Newsletter septembre 2015

Eco-jonction : l’info innovation pour les entreprises    n°60     septembre 2015

Nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux marchés… Eco-jonction s’intéresse aux nouvelles idées et informe les décisionnaires sur les différents aspects de l’innovation : marketing, communication, gestion, production, développement durable, ainsi que sur les dispositifs d’aides existants pour développer les entreprises.

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

 

Brèves

Révision de la norme ISO 14001 : soyez prêts !

Amélioration de la performance environnementale, intégration des parties prenantes externes, priorisation des risques, définition des enjeux : créée en 1996, la norme ISO 14001, qui n’avait pas évolué depuis 2004, est révisée cette année pour s’adapter aux évolutions réglementaires et aux attentes des consommateurs et citoyens. Cette nouvelle mouture sera publiée le 15 septembre 2015. Les 250 000 utilisateurs certifiés dans 155 pays disposent d’un délai de trois ans pour migrer vers la certification ISO 14001:2015. Pour aider les entreprises à se préparer, l’AFNOR propose une série de web-conférences gratuites pour faire le point sur les principales évolutions de la norme. Trois créneaux d’une heure sont proposés les 15 octobre, 13 novembre et 1er décembre.
Pour vous inscrire, cliquez sur ce lien
eco-jonction septembre 2015

 

Prêts BPIFrance : êtes-vous éligibles ?

Pour aider les entreprises à s’y retrouver dans ses différentes offres de prêts dédiés à la création, au développement, à l’innovation des entreprises, etc., BPIFrance a réalisé une infographie interactive détaillant ses services. Cofinancement, prêts de développement, garantie, trésorerie : l’organisme de financement et de développement des entreprises y détaille l’ensemble de ses offres, qu’elles s’adressent aux TPE, PME, ETI et/ou grands groupes.
Retrouvez cette infographie sur le site de BPIFrance.
eco-jonction septembre 2015

 

Un guide pour lancer un projet d’objet connecté

Des montres connectées aux systèmes audio sans fil, en passant par le monitoring vidéo d’activités à distance via le web, l’Internet des objets gagne du terrain et séduit de plus en plus les entreprises. D’après le dernier rapport du cabinet de conseil Strategy Analytics, une entreprise sur trois aurait déjà engagé un projet d’objet connecté. Pour permettre aux professionnels de se lancer dans cette voie, Cap’Tronic, Weenov et l’Espace Numérique Entreprises viennent de publier un guide sur les objets connectés, destiné aux dirigeants d’entreprise ou responsables de projet. Ce guide pratique et pédagogique répond à toutes les questions que pourraient se poser des non-initiés : Qu’est ce qu’un objet connecté ? Comment créer de la valeur avec un objet connecté ? Quelles sont les étapes d’un projet d’objet connecté ? Quelles technologies utiliser ? Comment financer ce type de projets ?
Téléchargez gratuitement ce guide sur le site de l’Espace Numérique Entreprises.
eco-jonction septembre 2015

 

Une plateforme de crowdfunding made in Breizh

Le crowdfunding a le vent en poupe. Surfant sur cette vague, un nouveau site vient de se lancer sur ce créneau. GwenneG (ou “Petits sous” en breton) est une plateforme qui a été créée exclusivement pour soutenir les projets bretons que ce soit sous forme de don, de prêt ou d’investissement en capital. Son objectif : soutenir le développement et l’emploi en Bretagne pour les générations futures. Un dizaine de projets a déjà été déposée sur le site. Parmi eux, on trouve notamment le développement d’un réseau social d’entraide à destination des femmes bretonnes, un chantier de rénovation d’un phare et la création d’une boulangerie biologique sur les marchés.
eco-jonction septembre 2015

 

Gestion

Site mobile ou application mobile : que choisir ?

Etre ou non sur mobile quand on est une entreprise n’est une question qui ne se pose plus aujourd’hui tant ce média a envahi notre quotidien : début 2015, au niveau mondial, le tiers des pages web consultées l’était depuis un mobile. La problématique n’est donc plus de savoir si vous devez passer au mobile mais comment vous allez le faire. Site web mobile ? Application pour smartphones ? Site en responsive design ? Etudiez toutes les options pour trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins.

Un site mobile
est une version allégée de votre site web, conçue pour être lisible sur les écrans de petite taille des smartphones et accessible à partir d’une adresse web (souvent construite de la manière suivante : http://m.monsite.com).
Les avantages : rapide à concevoir et entièrement pensé pour les smartphones, votre site mobile permettra de satisfaire l’ensemble des mobinautes, quel que soit leur terminal (iPhone, téléphone Android ou Windows Phone).
Les inconvénients : développer un site mobile revient à développer un deuxième site. Vous devrez donc maintenir techniquement deux sites en parallèle. Par ailleurs, avec la multiplication des tailles d’écrans (tablettes, smartphones aux écrans imposants), votre site ne pourra pas être adapté à tous les formats. Enfin, en optant pour un site mobile, vous dupliquerez l’ensemble de vos contenus (accessibles à la fois depuis l’adresse www.monsite.com et m.monsite.com).
Une application mobile est un logiciel développé spécifiquement pour les smartphones, pouvant généralement être téléchargé et/ou acheté depuis un “store” (à l’image de l’Apple Store ou de Google Play) et installé sur votre téléphone.< Les avantages : parfaitement pensées pour les smartphones, les applications peuvent disposer de fonctionnalités propres, qu’on ne retrouve pas sur les sites mobiles (notifications, contenu accessible hors connexion)
Les inconvénients : les langages de programmation ne sont pas les mêmes pour réaliser une application pour iPhones, téléphones Android ou Windows Phone. Rendre votre application accessible à l’ensemble de ces terminaux revient donc à réaliser trois développements distincts, ce qui alourdit considérablement le développement (et la maintenance).

Un site en responsive design est un portail qui s’adapte automatiquement à la taille de l’écran sur lequel il s’affiche.
Les avantages : en créant un seul site, vous vous assurez des temps de maintenance réduits à l’avenir ainsi qu’un excellent référencement sur les moteurs de recherche. Par ailleurs, le site sera parfaitement adapté à l’ensemble des formats d’écrans, qu’il s’agisse d’un téléphone de petite ou grande taille, d’une tablette ou d’un ordinateur.
Les inconvénients : si vous disposez déjà d’un site, il vous sera nécessaire de le redévelopper entièrement pour intégrer le responsive design dès sa conception. Par ailleurs, les fonctionnalités et l’organisation des informations seront globalement les mêmes sur un site ou sur un téléphone. Il ne vous sera donc pas possible d’imaginer un contenu et/ou une navigation propre pour vos mobinautes.

Pour aller plus loin :
Téléchargez le chapitre rédigé par la Mobile Marketing Association France sur l’aide à la décision dans le cadre de l’élaboration d’un site ou d’une application mobile.
Téléchargez le livre blanc de la Mobile Marketing Association France dédié à la conception d’une application mobile.
eco-jonction septembre 2015

 

Recyclage

OWA, la première cartouche d’impression laser 100% recyclable

Publi-rédactionnel

 

Rien ne se perd, tout se transforme. Armor, leader de la vente de cartouches laser en France, a appliqué ce concept au monde de l’impression pour créer une solution inscrite dans l’économie circulaire. En plus de la cartouche, ce service tout-en-un inclut une prestation écologique de collecte et de recyclage et l’édition d’un bilan matière.

A première vue, rien ne distingue les nouvelles cartouches OWA des autres solutions laser du marché. Disposant d’une qualité d’impression optimale, elles sont adaptées à la majorité du parc d’imprimantes installé. Mais en choisissant ces cartouches, les entreprises s’assurent également que celles-ci seront collectées, triées, recyclées ou remanufacturées. En pratique, pour chaque nouvelle cartouche OWA mise sur le marché, Armor s’engage à revaloriser à 100% une cartouche usagée. Une innovation essentielle à l’heure où 117 millions de cartouches sont vendues en Europe de l’Ouest par an mais seules 20% connaissent une deuxième vie. Et ce, malgré la bonne volonté des consommateurs qui les déposent dans des bacs de collecte avant qu’elles ne finissent bien trop souvent… à la décharge ou soient incinérées !

Comment ça marche ?
Après avoir fourni un carton de collecte, Armor récupère les cartouches laser usagées directement dans les entreprises. Une fois collectées, les cartouches sont triées : celles qui peuvent être réutilisées après avoir été remanufacturées sont remises en état de marche puis testées selon des procédures rigoureuses garantissant une excellente qualité d’impression ; les autres, non réutilisables, sont intégralement démantelées matière par matière (cuivre, poudre, plastiques…) et tous les composants sont réutilisés dans le cadre de la fabrication de produits neufs, comme des fournitures de bureau ou des cintres.

Un bilan RSE personnalisé
Chaque carton étant identifié à l’entreprise cliente avec une étiquette code-barre, Armor peut assurer une traçabilité totale du devenir des cartouches usagées. Ce suivi informatisé permet ainsi d’établir un Bilan Matière personnalisé à l’entreprise. Celui-ci stipule précisément le nombre de cartouches collectées, la répartition des cartouches réutilisables / non réutilisables, la valorisation des matières (réemploi, récupération…), le détail des matières démantelées / valorisées. Il certifie également que le poids de la collecte entrante des cartouches laser usagées est égal au poids de celles traitées. Cet outil prêt à l’emploi, qui répond aux critères d’évaluation de performance environnementale pour les rapports RSE, peut ainsi être intégré directement à un bilan RSE global.

Un coût optimisé
Côté prix, Armor a renoncé à 10% de ses marges pour sa gamme OWA afin de proposer une solution abordable et encourager les efforts environnementaux des entreprises. Résultat : ce service assure au minimum 30% d’économies annuelles sur le budget consommables des sociétés et des administrations par rapport aux cartouches d’origine. Une économie non négligeable quand on sait qu’il s’agit souvent du premier poste de dépenses des frais généraux des entreprises.

Une offre socialement responsable
Solution en phase avec l’engagement écologique des entreprises, OWA s’inscrit également dans une démarche sociale et favorise l’insertion professionnelle de personnes éloignées de l’emploi. Le conditionnement des cartouches est ainsi réalisé en partenariat avec un Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ESAT). Le packaging OWA, constitué à 95% à partir de matières recyclées certifiées FSC, a ainsi été spécialement conçu pour faciliter le travail de conditionnement par des personnes atteintes de handicap. En 2014, année de mise en place du dispositif, Armor a ainsi fait travailler dans ses locaux l’équivalent de deux emplois temps plein via l’ESAT. Depuis septembre 2015, Armor a fait croître son activité au sein de l’ESAT pour monter à 8 équivalents temps plein. Cette politique innovante d’insertion a d’ailleurs été récompensée par un Trophée de l’insertion du MEDEF 44 en novembre 2014.

De l’achat de la cartouche au reconditionnement, la boucle est bouclée ! Avec sa nouvelle solution OWA, Armor permet aux entreprises d’être éco-responsables en toute simplicité, tout en favorisant l’insertion professionnelle et en faisant des économies. Ca donne envie de se mettre à l’économie circulaire, non ?

Plus d’informations sur le site dédié à la solution OWA.
eco-jonction  septembre 2015

 

Portrait

Le développement durable, clé du succès de Textifloor

En proposant une solution de location de revêtements de sol en dalles inscrite dans une démarche d’économie circulaire, Textifloor fait le pari du développement durable. Et ça marche ! Rencontre avec Thomas Letiers, fondateur de Textifloor.

Pouvez-vous nous présenter l’activité de Textifloor ?
Textifloor est une entreprise spécialisée dans les revêtements de sol en dalles. Nous proposons des services de location longue durée, incluant la fourniture, la pose, l’entretien et le recyclage des revêtements. Il s’agit d’une offre complète, permettant d’apporter une solution aux problèmes rencontrés par les entreprises avec leurs revêtements de sol. En effet, bien souvent, une fois posés, les revêtements ne sont pas entretenus et les taches restent visibles. Par ailleurs, à la fin de vie du produit, celui-ci n’est bien souvent pas recyclé car cela est un service payant, à la charge de l’entreprise.

Pourquoi avoir décidé d’opter pour ce positionnement ?
J’ai toujours voulu créer mon entreprise… mais pas n’importe comment ! Il fallait qu’elle soit “propre”. Je souhaitais lancer une entreprise responsable, tout en ayant un impact nul voire positif sur l’environnement. Et les revêtements de sol étaient tout indiqués pour ça : il s’agit d’un produit dont le process de recyclage est encore actuellement peu utilisé mais qui est très abouti et pas très cher. D’où l’idée de proposer une offre complète. Nous nous inscrivons totalement dans une démarche d’économie circulaire : les produits que nous posons sont recyclables. Une fois le contrat terminé, les revêtements qui sont encore utilisables pourront être donnés à des associations. D’autres pourront être utilisés sur des chantiers, avant d’être eux aussi recyclés. Et, suite à ce recyclable, les fibres pourront notamment être utilisées pour réaliser de l’isolation phonique.

Quels ont été les retours de vos premiers prospects ?
Notre concept a été très bien accueilli. Les grands groupes sont intéressés par la globalité de l’offre, qui leur permet d’avoir une solution complète, qui leur simplifie la vie. Certaines entreprises sont plus sensibles à l’argument locatif et financier : en optant pour une location, elles peuvent ainsi étaler les dépenses sur plusieurs années et ainsi renouveler une plus grande partie de leurs revêtements de sol, sans peser lourdement sur leur budget.

Est-ce que le développement durable a été un argument de poids pour vos clients ?
C’est ce qui m’a permis de décrocher ma plus grosse affaire à ce jour ! La Caisse d’épargne a été très séduite par l’argument du développement durable et m’a fait confiance pour renouveler une partie du revêtement de son siège. Certains de nos revêtements sont fabriqués à partir de fibres 100% recyclées et toutes les dalles sont 100% recyclages. Pour la pose, nous utilisons un système sans colle. La prestation comprend également le recyclage des dalles en fin de vie. Sans ce concept, je n’aurais pas décroché l’affaire !

Quels sont vos projets pour les mois et années à venir ?
Avant tout, continuer à développer la société. Nous réalisons actuellement un volume de 6 000 m2 par an. Nous souhaitons atteindre 25 000 m2 dès l’an prochain avant d’atteindre notre rythme de croisière l’année suivante avec 40 000 m2. Cette montée en puissance s’accompagnera de recrutements dès l’année 2016. Pour l’instant, ces chiffres correspondent à notre prévisionnel, nous sommes donc confiants. Pour accompagner ce développement, nous prévoyons également de lancer une levée de fonds, afin d’avoir les moyens d’élargir notre concept de location/maintenance à d’autres parties du secteur du bâtiment.
Plus d’informations sur www.textifloor.com
eco-jonction septembre 2015

 

Tendances

Après la high-tech, voici le temps de la “low-tech”

Toujours plus de fonctionnalités, d’électronique et de gadgets sophistiqués… Tellement sophistiqués qu’il faudrait presque imaginer un nouveau gadget pour nous aider à maîtriser tous ces gadgets ! Et si on disait stop ? L’innovation technologique, qui mobilise fortement autant les politiques que les start-up, n’est pas la seule voie possible. Des initiatives (plus ou moins désintéressées) émergent pour valoriser des produits “low-tech”, faciles à utiliser et peu consommateurs de ressources et d’énergie.
Vous utilisez toujours un agenda papier ? Vous préférez passer un coup de fil plutôt que d’envoyer un e-mail ? Vous ne comprenez pas l’engouement autour des montres connectées ? Vous êtes peut-être “low-tech” sans le savoir. Créé en opposition au terme “high-tech”, le terme “low-tech” a été popularisé par l’ingénieur Philippe Bihouix dans son ouvrage L’âge des low-tech : Vers une civilisation techniquement soutenable, publié en 2014. Son point de vue ? A l’heure où les ressources s’épuisent, il n’est plus tenable d’opter pour toujours plus d’objets et de produits technologiques, gourmands en ressources naturelles non renouvelables et de plus en plus rapidement obsolètes. Il appelle de ses vœux une ère des “basses technologies”, incluant le moins possible de terres rares et de composants électroniques dans la conception des produits.

Ce concept avait été mis en avant dès 2010 par l’économiste Michel Godet dans son rapport sur la créativité et l’innovation dans les territoires : “Cette orientation, voire cette fascination pour le high-tech, que l’on peut aisément comprendre, est néanmoins contre-productive. L’innovation peut aussi concerner le low-tech, même s’il est rare qu’elle ne laisse aucune place à la technologie, à l’heure d’Internet et de Google”, y décrivait-il. Certaines entreprises l’ont bien compris et se sont emparées du phénomène, à l’image de la chaîne de magasins spécialisés Darty, qui a créé un bouton connecté de service après-vente (SAV), permettant d’une simple pression d’être rappelé par un conseiller clientèle en cas de souci, ou des Taxis Bleus, qui ont installé un buzzer dans des hôtels et restaurants parisiens pour commander un taxi d’un clic. Des aménagements qui permettent de toucher un public non-technophile… une façon aussi peut-être de les familiariser avec les objets connectés avant que ceux-ci ne deviennent dans quelques années des objets de grande consommation ?
eco-jonction septembre 2015

 

Produits et services

Airbnb : une offre dédiée aux voyages d’affaires

Airbnb, vous connaissez. Mais saviez-vous que la plateforme communautaire de location et de réservation de logements de particuliers a également développé une offre spécifique dédiée aux entreprises ? Plus de 1000 d’entreprises dans plus de 35 pays dans le monde ont ainsi déjà intégré Airbnb à leurs programmes de voyages d’affaires. Ce service permet aux salariés des entreprises enregistrées de réserver directement leurs hébergements sur Airbnb et d’envoyer des notes de frais automatiquement à leur employeur.
Découvrez ce service en détail sur le site d’Airbnb.
eco-jonction septembre 2015

 

Une tablette pour les conditions les plus extrêmes

Conçue spécifiquement pour ceux qui souhaitent disposer d’un terminal résistant et flexible à emporter partout, la tablette Latitude 12 Rugged de Dell est équipée d’une coque renforcée de caoutchouc et résiste aux chocs, à l’humidité et à la poussière. Equipée d’un écran HD de 11,6 pouces Direct-View et d’un disque SSD de 512 Go, elle est lisible en extérieur et supporte le multitouch avec gants. Autant d’atouts qui en font le compagnon idéal de tous les baroudeurs et travailleurs de l’extrême !
Plus d’informations sur le site de Dell.
eco-jonction septembre 2015

 

Une solution de chargement sans fil pour téléphones mobiles

Et s’il vous suffisait de déposer votre téléphone portable sur votre bureau pour que celui-ci se recharge ? C’est le pari fait par la marque DuPont avec sa solution Corian Charging System, qui permet de recharger sans fil des appareils mobiles, grâce à un transmetteur caché sous le plan de travail. Ce revêtement original est disponible dans un grand choix de matières, de couleurs et de surfaces et presque tous les smartphones peuvent être rechargés à l’aide de cette solution. Idéal pour les commerces, ce produit est aussi parfaitement adapté aux espaces de travail collaboratifs et de réunion par exemple.
Plus d’informations sur le site de DuPont.
eco-jonction septembre 2015

 

Une déchetterie virtuelle dédiée aux entreprises

Dédié au recyclage des déchets électriques et électroniques d’entreprises, le site E-dechet.com permet aux entreprises de gérer simplement la collecte et le traitement de leurs déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E). Cette plateforme centralise tous les services de gestion durable des DEEE, de la demande de devis jusqu’au certificat de destruction finale, en passant par les documents réglementaires et la demande d’enlèvement. Pour faciliter la vie des entreprises, le site propose notamment la réalisation de devis à partir de simples photos des équipements à enlever.
Rendez-vous sur le site E-dechet.com pour découvrir l’ensemble des services proposés.
eco-jonction septembre 2015