sep 09

Eco-jonction : la newsletter verte des PME     news n°2 septembre 2009

Pour recevoir la newsletter tous les mois, abonnez-vous en cliquant ici

Chaque mois, Eco-jonction vous apporte des informations pratiques sur l’impact du développement durable dans la gestion de votre activité :
Comment faire des économies dans votre entreprise grâce aux idées vertes ?
Comment booster votre portefeuille clients grâce à une nouvelle politique plus respectueuse de l’environnement ?
Grâce à Eco-jonction, tenez-vous informé des attentes des consommateurs, des sources de financements, des nouveaux règlements, des potentiels d’économies dans la gestion de vos ressources ou de vos déchets. Découvrez de nouveaux produits, des services générés par le développement durable, mais aussi des témoignages d’entreprises qui ont su, avant les autres, innover sur ce créneau porteur.
Grâce à la newsletter Eco-jonction, anticipez et saisissez les nouvelles opportunités de croissance.

 

Brèves

Recylum : un exemple de collaboration réussie entre Etat et entreprises

Pour vous débarrasser de vos ampoules usagées, pensez à Recylum, et travaillez main dans la main avec un éco-organisme agréé par l’Etat.
Recylum est un éco-organisme reconnu par l’Etat, qui met en place un réseau de collectes des lampes usagées. Mais ce n’est pas tout : cet organisme gère également un grand réseau de formation pour les collectivités territoriales, et les entreprises. Ces formations sont gratuites. Les thèmes développés seront l’optimisation du recyclage de la filière, la cohésion des différents acteurs entre eux. N’hésitez pas, la formation a lieu dans plus de 22 régions.
En savoir plus : www.recylum.com

Trouvez un investisseur vert !

Vous dirigez une PME, vous cherchez un investisseur et l’idée de votre projet prend sa source dans l’écologie ? Frappez à la porte d’un clean business angel !
Les anges gardiens de la finance voient vert dans les pays anglo-saxons : le concept est simple, il s’adresse aux petites entreprises, mais aussi aux particuliers qui veulent investir de l’argent dans un projet bon pour la planète. Une fois votre dossier accepté, le business angel accompagne l’entreprise dans son développement, en lui fournissant une aide précieuse pour notamment la formation d’un réseau. Mais attention, tous les dossiers ne sont pas acceptés : votre PME doit être positionnée dans un secteur résolument vert et prouver que son développement s’inscrit dans une démarche à la fois durable, et propre.
Pour en savoir plus : www.cleantechbusinessangels.com

Le coût du carbone sera-t-il bientôt sur l’étiquette ?

Le coût en carbone pour la planète pourrait bientôt se généraliser sur les emballages, au même titre que leur recyclabilité. Si les géants de l’agro-alimentaire s’y mettent, il y a de fortes chances pour que les gouvernements leur emboîtent le pas.
La grande marque de l’agro-alimentaire britannique, Tesco, affiche désormais le coût en carbone de chacun de ses produits sur les emballages, ce qui laisse présager des lois à venir à ce sujet…le consommateur va avoir bien des surprises, notamment au niveau des produits les plus industriels et les plats préparés. Ainsi, un tout petit paquet de bouchées apéritives, si légères, vous annoncera qu’il a fallu jusqu’à 3 fois son poids en carbone pour le réaliser…
De quoi faire réfléchir le client et infléchir son choix : à nous désormais de constituer des produits légers en carbone pour la planète !

Installez une mini éolienne sur votre toit !

Vous souhaitez produire votre propre électricité ? C’est possible grâce à l’éolienne Apple Wind.
Petite, légère, elle possède une puissance moyenne de 7 à 65 kw. Ses pales ne sont pas très longues, et permettent une installation sur une surface limitée. Elle n’est pas fixe et s’adapte à toutes les directions du vent.
Ce prototype est actuellement en test, mais les précommandes affluent déjà ! L’heureux inventeur cette petite merveille technologique, Alain Burlot, était au départ le patron d’une petite start-up. Avec l’aide de quelques subventions ( dont Oseo ) il a réussi un coup de maître !
Pour en savoir plus sur cette jeune entreprise et sur l’ éolienne : www.apple-wind.com

 

Marketing/Communication

Avec la certification « 1. 2. 3 Environnement », donnez de la valeur à votre entreprise

Des études montrent l’intérêt réel pour les entreprises, y compris les PME, de s’engager dans une démarche de management environnemental. Celle-ci consiste à mieux maîtriser et réduire ses impacts environnementaux, avec à la clé également des bénéfices économiques. Les références dans ce domaine sont la certification de système de management environnemental (SME) selon la norme ISO 14001 et au niveau européen selon le règlement EMAS d’éco-management et d’audit.

Cependant, il apparaît que pour les PME, l’accès à l’ISO 14001 et à EMAS est encore souvent perçu comme trop coûteux en ressources humaines et financières. Face à ce constat, en 2005, l’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie (ACFCI) avec AFNOR et l’ADEME a initié des travaux pour proposer un dispositif permettant aux PME de s’acheminer vers l’ISO 14001 ou EMAS en trois étapes, et d’obtenir à chaque niveau intermédiaire, une reconnaissance par tierce partie des efforts engagés. Ainsi a été développé un référentiel AFNOR intitulé FD X30-205.

A ce jour, plus de 450 entreprises ont engagé une démarche « 1.2.3 Environnement », dont 150 qui sont déjà certifiées au niveau 1, 100 au niveau 2 et 40 sont certifiées ISO 14001. 7 organismes de certification proposent la certification sur ces 3 niveaux. Des opérations collectives d’accompagnement 1.2.3 Environnement sont proposées par les CCI de 8 régions. Si vous faites appel à un cabinet conseil pour vous accompagner dans la démarche, cette prestation pourra être remboursée à hauteur de 50% par l’ADEME. Enfin, AXA et le Crédit Coopératif proposent des avantages aux PME certifiées dès le niveau 1. Alors n’hésitez plus, concrétisez et valorisez votre engagement environnemental avec 1.2.3 Environnement !

Site Internet du dispositif : www.123environnement.fr

Télécharger le formulaire de subvention ADEME en cliquant ici  

 

Gestion

Grâce au diagnostic énergétique de votre bâtiment, faites des économies

Vous pouvez réaliser des économies considérables en faisant tester l’efficacité énergétique de vos bâtiments, puis en réalisant certains travaux. Voici la marche à suivre.
Des économies à réaliser.
En isolant et en utilisant des moyens modernes et écologiques comme les panneaux solaires, vous pouvez réaliser des économies sur votre facture d’énergie : double vitrage, éclairage, type de chauffage et de ventilation, si vous faites réaliser un bilan énergétique complet, rien ne sera laissé au hasard. Ces quelques chiffres devraient vous convaincre du bien fondé d’un diagnostic, voici les économies que vous allez pouvoir réaliser :
Isolation du toit : 11 % d’économies de l’énergie totale dépensée chaque mois
Installation de panneaux solaires : 7%
Isolation des murs : 3 à 10 %
Pose de fenêtres double vitrage : 11 %
Mise en place d’une chaudière neuve, isolation des tuyaux : 12 %. Aux Etats-Unis, un organisme spécialisé dans le diagnostique énergétique des bâtiments a permis de faire réduire les coûts de chauffage de tout un immeuble simplement en réglant au mieux les appareils de chauffage et en isolant les conduits. Les factures de gaz et d’eau chaude ont été divisés par 3. ( Organisme affilié Habitat for humanity en Pennslylvanie )
Isolation de la cave par rapport au rez de chaussée : 6 %
Eclairage : 5 % Les éclairages traditionnels représentent une dépense de 15 % sur la facture totale d’énergie. En changeant les ampoules et en les remplaçant par de basses consommations, il est possible de diviser cette charge par 3. On pourra également penser à repeindre les pièces dans une peinture claire afin que la lumière du jour soit mieux réfléchie, ce qui contribuera encore à faire baisser la note.
Comment faire faire un diagnostic ?
Réalisez vous-même une simulation des coûts
Un logiciel peut vous aider : réalisé par l’association Promodul, cet outil vous permet de faire une simulation des coûts de travaux, ainsi que des économies réalisées. Ce logiciel a été conçu par l’ensemble des acteurs leadeurs en matière d’isolation et de réduction des coûts énergétiques : ventilation, travaux d’isolations, chauffage, etc…
Pour en savoir plus, et commander le logiciel : cliquez ici
Faites faire un DPE : diagnostic de Performance énergétique
Ce diagnostic est désormais obligatoire lors de la vente de locaux, ou d’une habitation. Le diagnostic performance énergétique est entré en vigueur au 1er novembre 2006 pour les ventes et au 1er juillet 2007 pour les locations
A l’issue d’un DPE, le coût énergétique des locaux est estimé, et une série de recommandations concernant d’éventuels travaux à réaliser vous sont fournis.
Pour faire réaliser ce diagnostic, il vous suffit de contacter un diagnostiqueur immobilier accrédité par la COFRAC (comité français d’accréditation). Votre DPE est valable dix ans, et peut vous servir à la fois pour faire réaliser certains travaux, ou pour la vente de vos locaux.
Pour trouver un diagnostiqueur accrédité dans votre région, rendez-vous sur le site COFRAC, une liste de diagnostiqueurs y est publiée : http://www.cofrac.fr/fr/actus/immobilier/default.htm

 

Finance

Une idée éco-innovante ? Faites-la financer par les banques populaires !

Les banques négligent la plupart du temps des projets verts des PME au profit des plus grosses entreprises. Arnaud Berger, responsable du développement au sein du groupe Banque populaire, a décidé de développer de nouveaux outils bancaires destinés aux petites entreprises.
C’est une tradition, et aussi une politique de la maison, la banque populaire aide les PME à se développer. Ce qui est nouveau, c’est que, grâce à un réseau mis en place par l’expertise bancaire, la banque populaire se penchera désormais très attentivement sur les dossiers verts. Le groupe banque populaire n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’un produit bancaire avait déjà vu le jour très tôt, en 1999 : le prêt provair était déjà destiné à donner un coup de pouce aux entreprises grâce à un prêt écologique.
Votre PME peut-elle intéresser les banques populaires ?
Les dossiers qui intéressent les Banques Populaires pour ce type de prêt concernent :
-Les innovations techniques
-Les innovations de services
-Les innovations de processus
Votre projet doit contribuer à l’amélioration de l’environnement. Le dossier doit présenter un réseau concret d’acteurs : ce pourra être le monde de la recherche, ou encore un partenariat avec les collectivités territoriales.
Bien entendu, il faut être capable de démontrer que votre éco-entreprise est à la fois innovante et rentable sur le long terme, même si les coûts de départs peuvent être supérieurs.
Comment les banques populaires identifient-elles les concepts innovants ?
Le groupe banque populaire fonctionne sur ce projet grâce à un réseau bien installé : les régions, l’ADEME ( Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie ), la DRIRE, (la direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’environnement), l’INES ( l’Institut National de L’Energie Solaire ), OSEO, qui soutient l’innovation et la croissance des PME.
Le groupe banque populaire peut donc également être force de conseil et vous guider dans votre projet afin de vous aider à trouver les bons partenaires.

 

Nos voisins se mettent au vert

Espagne et Australie : La noix et l’huile d’olive comme carburant

En ce qui concerne l’énergie, l’Espagne sait optimiser les richesses qu’offre la nature. Ses champs d’olivier ne produisent pas seulement des milliers de bouteilles d’huile. Les résidus issus de cette culture (1 400 000 hectares ) sont recyclés et permettent de produire de l’électricité.

A plus petite échelle, en Australie, une idée un peu similaire a vu le jour également : des coques de noix de macadamia permettent de faire tourner une usine électrique : 2500 tonnes de CO2 sont ainsi économisés chaque année.

 

Portrait d’entreprise

Le bureau graphique : comment communiquer en vert peut être un vrai business

Lorsque Stéphanie Bergeon a créé sa petite entreprise de graphisme et communication en 2006, elle décide de cibler sa clientèle sur le marché bio : en matière de packaging et de communication, elle savait que tout restait à faire dans ce domaine.

Pourquoi avez-vous décidé de vous intéresser plus précisément au bio pour lancer votre petite entreprise ?
Lorsque j’ai crée LE BUREAU GRAPHIQUE fin 2006, j’étais convaincue de la nécessité d’apporter mon expérience et nos compétences techniques, sur le marché du Bio. Il a fallu convaincre ses acteurs qu’il existait un réel déficit de communication et d’information sur leur marque et leurs produits, en leur proposant des solutions s’inscrivant dans une démarche écologique et durable.

Comment avez-vous été accueillie par les différents acteurs du bio ?
Les réticences furent nombreuses, la communication restant pour beaucoup l’apanage des grosses structures, avec de gros budgets, qui inondent leurs clients de publicité et d’information, les poussant à une sur-consommation. Pourtant, pour moi, la problématique reste la même pour tous nos clients, je me dois de leur proposer des solutions en phase avec une ligne de conduite écolo.

Avez-vous une démarche résolument écologique tout au long des projets sur lesquels vous travaillez ?
Tout à fait. Dès l ‘amont d’un projet, quel qu’il soit (packaging édition, merchandising…), nous sommes force de proposition sur les techniques d’impression et les supports écologiques. Nous avons par exemple créé pour une marque bio, une gamme complète de produits bio, ainsi que ses supports de communication (banner, flyer…). Chaque support a été conçu en fonction des engagements de la marque sur le respect de l’environnement (notamment la limitation des encres et des emballages). Pour le banner par exemple, nous avons développé un support sans PVC, avec une impression à encres végétales, et des pieds en bois issus de forêts françaises protégées. Il s’inscrit parfaitement avec le positionnement de la marque.

Avez-vous le sentiment que le marché est en plein essor ?
Totalement : de plus en plus de mes clients se sentent concernés par cette prise de conscience écologique, même si au final, et souvent pour des raisons de coûts, les solutions choisies ne s’inscrivent pas dans cette démarche. Mais je les sensibilise à chaque projet, et surtout je reste en veille sur les méthodes et les supports d’impression en pleine évolution.

Comment travaillez-vous au quotidien pour réussir à vous développer ?
Je rencontre beaucoup de fournisseurs (imprimeurs, les fournisseurs de papiers, de cartons…) pour les sensibiliser sur une demande de plus en plus forte. Aujourd’hui le graphisme ne suffit plus, les consommateurs attendent des marques une conscience écologique.

Et votre petite entreprise, est-elle également verte, à l’image de vos clients ?
Oui, j’y mets un point d’honneur : au quotidien, j’applique cette « green attitude » à l’agence : nous n’imprimons sur du papier écologique que les documents administratifs. Nous avons également opté pour des bureaux nomades : nous nous partageons entre le travail à domicile très apprécié, et des rendez-vous hebdomadaires dans des bureaux loués à la journée ou à la semaine selon la charge de travail. Ma consommation d’énergie est plus réfléchie et mon quotidien plus détendu !

Pour contacter le bureau graphique : sbergeon@lebureaugraphique.com tél : 01 56 05 54 65

 

Produits / Services

Les fournitures rechargeables sont plus écologiques et plus économiques

Pour vos fournitures de bureau, pensez au rechargeable, et invitez vos collaborateurs à modifier leurs habitudes.
La marque Pelikan propose désormais des surligneurs rechargeables. La recharge permet de recharger jusqu’à 10 fois un même surligneur, et la base de l’encre utilisée est composée d’eau, donc écologique. Il vous suffit simplement de prévoir un approvisionnement en encre dans votre liste de fournitures.
Moins de déchets, plus d’économies !

Et si votre sacoche rechargeait votre ordinateur portable ?

Une mallette révolutionnaire vient de voir le jour : photovoltaïque, elle recharge votre ordinateur grâce à la lumière du soleil…
Cette sacoche est recouverte d’un mini panneau photovoltaïque qui permet de capter jusqu’à 14,7 watts par grand beau temps. Réalisée avec des matériaux recyclés, elle est non seulement écologique, mais aussi pratique : finie la galère des fils et des batteries vides lorsque vous êtes en déplacement, votre portable se recharge quand vous vous promenez !
Grâce à la sacoche, vous pouvez également recharger d’autres appareils, comme votre téléphone ou votre lecteur MP3.
Voltaïc generator de la société Voltaïc Systems www.voltaicsystems.com

Agenda

20 et 21 octobre 2009 – Paris-Porte de Versailles
Salon Entreprise Durable
Ce Salon réunit de nombreux acteurs qui proposent des solutions pour aider les sociétés à concevoir leur plan d’action, autour de 3 axes majeurs : le management durable, les Green Tech et les nouveaux Business Models. 2 journées exclusivement professionnelles.
www.j3d-paris.com

22 octobre 2009 – CCI Essonne – Evry
Forum Environnement et Développement Durable
4 ateliers pratiques vous sont proposés pour avoir une communication environnementale efficace, financer vos projets environnementaux, améliorer votre gestion des déchets et profiter des retours d’expérience d’entreprises ayant mis en place des démarches de développement durable. De 13h30 à 20h
Pour s’inscrire cliquez ici

6 novembre 2009  – Dole ( 39 ) Salle des Congrès
Salon INNOVIA
Journée de rencontres professionnelles sur le thème de l’innovation, du développement durable et de la création d’entreprise. Des conférences et ateliers sont proposés aux porteurs de projets, chefs d’entreprises et particuliers par les spécialistes français de l’innovation dans plusieurs thématiques. 
www.salon-innovia.com

1- 4 décembre 2009 – Paris-Nord Villepinte
Salon BUY & CARE
Les solutions concrètes pour des achats plus responsables. Salon professionnel organisé en partenariat avec l’Ademe, les Eco-maires, la CDAF et de nombreux autres partenaires.
http://www.buy-and-care.com

Abonnez-vous à la newsletter Eco-jonction en cliquant ici