Etranger

L’impression de tissus humains


Une équipe de scientifiques du Wyss Institute, dépendant de l’Université d’Harvard aux Etats-Unis, aurait développé une nouvelle méthode de “bioprinting” (impression de tissus humains), capable de créer une structure organique complexe en trois dimensions, composée de plusieurs types de cellules et de petits vaisseaux sanguins. “Il s’agit là d’un premier pas essentiel vers la création tridimensionnelle de tissu vivant”, se félicite Jennifer Lewis, doctorante en charge de cette étude.

Les précédentes tentatives pour reproduire en laboratoire des tissus humaines fonctionnels en utilisant la technique du “bioprinting” avaient échoué. Les structures organiques ainsi créées étaient jusqu’à présent trop épaisses, empêchant les cellules de recevoir de l’oxygène et des substances nutritives et de se débarrasser du dioxyde de carbone et autres déchets. Les scientifiques d’Harvard sont, eux, parvenus à reproduire le réseau de minuscules vaisseaux sanguins délivrant l’oxygène et débarrassant les tissus des déchets. Pour ce faire, l’équipe de Jennifer Lewis a développé des “bio-encres” reproduisant des propriétés des tissus humains.

Forte de cette découverte, l’équipe de biologistes du Wyss Institute se concentre maintenant sur le développement de tissus humains suffisamment réalistes pour permettre de tester l’efficacité et l’innocuité de nouveaux médicaments. Les scientifiques pourraient aussi utiliser des structures de tissus “imprimés” pour étudier certains comportements des tissus humains, notamment dans le cadre de la guérison d’une blessure ou du développement d’une tumeur.
eco-jonction avril 2014

Comments are closed.