Newsletter novembre 2013

Eco-jonction : la newsletter verte des entreprises       n°42        novembre 2013

Eco-jonction vous apporte des informations pratiques développement durable pour la gestion de votre activité.
Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

Qui sont les bons élèves de l’efficacité énergétique dans le monde ?

L’Ademe vient d’achever son troisième rapport triennal sur l’efficacité énergétique, mené en collaboration avec le Conseil mondial de l’énergie. Conclusion ? Au cours des trois dernières décennies, la plupart des pays du monde ont réduit de manière significative leur consommation d’énergie. Ce résultat s’explique en grande partie par l’amélioration de l’efficacité énergétique des véhicules, des appareils électriques, du chauffage des locaux et des processus industriels. Les politiques gouvernementales volontaristes en faveur de la réduction de la consommation d’énergie expliquent également cette réduction. L’Europe de l’Ouest est actuellement la région qui présente l’intensité énergétique la plus faible bien qu’elle soit constituée des grands pays consommateurs. À titre de comparaison, la CEI (composée de la Russie et d’une partie des anciennes républiques soviétiques) consomme près de trois fois plus d’énergie par unité de PIB que l’Europe. En Chine, en Afrique et au Moyen-Orient, l’intensité énergétique est deux fois supérieure à la moyenne européenne. L’Amérique latine et les pays de l’OCDE Asie-Pacifique se situent à environ 15% au-dessus du niveau européen, tandis que l’Inde et d’autres pays d’Asie sont au même niveau que la moyenne mondiale avec une intensité énergétique 50% supérieure à celle de l’Europe et légèrement inférieur à celle de l’Amérique du Nord.
Plus d’informations en cliquant ici
eco-jonction novembre 2013

La France veut exporter son savoir-faire «ville durable»

Alors que les marchés du développement urbain sont en forte croissance à l’étranger, avec un potentiel de progression estimé à 50 milliards d’euros en 2017, la France tente de se positionner comme un expert dans ce domaine. La ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, a ainsi annoncé une série de mesures pour soutenir cette filière à l’export. Le site internet www.vivapolis.fr a pour vocation de devenir la vitrine internationale de l’offre française en matière de ville durable. Le portail regroupe actuellement des réalisations exemplaires et recense 80 entreprises (200 à 300 à terme). Par ailleurs, un simulateur 3D reconstituant une maquette virtuelle d’un quartier ou d’une ville doit être développé afin de permettre de mettre en avant le savoir-faire des entreprises françaises. Deux millions d’euros seront mobilisés pour la création de ce simulateur. Par ailleurs, une nouvelle entité, dénommé Cerway, doit être créée pour soutenir le développement de la certification HQE à l’international.
eco-jonction novembre 2013

Les cuisines collectives ont leur label bio

A la demande de responsables de restauration scolaire, Ecocert vient de lancer le label « En cuisine », un cahier des charges dédié à la restauration collective bio. Ce référentiel s’applique à tous les établissements de restauration collective à caractère social, comme ceux installés au sein d’une école, une université, une administration, une entreprise, un hôpital, une crèche, etc. Plusieurs niveaux de certification ont été mis en place : en niveau 1, les menus ne comportent ni OGM ni additifs interdits et au moins 10 % de bio ; en niveau 2, les cuisiniers doivent bénéficier d’une formation adaptée, des fruits et légumes de saison doivent être servis et l’origine locale doit être plus affirmée ; enfin, le niveau trois correspond à un restaurant exemplaire intégrant 50 % de bio et les repas consommés y sont cuisinés sur place. Plus d’informations sur le site d’Ecocert.
eco-jonction novembre 2013

Un guide d’aide au montage de projets photovoltaïques

L’Ademe vient de sortir la nouvelle version de son “Guide d’aide au montage de projets photovoltaïques”, destiné aux entreprises et aux exploitants agricoles. Celui-ci détaille notamment la rémunération de la production photovoltaïque, les étapes du montage d’un projet, les bases d’un business plan ainsi que les aspects juridiques, fiscaux et d’exploitation de l’installation. Les tarifs applicables d’achat de l’énergie ont été mis à jour pour refléter ceux en vigueur à partir de la fin de l’année 2013. Enfin, ce guide de 16 pages présente quatre exemples concrets d’installations photovoltaïques sur des bâtiments professionnels, des unités de production et des bureaux.
Cliquez ici pour télécharger le guide.
eco-jonction novembre 2013

 

Marketing

Produits verts : des prix de plus en plus compétitifs

Dans la dernière livraison de son étude sur les produits écolabellisés, la CLCV (association nationale de défense des consommateurs et usagers) relève que les prix des produits verts s’avèrent de plus en plus compétitifs, au point de pouvoir rivaliser avec leurs équivalents non écolabellisés vendus en hard-discount !

La grande distribution propose désormais des prix attractifs pour les produits écolabellisés de leurs marques propres, même si le choix laisse encore parfois à désirer pour certains produits, estime la CLCV dans son “Enquête écolabels 2013”, menée avec l’Ademe. Une conséquence directe de l’attrait des consommateurs pour ces produits ! Face à l’accroissement des ventes, les marques et la grande distribution disposent d’une marge de manœuvre plus importante pour négocier les prix avec les fournisseurs, faisant ainsi baisser les prix des produits verts.

L’association de consommateurs a procédé à 1 620 relevés de prix sur un mois dans 81 enseignes pour 7 types de produits portant des labels écologiques : filtres à café, liquide vaisselle, lessive, enveloppes, sacs-poubelles, shampooing et après-shampooing. La CLCV, qui avait mené la même étude en 2011, note que la moyenne des prix des marques de distributeur (MDD) a globalement baissé, alors qu’elle a enregistré une légère hausse pour les grandes marques.

Ainsi, le coût des liquides vaisselles et des lessives avec écolabel des MDD a enregistré une baisse de près de 10% depuis 2011. Les prix des produits verts tendent ainsi à se rapprocher de ceux des références “non vertes”. Certains produits écolabellisés, comme les liquides vaisselle et les filtres à café, peuvent même rivaliser en termes de prix avec leurs équivalents (sans écolabel) des enseignes de hard-discount.

L’association note cependant que certains produits écolabellisés, comme les shampoings et les après-shampoings, sont encore très peu présents dans les rayons, alors que des alternatives vertes existent pourtant. « Le développement de ces produits de base est important. Reste que, pour le moment, les grandes marques classiques perdurent sans vouloir changer leur formule chimique en faveur de l’écolabel », déplore la CLCV.
Plus d’informations ici
eco-jonction novembre 2013

 

Portrait

Comment la chimie verte a fait renaître Agronutrition de ses cendres

Situés en face de l’usine AZF près de Toulouse, les locaux d’Agronutrition ont été totalement détruits lors de l’explosion du 21 septembre 2001. A force de ténacité, les salariés, devenus depuis actionnaires d’Agronutrition, ont réussi à relancer l’activité de cette société spécialisée dans l’utilisation d’oligo-éléments pour les plantes. En faisant du développement durable et de la chimie verte leur credo, ils ont multiplié le chiffre d’affaires par six en dix ans.
Entretien avec Cedric Cabanes, PDG de l’entreprise.

Pourriez-vous nous raconter comment est né Agronutrition ?
La société existe depuis 1969. A l’époque, il s’agissait du département spécialisé dans les oligofertilisants de la Société Commerciale des Potasses d’Alsace. Cette compagnie, appartenant à l’Etat, devait être privatisée en 2002, en raison de la fermeture des différentes mines en France. Or, l’entreprise a été entièrement détruite le 21 septembre 2001 par l’explosion de l’usine AZF, à côté de laquelle elle était installée. Tout de suite, l’ensemble des salariés se sont mobilisés pour tenter de continuer l’activité et ont fait une proposition de reprise de l’entreprise. Pour pouvoir trouver un terrain pour reconstruire l’usine, nous avons été obligés de réécrire notre plan d’actions pour nous inscrire dans une démarche de développement durable. Nous avons ainsi supprimé un tiers des produits de notre gamme, car ils étaient trop polluants. C’était une question de survie : en effet, suite à l’accident survenu sur le site d’AZF, il n’était plus possible d’envisager s’implanter avec une activité de chimie traditionnelle, la ville a pris la voie de la chimie verte.

Le 28 août 2004, l’entreprise est ainsi devenue Agronutrition, une société appartenant à 51% aux salariés et à 49% au groupe De Sangosse. A l’époque de la reprise, la société avait réalisé un chiffre d’affaires de 4,9 millions d’euros et enregistré 600 000 euros de pertes. Nous avons mis deux ans pour redresser l’activité. Nous avons fait 5,3 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2006, puis notre activité a explosé suite au Grenelle de l’environnement. Au dernier exercice, clôturé le 31 août 2012, Agronutrition a réalisé 33 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et elle emploie aujourd’hui 91 personnes (contre 27 au moment de la reprise).

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : on imagine bien que vous ne regrettez pas d’avoir fait le choix du développement durable ?
Je pense que, si nous n’avions pas fait ce choix capitalistique fort et particulier, où les personnes employées sont à la fois salariées et actionnaires, nous n’existerions plus ! L’entreprise était vouée à être privatisée. Nous aurions ainsi été rachetés par un grand groupe chimique au sein duquel nous aurions été dilués… Alors qu’aujourd’hui, la première priorité des salariés-actionnaires est la pérennité de l’activité et des emplois ! Sur le plan du développement durable économique, c’est clairement un succès.

Par ailleurs, sur le plan environnemental, le développement durable doit aujourd’hui être une priorité pour les chimistes : c’est nous qui avons le plus pollué, à nous donc de réparer le plus ! Notre programme de recherche et développement (R&D) en la matière est d’ailleurs un facteur-clé de notre succès. Nous avons beaucoup investi pour le développer : sur les 91 salariés de l’entreprise, 25 font partie de la R&D. La chimie verte n’en est qu’à ses débuts. Elle existe depuis une dizaine d’années et dispose d’un potentiel d’innovation phénoménal.

Vous avez des clients en France mais également à l’étranger. Quels pays s’intéressent aujourd’hui à la chimie verte ?
Cette année, nous avons réalisé 20 millions d’euros de chiffre d’affaires en France et 13 millions à l’export. En Europe du Nord, et notamment en Espagne, en Italie ou dans les anciens pays de l’Europe de l’Est, où la règlementation est très contraignante aujourd’hui, le marché est mûr. C’est aussi le cas aux Etats-Unis. La Chine, qui s’est développée très rapidement, prend progressivement conscience des enjeux environnementaux liés à l’agriculture et à la chimie. Nous commençons aussi à nous implanter en Amérique du Sud.

Quels sont vos perspectives pour les années à venir ?
L’agriculture va devoir faire face à de nombreux défis : la production alimentaire va devoir augmenter de 70% pour nourrir plus de 2 milliards de personnes en plus d’ici 2050. Et, alors que les populations se concentrent dans les centres urbains et que les surfaces agricoles diminuent, il va falloir ainsi produire plus sur moins de surface (donc augmenter à la fois la production et la productivité), avec un impact sur l’environnement moindre. C’est cette optique qui guide nos recherches actuellement. On voit clairement que notre marché, celui de la chimie verte, est amené à se développer de façon importante et mondialement dans les années à venir !
Plus d’informations  www.agronutrition.fr
eco-jonction novembre 2013

 

Etranger

Des voiliers hybrides pour réduire les coûts d’expédition

Le géant anglais Rolls Royce, jusqu’à présent plus connu pour ses voitures de luxe, travaille sur la réalisation d’un prototype de voilier hybride. Son but : utiliser ce “clipper” des temps modernes pour réduire ses frais d’expédition et l’impact environnemental du transport de ses produits d’un continent à l’autre.

Rolls Royce s’est associé avec le constructeur B9 Shipping, basé en Irlande du Nord, pour imaginer un navire hybride, utilisant un moteur au biométhane, afin d’assurer ses livraisons dans le futur. Une initiative pour le moins originale, alors que les navires hybrides, alliant voiles et vapeurs, ont sillonné les océans pendant tout le XIXe siècle ! La marque parie sur le fait que le durcissement des règlementations environnementales va faire s’envoler le prix du fuel pour les affréteurs maritimes traditionnels, ouvrant la voie à une nouvelle ère du convoyage à voile.

Ce voilier, qui mesurera 100 mètres de long, devrait être en mesure, de transporter jusqu’à 4 500 tonnes de marchandises. Même si la conception de ce navire engendrera des coûts de production plus importants que pour la fabrication d’une barge de transport classique, son constructeur, B9 Shipping, affirme que le voilier pourra être amorti entre trois et cinq ans. Sa durée de vie moyenne est estimée à trente ans.

“Nous sommes à l’aube d’une transition”, a témoigné Oskar Levander, vice-président du département marine de Rolls Royce, en évoquant ce projet auprès de l’agence de presse Bloomberg. Ce dernier prédit un basculement prochain des combustibles fossiles très polluants vers des alternatives comme l’éther de diméthyle et le gaz naturel liquéfié, ainsi que l’utilisation de “la voile à haute performance”.
eco-jonction novembre 2013

 

Produits / Services

Restauration écoresponsable

Spécialisé dans la collecte, le tri et la valorisation des déchets issus de la restauration collective, Chef’eco propose des solutions clés-en-main pour mieux gérer les déchets et les restes alimentaires. Tous les types de déchets sont pris en compte : organiques, déchets propres et secs, huiles alimentaires et résidus de bacs à graisse. L’accompagnement se veut complet, allant de l’audit à la formation des équipes. L’entreprise propose également des tables de tri “Ecole’logique” ludiques et à la signalétique simple et claire, dédiée aux établissements où les convives débarassent eux-mêmes les plateaux. Plus d’informations sur le site de Chef’eco.
eco-jonction novembre 2013

Une imprimante… en carton !

Oui, vous avez bien lu : Samsung travaille actuellement au développement d’une imprimante dont l’habillage est réalisé en carton résistant à l’eau et ignifugé. Encore au stade de prototype, ce modèle, imaginé par Seungwook Jeong, l’un des designers de la firme, a été récompensé par l’International Design Excellence Awards 2013. La structure serait livrée non montée, avec le carton à plat (réduisant ainsi l’impact du transport et de l’emballage), et l’utilisateur pourrait assembler lui-même la coque grâce des plis prédécoupés et des indications de montage en pointillés. En dehors de l’habillage, l’intérieur de l’imprimante serait le même que celui d’une imprimante classique, avec des composants en plastique et en métal.
eco-jonction novembre 2013

Buvez du vin bio

Oubliez tous vos préjugés sur le vin bio ! Depuis 2010, le site de e-commerce MeilleursVinsBio.com sélectionne les meilleurs vins issus de l’agriculture biologique. Pour s’assurer de la qualité de la sélection des vins, ceux-ci ont été goûtés et sélectionnés par le sommelier Antoine Pétrus, élu meilleur jeune sommelier de France en 2007. Mieux, le site dispose d’une boutique dans le XVIIe arrondissement de Paris et propose des cours d’oenologie. Plus d’informations sur le site MeilleursVinsBio.com.
eco-jonction novembre 2013

Un crayon et une plante

Voilà une idée originale de cadeaux d’affaires en cette fin d’année : et si, au lieu de jeter simplement votre crayon à papier une fois que celui-ci est trop court pour être utilisé, vous pouviez vous en servir pour faire pousser des plantes aromatiques ? Sprout est un crayon à papier en cèdre, fabriqué aux Etats-Unis, dont l’arrière renferme des graines. Une fois planté, ce crayon peut ainsi vous permettre de faire pousser du basilic, de la sauge, de la menthe, du thym, etc. Plus d’informations sur le site de l’importateur français, MCS Group.
eco-jonction novembre 2013

 

Agenda

Les Journées Entreprise et Développement Durable
Les CCI de Paris – Ile-de-France accompagnent les PME-PMI dans la mise en œuvre du Développement Durable. Les Journées Entreprise et Développement Durable sont le rendez-vous des PME qui veulent s’informer et échanger sur les bonnes pratiques dans le domaine de l’écoconception, les achats durables, l’énergie et plus généralement l’engagement sociétal des entreprises.
Tout le programme sur www.jedd.fr

 

28 et 29  novembre 2013   Salon de la Croissance Verte et des Eco-industries
Angoulême – Espace Carat
La 9ème édition du Salon de la Croissance Verte se tiendra cette année à Angoulême.
L’objectif du Salon est de présenter et valoriser les savoir-faire des exposants dans les différents domaines de l’éco-construction, la maîtrise de l’énergie, la mobilité décarbonée, les énergies renouvelables, l’éco-conception, et les services aux entreprises, … Plus de 160 exposants seront là et 3000 visiteurs attendus.
Plus d’info sur http://salon.croissanceverte.poitou-charentes.fr

 

3 – 6 décembre  2013   Pollutec Horizons 2013
Paris-Nord Villepinte
Pollutec Horizons, le salon des éco-technologies, de l’énergie et du développement durable se tiendra du 3 au 6 décembre 2013 à Paris-Nord Villepinte. Salon des éco-technologies, de l’énergie et du développement durable Pollutec Horizons est le rendez-vous de tous les acteurs de l’environnement et du développement durable. Pollutec Horizons rassemblera en un lieu unique tous les professionnels impliqués dans la croissance verte et présentera les dernières avancées réglementaires et techniques dans ces domaines. Cette année, ,Pollutec Horizons accueillera aussi deux manifestations phares : « Le CleanTech », colloques et ‘pitchs sessions’ axés cette année sur les smart grids et la ville intelligente ainsi que les « Green Business Meetings », rendez-vous d’affaires ciblés environnement, cleantech et énergie organisés par Enterprise Europe Network avec la CCI de RégionParis Ile-de-France.
plus d’info sur : www.pollutec.com

 

10 janvier 2014      Clôture inscription  8ème édition des Aressy Awards 
Inscrivez vos campagnes de communication responsable à la 8e édition des Aressy Awards, les Trophées de la Communication Fair Business. Vous avez deux chances de valoriser vos démarches :
Figurer parmi les gagnants du Grand Prix annuel
Etre exposé dans la Galerie Permanente
Pour postuler, votre campagne doit s’inscrire dans une des catégories suivantes :
- Publicité Presse et Affichage
- Communication Digitale
- Edition et publications
- Evènements
Les inscriptions se font tout au long de l’année, jusqu’au 10 Janvier 2014 (après cette date, les postulants seront éligibles aux Awards 2015). La Cérémonie de remise des prix se tiendra le 8 avril 2014.
Pour participer, rendez vous sur le site www.aressy.com/awards

 

1 – 2 avril 2014    Salon PRODURABLE
Paris – Palais des Congrès
La 7ème édition de PRODURABLE se tiendra les 1er et 2 avril 2014, au Palais des Congrès de Paris
Le fil conducteur de cette édition sera la question du retour sur investissement des politiques RSE pour les entreprises : les bénéfices d’une politique RSE sont ils mesurables?
Autres nouveautés 2014 :
La Vitrine de l’Innovation Circulaire : 3R : Réutiliser – Recycler – Revaloriser
Une Session d’intelligence collective et de co-création « In Situ » : Les Challenges PRODURABLE inverseront les rôles pour donner la paroles aux visiteurs
Une pépinière d’entreprises de l’ESS : Rencontre avec des jeunes entrepreneurs éco-sociaux performants
Plus d’information et s’inscrire : www.produrable.com

 

10 – 11 avril  2014   Le Printemps des études
Paris – Palais Brongniart
La 3ème édition du Printemps des Études, Rencontres Professionnelles Communication, Marketing, Opinion, événement exclusivement dédié aux études, marketing et sondages, aura lieu les 10 et 11 avril 2014 au Palais Brongniart à Paris.
Plus d’info www.printemps-etudes.com

 

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici