 2014… eco-jonction fait évoluer son positionnement rédactionnel : il élargit son contenu rédactionnel du développement durable à l’innovation, moteur de croissance et de compétitivité pour les entreprises.
Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… eco-jonction s’intéressera à toutes les nouvelles idées dans tous les domaines d’activités.
Nouvelles pratiques, nouveaux métiers, Eco-jonction veut informer les décisionnaires sur les approches marketing, communication, gestion, production, distribution de l’innovation, ainsi que sur les dispositifs d’aide existants pour les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

Quelles sont les entreprises les plus innovantes du monde ?

Le magazine américain Fast Company vient de publier son nouveau palmarès des 50 entreprises les plus innovantes au monde. Son critère de sélection : distinguer celles qui ont un impact sur notre mode de vie. La société américaine Google se hisse ainsi sur la première marche du podium pour « être devenu un géant de 350 milliards d’euros ayant fait émerger presque trop d’innovations pour qu’on puisse les compter ». Suivent l’organisation caritative Bloomberg Philanthropies « qui fait le bien, de façon méthodique » et le fabricant de téléphones chinois Xiaomi « pour avoir réinventé le business model des smartphones ». Dans la suite du classement, de nombreuses compagnies liées à Internet ont également été distinguées, comme Dropbox (4e), AirBNB (6e), Yelp (10e), Twitter (13e) ou Amazon (18e). Contrairement à l’an passé où deux entreprises françaises (le groupe PPR et l’éditeur de jeux vidéos Activision Blizzard) avaient été mises en avant, aucune n’a été retenue en 2014.
Cliquez ici pour consulter le palmarès complet sur le site de Fast Company.
eco-jonction mars 2014

Quels sont les bons élèves du recyclage en Europe ?

Dans le cadre de sa nouvelle campagne « Génération Awake », la Commission européenne fait le point sur le recyclage des déchets en Europe dans une infographie réalisée avec l’European Environnement Agency. D’après cette étude, l’Autriche (63%), l’Allemagne (62%), la Belgique (58%), les Pays-Bas (51%) et la Suisse (51%) sont les cinq seuls pays de l’Union à recycler plus de 50% de leurs déchets, un objectif qui devra légalement être atteint par l’ensemble des pays européens d’ici 2020. Avec seulement 35% de déchets recyclés, la France n’atteint que la 13e place, se situant ainsi sous la moyenne européenne (39%). Parmi les mauvais élèves du recyclage en Europe, on compte notamment la Lituanie (5%), la Croatie (4%), la Roumanie (1%), la Turquie (1%) et la Bulgarie (0%). Autre enseignement de cette étude : en Europe, l’emploi lié au recyclage a augmenté de 45% entre 2000 et 2007.
plus d’info en cliquant ici
et sur  www.generationawake.eu
eco-jonction mars 2014

Innovation : la France n’est pas la plus performante !

La Commission européenne dresse l’état des lieux de l’innovation dans l’Union européenne. Distancée de longue date par la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon, l’Europe tente de rattraper son retard. Si l’Union dans son ensemble fait des progrès en la matière, de fortes disparités entre les pays apparaissent. Réalisé à partir de 25 indicateurs différents (mesurant l’effort d’innovation des entreprises mais aussi les aides disponibles ou l’impact économique de la R&D), l’étude classe la France parmi les pays « suiveurs de l’innovation », avec une performance tout juste au-dessus de la moyenne européenne. L’Hexagone se classe ainsi loin derrière par les quatre « champions de l’innovation » (Allemagne, Danemark, Finlande et Suède). Plus inquiétant pour le Vieux Continent : des pays en forte croissance, comme la Chine ou le Brésil, sont en train de rattraper le niveau d’innovation de l’Europe !
Plus d’info en cliquant ici
eco-jonction mars 2014

Comment calculer l’impact environnemental d’un produit ?

L’Ademe vient de rendre publique sa Base Impacts, afin de permettre aux consommateurs mais également aux industriels d’estimer l’impact environnemental de produits de grande consommation. Cette base de données environnementales offre des indicateurs précis afin de calculer cet impact de la production jusqu’à la consommation. Ces données doivent permettre de faciliter l’évaluation environnementale des produits, en vue soit d’informer les consommateurs (via l’affichage environnemental), soit d’en améliorer les caractéristiques environnementales (via l’éco-conception). En complément de la Base Impacts, trois outils de calcul sont déjà disponibles à partir du site : deux outils pour calculer l’impact des téléviseurs et des chaussures ainsi qu’une nouvelle version du « Bilan Produit », l’outil d’aide à l’éco-conception de l’Ademe.
Pour accéder à l’ensemble de ces outils, inscrivez-vous sur le site www.base-impacts.ademe.fr
eco-jonction mars 2014

 

Marketing

L’innovation façon Speedy Darwin

Savez combien existent de définitions du développement durable ?
Environ 500.
Autant dire qu’il n’y en pas. Alors, que pensez-vous de la mienne, la 501° ?
Elle ne va pas vous encombrer, elle tient en 4 mots : anticiper pour s’adapter

Anticiper, mais sur quoi ?
Nous avons 3 enjeux inédits dans l’histoire de l’humanité. Ne vous imaginez pas qu’ils sont optionnels, car en réalité ce sont eux qui ont pris le pouvoir sur nous. Il nous faut résoudre :
- les conséquences de nos gaspillages (on a tout épuisé, comment faire plus avec moins ?)
- les conséquences de nos pollutions (on a tout pollué, l’air, la terre, l’eau et le réchauffement climatique)
- et à l’accroissement de la population mondiale (9 milliards d’homme, dont la grande majorité sera pauvre)

S’adapter, mais comment ?
Einstein disait « on ne peut pas résoudre un problème avec le questionnement qui l’a créé ».
Pour trouver des solutions aux conséquences de nos gaspillages, de nos pollutions, et faire de la place à 9 milliards d’Hommes, il nous faut raisonner différemment, nous interroger autrement.
Ces enjeux mettent directement en péril nos activités et font apparaître une vraie question : « comment créer un produit qui sera encore fabricable matériellement dans 20 ans, et qui correspondra à de vrais besoins ? ».
Mais contrairement aux apparences, au lieu de nous enfermer, ces nouvelles questions nous ouvrent des portes de créativité incroyables. Du coup, l’innovation devient le maître mot, car elle est la clef de l’adaptation.

Innovation façon Speedy Darwin
En effet, la nouvelle économie s’adapte en anticipant. C’est donc une économie d’innovation, d’invention, de créativité, d’imagination.
Tout est à réinventer. Nous avons une nouvelle civilisation à créer. Le problème, c’est que nous devons le faire au pas de charge : nous n’avons que 10 ans pour trouver des solutions.

Nous devons innover de trois manières :
- innover aux niveaux technique, technologique, et scientifique pour résoudre les enjeux
- ré-innover dans l’organisation et le management de l’entreprise, pour adapter l’entreprise aux mutations et créer un business model résilient
- créer de nouveaux produits, ou rénover nos produits pour répondre aux vrais besoins de demain

Les entreprises qui ont entamé ces véritables innovations, sont les entreprises de demain, car elles acquièrent l’expérience, investissent à temps, et évoluent en se donnant toutes les chances de pérennité.
A l’inverse, les autres sont en grand danger car elles risquent de ne pas avoir le temps, les moyens financiers et l‘expérience pour s’adapter lorsque cela sera devenu incontournable.

Bravo et merci aux Héros qui inventent le nouveau monde !
Karin Boras – eco-jonction mars 2014

 

Portrait

Une start-up charentaise à l’assaut des Etats-Unis

Frédéric Coulais et Alain Mevellec ont créé leur première start-up en 2004, un site de rencontre qu’ils ont revendu en 2007 à Meetic. Loin de se contenter de ce premier succès, ils développent depuis 2009 une nouvelle start-up, Easybill, qui commercialise le logiciel professionnel de gestion commerciale en ligne Sellsy. Déjà rentable, la société est désormais en train de s’installer aux Etats-Unis et envisage d’ouvrir plusieurs nouveaux bureaux d’ici la fin de l’année. Rencontre avec Alain Mevellec, l’un des deux fondateurs.

Comment est né votre logiciel Sellby et votre nouvelle start-up Easybill ?
Quand nous avons monté notre première start-up, nous nous étions rendu compte qu’il n’existait pas à l’époque de logiciel de gestion commerciale vraiment complet, disponible entièrement en ligne. Nous avons ainsi commencé à travailler sur une première version, développée entre 2009 et 2010 sur nos comptes personnels. Cela nous a permis de valider le concept. Un an plus tard, nous avons bénéficié de notre première levée de fonds via Alto Invest (NDLR : d’un montant d’un million d’euros), qui nous a permis de passer à la vitesse supérieure. Résultat : la société est rentable depuis un an et demi et nous avons doublé nos effectifs l’an passé. Nous employons aujourd’hui treize personnes contre sept un an plus tôt. Et nous avons prévu de recruter deux personnes par mois jusqu’à la fin de l’année. Notre effectif devrait de nouveau avoir doublé d’ici décembre.

A votre avis, quels sont les éléments qui ont permis à votre entreprise de se développer aussi rapidement ?
L’innovation ! Notre solution rassemble en un seul produit des services qui sont habituellement séparés en plusieurs logiciels. En effet, notre solution de gestion commerciale comprend tous les aspects : de la création de devis, à la facturation, en passant par la gestion des stocks. Le tout accessible à un prix raisonnable sur internet, via un ordinateur, un téléphone ou une tablette. Nous sommes à peu près le seul service dans le monde à fonctionner comme cela. Cette situation explique pourquoi nous nous sommes développés à l’international sans prospecter : nous avons lancé notre service en langue anglaise sans aucune publicité et elle représente déjà 10% de notre clientèle. Aujourd’hui, nous avons 3 500 clients dans plus de 30 pays. C’est pour cette raison que nous allons très rapidement ouvrir un bureau de trois personnes à New York. Et nous envisageons d’en installer prochainement à Londres et Dublin.

Vous êtes actuellement basé à La Rochelle. Envisagez-vous de déménager pour vous rapprocher des sièges sociaux des grosses entreprises ? A Paris par exemple ?
Absolument pas ! Nous disposons d’un cadre de travail très agréable à La Rochelle. Par ailleurs, il y a de très bonnes formations de développeurs informatiques ici. De nombreuses entreprises et start-up ont des difficultés à recruter ce type de profils dans les grandes villes, à Paris par exemple, et aux Etats-Unis. Nous n’avons pas ce problème et nos salariés sont très fidèles. Au contraire, nous considérons notre implantation à La Rochelle comme un énorme avantage. Nous allons certainement ouvrir un nouveau bureau cette année à Paris, mais celui-ci sera uniquement dédié à du service clients et des ressources de support. La R&D restera à La Rochelle.

La R&D reste-t-elle une partie importante de votre business model ?
Bien entendu. Nous sommes dans une démarche d’innovation constante. L’innovation est quasi sans limite dans notre secteur ! Nous avons une base de chefs d’entreprises qui nous font confiance et développons des nouveaux produits susceptibles de les intéresser. Ainsi, nous sommes en train d’intégrer la voix dans notre logiciel (les lignes téléphoniques seront directement rattachées au logiciel, ce qui permettra d’ouvrir automatiquement la fiche d’un client lorsqu’il appelle, de garder des traces de conversations, etc.). Nous savons déjà que nous allons pouvoir vendre cette solution à au moins 20 à 25% de notre base clients, c’est une innovation très attendue.
plus d’info : www.sellsy.fr
eco-jonction mars 2014

 

Tendances

Etes-vous un slacktiviste ?

Vous avez déjà « liké » le statut d’une association caritative, participé à une pétition en ligne ou partagé sur votre page Facebook une vidéo alertant sur le réchauffement climatique ou la faim dans le monde ? Vous faites partie des « slacktivistes », ces activistes des temps modernes qui protestent, s’indignent et militent d’un clic de leur souris, confortablement installés dans leur canapé.
Néologisme issu de la contraction de « slacker »- fainéant en Anglais – et d’activisme, le slacktivisme (aussi appelé « clictivisme ») est une forme de militantisme sur Internet qui s’est développé depuis le début des années 2000, avec l’avénement des réseaux sociaux. Changer sa photo de profil en signe de protestation ou signer une pétition en ligne font désormais partie des nouvelles formes de militantisme pour mobiliser le plus grand nombre de personnes autour d’une cause. Mais les clics et les statuts Facebook peuvent-ils vraiment permettre de changer le monde ?
Non, répond l’Unicef. L’organisation a ainsi lancé en avril 2013 une campagne publicitaire choc, intitulée « Les likes ne sauvent pas des vies. L’argent si ». Mais, parfois, cet engagement virtuel permet vraiment de faire bouger les lignes. L’enseigne de grande distribution Carrefour a ainsi lancé à la rentrée 2013 une vaste consultation de consommateurs via une plateforme en ligne pour leur permettre d’ »imaginer les courses de demain ». L’idée : dès qu’une idée d’Internaute obtient plus de 10 000 votes, celle-ci est mise à l’étude puis réalisée. Une proposition – créer un rayon de produits végétariens – a ainsi recueilli en un temps record plusieurs milliers de votes avant d’être finalement adoptée par l’enseigne !
eco-jonction mars 2014

 

Financement

Financement de l’innovation : vers qui se tourner ?

Comment vous y retrouver parmi les milliers d’incubateurs, financeurs privés et publics, laboratoires, pépinières et autres clusters dédiés à l’innovation en France ? Commencez par vous pencher sur les principaux financements et organismes chargés spécifiquement de l’innovation. Suivez le guide.

Bpifrance, l’interlocuteur de référence

Ex-Oseo, Bpifrance accorde des aides directes à l’innovation et favorise aussi l’accès aux financements privés, tout en offrant un accompagnement personnalisé des entreprises innovantes. Les financements accordés peuvent prendre la forme de subventions à l’innovation et d’avances remboursables comme l’aide à la création d’entreprise innovante ou l’aide pour le développement de l’innovation, mais également de prêts accordés à la PME porteuse d’innovation. La qualification « entreprise innovante » permet d’ouvrir le capital de votre entreprise aux FCPI (Fonds commun de placement dans l’innovation) et de bénéficier de marchés publics de haute technologie. Rendez-vous sur le site de Bpifrance pour découvrir l’ensemble des aides proposées par l’organisme.

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI), un accompagnement au quotidien

Les CCI ont fait de 2014 l’année de l’innovation ! Dix-huit événements régionaux basés sur l’échange d’expériences innovantes seront proposés, l’Université des CCI sera consacrée au thème de l’innovation et des études sur le sujet seront publiées tout au long de l’année. Enfin, chaque CCI proposera localement des événements sur l’innovation destinés à accompagner le passage à l’acte des entreprises. La plupart des CCI proposent des programmes d’accompagnement à l’innovation, contactez la Chambre de commerce la plus proche de votre entreprise pour en savoir plus. Le réseau des CCI de France a également développé www.les-aides.fr, un site recensant les différentes aides en France et en Europe.

Les collectivités territoriales, vivier d’aides

Des ministères aux départements en passant par les régions et les programmes européens, les collectivités publiques multiplient les programmes en faveur de la création d’entreprises innovantes. Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a ainsi mis en place fin 2013 un concours national d’aide à la création d’entreprises innovantes (voir ici). Ce ministère apporte également son expertise pour les agréments de « Jeune entreprise innovante » (JEI), un statut qui permet d’être exonéré d’un certain nombre de contributions (impôt sur les bénéfices pendant trois ans, taxe foncière pendant sept ans, etc.). Les régions et les départements développent également des aides spécifiques sur un territoire. C’est notamment le cas de la région Ile-de-France, qui a mis en place l’aide à la maturation de projets innovants (AIMA), l’aide à l’innovation responsable (AIR) et l’aide à l’expérimentation de projets innovants (AIXpé). Renseignez-vous auprès des collectivités de votre zone d’implantation pour découvrir si des programmes de ce type existent dans votre région.
eco-jonction mars 2014

 

Juridique

Expérimentation de l’autorisation unique pour les ICPE

« Faciliter la réalisation de projets sur le territoire national sans diminuer les exigences de la protection de l’environnement » : c’est l’objectif du gouvernement pour remédier à la complexité des procédures d’autorisation pour les ICPE.

Le vecteur choisi est celui d’une autorisation unique délivrée par le préfet de département, mise en place à titre expérimental pour une durée de trois ans.

L’objectif de cette nouvelle autorisation est de fusionner les différentes procédures pour permettre une meilleure cohérence entre réglementations, de simplifier les démarches pour les porteurs de projets et pour l’administration, de réduire le délai d’instruction et de délivrance de l’autorisation à 10 mois (contre plus d’un an actuellement dans plus de la moitié des cas) et de proposer un interlocuteur unique au porteur de projet.

Cette procédure concerne:

- les installations énergétiques (méthanisation et éoliennes, y compris les raccordements électriques et en gaz) situées en Basse-Normandie, Bretagne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais et Picardie ; cette « grande » autorisation unique vaudra autorisation au titre de la police de l’eau, autorisation de défrichement, permis de construire, autorisation d’exploiter au titre du code de l’énergie et dérogation à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées ou à leur habitat ;

- les autres ICPE soumises à autorisation situées en Champagne-Ardenne et Franche-Comté ; cette « petite » autorisation unique vaudra autorisation au titre de la police de l’eau, autorisation de défrichement et dérogation à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées ou à leur habitat.

Concrètement, cette autorisation a pour objet de rationaliser la procédure en supprimant les redondances. Ainsi, les informations cartographiques, plans et étude d’impacts particuliers exigés dans diverses procédures seront intégrés dans l’étude d’impact ICPE.

Par ailleurs, cette autorisation unique permet une harmonisation des délais de recours :
- pour l’annulation, un délai de 2 mois à compter de la notification pour l’exploitant et de la publication pour les tiers ;
- pour les prescriptions, un délai de 6 mois à compter de la mise en service de l’installation (sauf pour les éoliennes).
Vanessa Kurukgy – Avocat – eco-jonction mars 2014

 

Produits

Biofore, un concept car futuriste

Le concept car Biofore, projet conjoint d’UPM et de l’université Metropolia de sciences appliquées d’Helsinki (Finlande), vient d’être présenté au Salon international de l’automobile de Genève. Sur ce véhicule futuriste homologué, la plupart des composants en plastique ont été remplacés par des matériaux issus de la biomasse, notamment le biocomposite UPM Formi et le contreplaqué thermoformable UPM Grada. Ces matériaux améliorent les performances environnementales du véhicule, sans compromis en termes de qualité ou de sécurité. Le véhicule est ainsi plus léger d’environ 150 kg par rapport aux modèles concurrents, ce qui le rend moins gourmand en carburant. Par ailleurs, le concept car sera alimenté par UPM BioVerno, un diesel renouvelable à base de bois.
Plus d’info en cliquant ici
eco-jonction mars 2014

Une solution lumineuse pour le bâtiment

La société Espaciel propose un système afin d’améliorer la luminosité d’un logement ou d’un bâtiment : le déflecteur de lumière. Celui-ci est équipé d’une surface miroir présentant un coefficient de réflexion supérieur à 90%. Fixé dans l’entourage d’une fenêtre, horizontalement ou verticalement, à l’intérieur ou à l’extérieur, il redirige la lumière vers l’intérieur de la pièce. Ce système permet d’augmenter le flux de lumière naturelle entrant de 50%, sans travaux et pour un coût nettement inférieur à un élargissement de fenêtre. Par ailleurs, ce déflecteur permet de réduire sensiblement les dépenses de chauffage l’hiver : en effet, 10 à 25% de l’énergie de chauffage est apportée par les fenêtres et l’éclairage extérieur. Conçu et fabriqué en France, dans la région Nord-Pas de Calais, ce déflecteur de lumière est assemblé à Lille. Plus d’info sur le site d’Espaciel
eco-jonction mars 2014

 

 

Une imprimante… à encre effaçable

Si certains documents doit être archivés et conservés sur le long terme, la plupart des impressions en entreprise concernent des informations qui ne seront utiles que très peu de temps et finiront à la poubelle au bout de quelques heures. Pour mettre fin à ce gaspillage de papier, Toshiba a mis au point le système Eco MFP sur son imprimante multifonctions eStudio 306 LP. Le principe : une fois la consultation de vos documents imprimés terminés, il suffit de déposer ces derniers dans l’unité de recyclage eStudio RD30 pour en effacer le contenu. Une même feuille de papier peut ainsi être utilisée jusqu’à cinq fois !
Plus d’info sur le site de Toshiba
eco-jonction mars 2014

Une clé USB compatible multi supports

La société américaine Kingston vient de lancer une clé USB permettant de transférer des fichiers sans connexion WiFi ou filaire d’un ordinateur à un smartphone ou une tablette Android. D’un côté, la clé présente un côté USB « classique » et de l’autre une connectique micro-USB. Il suffit ainsi de la brancher dans un ordinateur pour ensuite transférer des données à un smartphone ou une tablette via son port micro-USB. Et inversement. La clé DataTraveler microDuo est disponible en 8Go, 16 Go, 32 Go et 64 Go.
Plus d’info sur le site de Kingston
eco-jonction mars 2014

 

Agenda

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici

8ème édition des Aressy Awards 
Votez pour vos communications responsables préférées et faites les gagner un des Aressy Awards.
Ces Trophées de la Communication Fair Business récompensent, pour la 8e année, les communications responsables et les démarches innovantes dans quatre catégories : publicitaire, digitale, évènementielle et les éditions.
Pour VOTER : www.aressy.com/awards

 

Les Journées Entreprise et Développement Durable
Les CCI de Paris – Ile-de-France accompagnent les PME-PMI dans la mise en œuvre du Développement Durable. Les Journées Entreprise et Développement Durable sont le rendez-vous des PME qui veulent s’informer et échanger sur les bonnes pratiques dans le domaine de l’écoconception, les achats durables, l’énergie et plus généralement l’engagement sociétal des entreprises.
Tout le programme sur www.jedd.fr

 

1 – 2 avril 2014    Salon PRODURABLE
Paris – Palais des Congrès
La 7ème édition de PRODURABLE se tiendra les 1er et 2 avril 2014, au Palais des Congrès de Paris
Le fil conducteur de cette édition sera la question du retour sur investissement des politiques RSE pour les entreprises : les bénéfices d’une politique RSE sont ils mesurables?
Autres nouveautés 2014 :
La Vitrine de l’Innovation Circulaire : 3R : Réutiliser – Recycler – Revaloriser
Une Session d’intelligence collective et de co-création « In Situ » : Les Challenges PRODURABLE inverseront les rôles pour donner la paroles aux visiteurs
Une pépinière d’entreprises de l’ESS : Rencontre avec des jeunes entrepreneurs éco-sociaux performants
Plus d’information et s’inscrire : www.produrable.com

 

1 – 4 avril 2014      SITL Europe
Paris Nord Villepinte
Le Rendez-vous International du Transport, de la Logistique et du Freight Forwarding
Il réunit l’endemble des produits et services innovants dédiés à l’approvisionnement, la distribution et la supply chain de demain.
Retrouvez aussi Eco Transport et Logistics, avec les leaders en matière de technologie environnementale et d’équipements de transport.
Venez également découvrir qui remportera la  Meilleure Innovation Environnementale Equipement de Transport & Logistique.
Plus d’informations  : www.sitl.eu

 

10 – 11 avril  2014   Le Printemps des études
Paris – Palais Brongniart
La 3ème édition du Printemps des Études, Rencontres Professionnelles Communication, Marketing, Opinion, événement exclusivement dédié aux études, marketing et sondages, aura lieu les 10 et 11 avril 2014 au Palais Brongniart à Paris.
Plus d’info www.printemps-etudes.com

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici