Portrait

La TPE qui ambitionne de créer une filière bioplastique en Vendée


Créateurs de l’entreprise vendéenne Ekoverde, dédiée à la vente en vrac d’eau et de détergents, Lucien Kerezit et Alessio Romeo  cherchent à faire de la Vendée un territoire pionnier dans le développement des bioplastiques. Un rêve un peu fou qui mobilise acteurs publics et privés dans le département. Rencontre.

Comment avez-vous lancé Ekoverde ? 
J’ai créé Ekoverde avec Lucien Kerezit en décembre 2014. Notre idée était de développer une activité autour du zéro déchets pour favoriser une consommation plus durable. Nous avons ainsi lancé la FontEko, une borne destinée aux campings et combinant un distributeur de détergent et de nettoyant 100% naturel et un distributeur en libre-service d’eau plate et gazeuse, rafraîchie et micro-filtrée. Nous y fournissons également des contenants 100% végétal, que nous collectons ensuite également via la FontEko.

Un an après le début de votre activité, quels sont les premiers retours ? 
L’été dernier, nous avons pu installer une FontEko sur un camping pilote, le Castel Camping La Garangeoire en Vendée, qui nous a accueilli à bras ouverts. C’est un camping qui est fréquenté à 90% par des Anglais. Ce n’est pas dans leur culture de boire de l’eau du robinet. Et pourtant, ils ont adhéré au concept. Et on a pu se rendre compte qu’ils adoptaient les bons gestes sans efforts, en ramenant les bouteilles usagées à la FontEko. C’est très encourageant !

Mais nous avons aussi pu nous rendre compte à quel point il peut être difficile de convaincre les campings d’adopter ce type de distributeur. Les dirigeants de campings sont avant tout des gestionnaires. Ils veulent savoir combien ça va leur coûter et combien ça va leur rapporter. La plupart sont encore assez éloignés des préoccupations environnementales. Malgré tout, nous avons participé à un salon récemment et nous avons pu avoir de très bons contacts avec certains d’entre eux. Nous sommes confiants pour la suite.

Avez-vous d’autres débouchés ?  
Oui ! Nous avions imaginé la FontEko pour les campings mais nous rendons compte que de nombreux autres débouchés s’offrent à nous, notamment via le secteur institutionnel. Nous sommes actuellement en discussions avec la ville de La Roche-sur-Yon pour installer des FontEko. Des projets sont en cours pour en mettre sur des pistes cyclables, des espaces sportifs ou lors de grands événements.

En plus de son rôle de distribution d’eau, la FontEko peut également être un lieu d’éducation et de communication pour sensibiliser le plus grand nombre à des sujets environnementaux comme la différence entre plastique et bioplastique, les ressources en eau, etc.

Quels sont vos projets pour les mois ou années à venir ? 
Notre implantation locale en Vendée est très importante pour nous. Nous faisons aujourd’hui fabriquer nos contenants biodégradables en France mais pas dans le département. Nous cherchons donc à mobiliser toutes les bonnes volontés pour créer une filière bioplastique en Vendée. Nous avons la solution technique : nous pourrions développer du bioplastique à partir de déchets agricoles avec un partenaire local. Le Conseil départemental, Vendée expansion, la coopérative agricole CAVAC : nous les avons conquis un par un tous les institutionnels et tout le monde est intéressé. Nous avons réussi à fédérer autour de cette idée, reste maintenant à structurer cette activité et débloquer les fonds pour créer cette filière locale, sans intermédiaire et appuyée sur une logique d’économie circulaire. La Vendée a déjà été distinguée comme l’un des territoires zéro déchets, à nous d’en faire LE territoire zéro déchet !

Plus d’information sur Ekoverde
eco-jonction mars 2016

 

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Comments are closed.