Marketing/Com

Quels sont les 8 profils de consommateurs eco-responsables ?

A quel type de consommateur vous adressez-vous ? Plutôt matérialiste mais sensibilisé aux problématiques de développement durable ou au contraire “moderne humaniste” et très impliqué au quotidien pour réduire son impact ? Le cabinet Ethicity a identifié huit profils types de consommateurs vis-à-vis du développement durable. Découvrez ces profils en détail, du plus engagé au moins sensibilisé.

Les plus impliqués (50,9%) : Les Modernes humanistes, les Share activists, les Green twees et les Slow fast

Les Modernes humanistes (15,3%) : composé majoritairement de femmes de plus de 50 ans, ce groupe est le plus engagé au quotidien (tri, achat de produits bios). Convaincus que leurs habitudes peuvent avoir un impact réel et non contraints financièrement, les Modernes humanistes privilégient les marques engagées, ainsi que les entreprises sociales et solidaires.
-> Comment les mobiliser ? En proposant des initiatives favorisant l’échange et le lien humain.

Les Share activists (8,2%) : actifs, de CSP intermédiaires ou supérieures, les Share activists associent le fait de consommer responsable avec le fait d’acheter des produits utiles et robustes. A leurs yeux, la façon dont ils passent leur temps est plus importante que ce qu’ils gagnent. Ils favorisent les marques engagées, les petites entreprises et boycottent les sociétés qui ne correspondent pas à leurs valeurs.
-> Comment les mobiliser ? Via l’économie locale et solidaire ainsi que les collectifs d’achat ou de financement.

Les Green twees (18,2%) : composé majoritairement de femmes de moins de 50 ans et aux revenus plus élevés que la moyenne, ce groupe est ultra connecté et très sensible aux problématiques environnementales. Il consomme ainsi beaucoup de produits bios, naturels et commerce équitable mais cet engagement ne se traduit pas forcément par des gestes écologiques au quotidien. Adeptes des nouveaux modes d’achat (achats groupés ou partagés), les Green twees sont convaincus de la compatibilité entre profit et respect de l’environnement.
-> Comment les mobiliser ? Via un discours centré sur le bien-être, le naturel et le vivant et en privilégiant la qualité sur la quantité.

Les Slow fast (8,2%) : constitué principalement de femmes, ce groupe peine à s’en sortir financièrement. Motivés par les enjeux environnementaux, les Slow fast s’intéressent aux produits de saison et locaux. Créatifs, ils aiment créer leurs propres vêtements et associent le fait de consommer mieux avec économies.
-> Comment les mobiliser : en mettant en avant le bien-être, le local et la simplicité.

Mobilisés et prêts à aller plus loin (25,6%) : Les Jeunes classiques et les Econsentiels

Les Jeunes classiques (9,1%) : groupe plutôt jeune, aux revenus modestes, les Jeunes classiques sont sensibles aux problématiques du développement durable mais ont encore du mal à identifier le bénéfice de leurs actions. Attachés aux valeurs familiales, ils sont très impliqués dans les associations et sont actifs sur les forums et les réseaux sociaux.
-> Comment les mobiliser ? En faisant de la pédagogie, notamment via des outils numériques, et en leur faisant comprendre l’adéquation de certaines actions par rapport à leurs valeurs.

Les Ecosentiels (16,5%) : représentatif de la moyenne des Français, ce groupe est préoccupé par le coût de la vie et le chômage. Les Ecosentiels recherchent dans leurs gestes quotidiens à faire des économies (peu de gaspillage, maîtrise de leur consommation d’énergie). Pour eux, consommer responsable revient avant tout à acheter des produits robustes et utiles, peu coûteux à l’usage.
-> Comment les mobiliser ? En insistant sur les économies financières et l’utilité des produits.

Peu sensibilisés (23,6%) : Les Happy self et les Matérialistes

Les Happy self (8,6%) : ce groupe, rassemblant les individus les plus jeunes, est peu préoccupé par l’état de la planète mais conscient qu’un changement est nécessaire. Pour les Happy self, consommer responsable, c’est consommer autrement avec un bénéfice personnel important, en termes de goût ou de santé par exemple. Ils sont également très préoccupés par l’impact sur l’emploi, la fabrication locale et le “made in France”. Ils doutent de la qualité et de l’efficacité des produits dits “responsables”.
-> Comment les mobiliser ? En mettant l’accent sur la nouveauté, l’innovation, le plaisir et la qualité ainsi que sur l’impact local.

Les Matérialistes (15%) : constitué majoritairement d’hommes de plus de 35 ans, avec une surreprésentation des artisans-commerçants et des ouvriers, ce groupe rassemble des individus qui voient le développement durable comme une mode. Pour eux, consommer responsable signifie simplement consommer moins. Ils manifestent ainsi un sentiment de “trop” (trop de produits, trop de publicités).
-> Comment les mobiliser ? En mettant en avant les bénéfices sur l’emploi et sur la répartition de valeurs.
Plus d’info sur le blog d’Ethicity  en cliquant ici
eco-jonction octobre 2014

 

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Comments are closed.