Recyclage

 

OWA fait entrer les cartouches d’impression dans l’économie circulaire

Publi-rédactionnel

 

Savez-vous ce que deviennent vos cartouches d’encre une fois usagées ? Malgré toute votre bonne volonté, il y a de grandes chances que celles-ci finissent leur vie dans un incinérateur ou en décharge. En Europe de l’Ouest, 117 millions de cartouches sont vendues chaque année mais seules 20% d’entre elles connaissent une deuxième vie. Pour remédier à cette situation, Armor, le leader de la vente de cartouches laser en France, a lancé l’offre OWA. Le principe ? En achetant une cartouche OWA, vous avez l’assurance que celle-ci sera collectée et intégralement recyclée en fin de vie. Mieux : une traçabilité est assurée par l’édition d’un bilan matière personnalisé. Une première en Europe !

Rencontre avec Boris Vérié, Responsable ventes France corporate, et Sandrine Serreau, Responsable stratégie et relation client d’Armor .

Pouvez-vous nous présenter cette nouvelle offre OWA ?
Sandrine Serreau : La solution OWA rassemble un vaste choix de cartouches remanufacturées, compatibles avec les différentes marques d’imprimantes, qu’il s’agisse de consommables laser ou jet d’encre. En apparence, OWA est une cartouche comme les autres. Mais, en choisissant celle-ci, l’acheteur acquiert en même temps l’accès à une collecte gratuite de ses cartouches usagées ainsi que la garantie que ce consommable sera collecté, trié, recyclé ou remanufacturé et réintroduit dans un système industriel.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer cette offre ?
Boris Vérié : Armor est engagé dans une démarche de développement durable depuis de nombreuses années et l’offre OWA était pour nous la suite logique. Cette solution, basée sur les principes de l’économie circulaire, est très fortement différenciante pour nous des autres offres disponibles sur le marché, ce qui nous a permis d’accéder à des entreprises auxquelles nous n’avions pas accès par le passé. Auparavant, notre principal atout était nos petits prix. Aujourd’hui, nous disposons aussi d’un vrai argument écologique.

Quels sont les premiers retours sur OWA ?
Boris Vérié : Cette nouvelle offre, tout compris, est très bien accueillie. Nos clients sont séduits par la simplicité de la démarche : via un portail web, ils peuvent ainsi gérer en toute simplicité la collecte de leurs cartouches, suivre le recyclage de celles-ci et éditer leur bilan. OWA séduit ainsi de plus en plus d’entreprises, très sensibles à notre approche écologique et à l’inscription de notre démarche dans l’économie circulaire. Le développement durable est promu dans les directives de bonnes pratiques européennes. OWA répond ainsi aux attentes des responsables RSE de grands groupes, de plus en plus soucieux de leur empreinte écologiqueCes derniers peuvent ainsi suivre en toute transparence l’impact réel de leurs impressions, grâce à l’édition d’un bilan matière personnalisé et basé sur la valorisation réelle de leurs cartouches usagées. L’offre OWA compte ainsi notamment parmi ses clients fidèles plusieurs grands groupes bancaires, comme BNP Paribas et le groupe BPCE, ainsi que des entreprises du CAC40.

Comment se positionne l’offre OWA en termes de tarif ? 
Sandrine Serreau : Les cartouches OWA restent 30% moins onéreuses que leurs équivalents de marque fabricant. Nous ne faisons pas pour autant de concessions sur la qualité. Nous nous positionnons comme une marque premium. Nos cartouches assurent la même qualité d’impression et autonomie que les cartouches de grandes marques. Et chaque cartouche est testée avant d’être conditionnée. Par ailleurs, plusieurs écolabels viennent reconnaître ce souci de qualité : NF environnement ainsi que l’écolabel nordique, qui impose une gestion responsable des déchets, objectif que nous choisissons de dépasser en valorisant 100% de nos déchets. Nous sommes également le seul fournisseur de cartouches reconditionnées certifié Qualicert.

Quelles sont les perspectives de développement d’OWA pour les mois à venir ?
Sandrine Serreau : Après avoir lancé OWA en France, en Belgique, au Royaume-Uni et en Espagne, cette solution devrait être disponible dans l’ensemble des pays d’Europe de l’Ouest dès l’an prochain.

Pour aller plus loin :
Plus d’informations en cliquant sur solutionOWA.
Contact : Sandrine Serreau (sandrine.serreau@armor-group.com)

 
 
 
 

eco-jonction janvier 2016

OWA, la première cartouche d’impression laser 100% recyclable

Publi-rédactionnel

 

Rien ne se perd, tout se transforme. Armor, leader de la vente de cartouches laser en France, a appliqué ce concept au monde de l’impression pour créer une solution inscrite dans l’économie circulaire. En plus de la cartouche, ce service tout-en-un inclut une prestation écologique de collecte et de recyclage et l’édition d’un bilan matière.

A première vue, rien ne distingue les nouvelles cartouches OWA des autres solutions laser du marché. Disposant d’une qualité d’impression optimale, elles sont adaptées à la majorité du parc d’imprimantes installé. Mais en choisissant ces cartouches, les entreprises s’assurent également que celles-ci seront collectées, triées, recyclées ou remanufacturées. En pratique, pour chaque nouvelle cartouche OWA mise sur le marché, Armor s’engage à revaloriser à 100% une cartouche usagée. Une innovation essentielle à l’heure où 117 millions de cartouches sont vendues en Europe de l’Ouest par an mais seules 20% connaissent une deuxième vie. Et ce, malgré la bonne volonté des consommateurs qui les déposent dans des bacs de collecte avant qu’elles ne finissent bien trop souvent… à la décharge ou soient incinérées !

Comment ça marche ?
Après avoir fourni un carton de collecte, Armor récupère les cartouches laser usagées directement dans les entreprises. Une fois collectées, les cartouches sont triées : celles qui peuvent être réutilisées après avoir été remanufacturées sont remises en état de marche puis testées selon des procédures rigoureuses garantissant une excellente qualité d’impression ; les autres, non réutilisables, sont intégralement démantelées matière par matière (cuivre, poudre, plastiques…) et tous les composants sont réutilisés dans le cadre de la fabrication de produits neufs, comme des fournitures de bureau ou des cintres.

Un bilan RSE personnalisé
Chaque carton étant identifié à l’entreprise cliente avec une étiquette code-barre, Armor peut assurer une traçabilité totale du devenir des cartouches usagées. Ce suivi informatisé permet ainsi d’établir un Bilan Matière personnalisé à l’entreprise. Celui-ci stipule précisément le nombre de cartouches collectées, la répartition des cartouches réutilisables / non réutilisables, la valorisation des matières (réemploi, récupération…), le détail des matières démantelées / valorisées. Il certifie également que le poids de la collecte entrante des cartouches laser usagées est égal au poids de celles traitées. Cet outil prêt à l’emploi, qui répond aux critères d’évaluation de performance environnementale pour les rapports RSE, peut ainsi être intégré directement à un bilan RSE global.

Un coût optimisé
Côté prix, Armor a renoncé à 10% de ses marges pour sa gamme OWA afin de proposer une solution abordable et encourager les efforts environnementaux des entreprises. Résultat : ce service assure au minimum 30% d’économies annuelles sur le budget consommables des sociétés et des administrations par rapport aux cartouches d’origine. Une économie non négligeable quand on sait qu’il s’agit souvent du premier poste de dépenses des frais généraux des entreprises.

Une offre socialement responsable
Solution en phase avec l’engagement écologique des entreprises, OWA s’inscrit également dans une démarche sociale et favorise l’insertion professionnelle de personnes éloignées de l’emploi. Le conditionnement des cartouches est ainsi réalisé en partenariat avec un Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ESAT). Le packaging OWA, constitué à 95% à partir de matières recyclées certifiées FSC, a ainsi été spécialement conçu pour faciliter le travail de conditionnement par des personnes atteintes de handicap. En 2014, année de mise en place du dispositif, Armor a ainsi fait travailler dans ses locaux l’équivalent de deux emplois temps plein via l’ESAT. Depuis septembre 2015, Armor a fait croître son activité au sein de l’ESAT pour monter à 8 équivalents temps plein. Cette politique innovante d’insertion a d’ailleurs été récompensée par un Trophée de l’insertion du MEDEF 44 en novembre 2014.

De l’achat de la cartouche au reconditionnement, la boucle est bouclée ! Avec sa nouvelle solution OWA, Armor permet aux entreprises d’être éco-responsables en toute simplicité, tout en favorisant l’insertion professionnelle et en faisant des économies. Ca donne envie de se mettre à l’économie circulaire, non ?

Plus d’informations sur le site dédié à la solution OWA.
eco-jonction septembre 2015

 

 

 

Recy’go : le recyclage des papiers simple et solidaire

Publi-rédactionnel

 

Recycler ses papiers de bureau en toute confidentialité, sans changer ses habitudes de travail ? L’offre Recy’go de La Poste ne manque pas d’arguments pour séduire les entreprises désireuses de donner une nouvelle dimension à leur démarche de développement durable. Autant d’atouts qui ont convaincu Thierry Beaudet, le président de la mutuelle MGEN. Témoignage.

Aujourd’hui, 60% des papiers utilisés en entreprise ne sont pas recyclés. Ces papiers proviennent notamment des entreprises les plus petites pour lesquelles les gisements sont diffus. Partant de ce constat, La Poste a développé Recy’go, un service de collecte et de traitement en vue de recyclage de papiers de bureau adapté aussi bien aux TPE et PME qu’aux entreprises en réseau. Sa force ? En s’appuyant sur son réseau de facteurs et sur ses partenaires de l’insertion et du handicap, La Poste propose un service responsable et accessible à tous. Comme toutes ses offres, Recy’go est neutre en carbone : les émissions de CO2 sont réduites grâce à l’optimisation de ses réseaux logistiques existants, et compensées à travers le financement de projets de compensation carbone dans des pays en développement.

Un positionnement éco-responsable auquel a été particulièrement sensible la MGEN, cliente du service Recy’go. “Nous nous attachons à une attitude responsable et citoyenne. Le recyclage, la création d’emplois et l’insertion sont de ce point de vue une priorité et une véritable boussole pour notre entreprise”, témoigne Thierry Beaudet, président de la MGEN.

Simplicité d’utilisation
Le succès de la réussite de la mise en place de cette démarche dans une entreprise qui rassemble plus de 9 000 salariés ? Sa simplicité et son impact quasi nul sur les habitudes de travail au quotidien. Chaque collaborateur reçoit une Eco’belle dans laquelle il dépose simplement ses papiers de bureau usagés. Les Eco’belles sont vidées par les salariés ou par l’équipe de nettoyage dans des bacs dédiés. Ceux-ci sont par la suite collectés aussi souvent que nécessaire par le facteur : “C’est très concret. Avec l’offre Recy’go, le facteur arrive avec le courrier et repart avec les papiers usagés. Ceux-ci seront triés par des personnels en insertion et recyclés en France. La Poste collecte, manutentionne, tri et recycle le document, qui devient ainsi générateur d’emplois”, souligne Thierry Beaudet.

Pour mobiliser les collaborateurs dans toutes les phases d’installation puis d’entretien de la démarche Recy’go, La Poste fournit également un kit de déploiement, incluant des vidéos, des documents de présentation et des affiches.

Une démarche solidaire créatrice d’emploi
La Poste confie l’organisation du tri et du recyclage des papiers à des partenaires de l’insertion ou du handicap, comme sa filiale Nouvelle Attitude. Afin de couvrir l’ensemble du territoire français et d’offrir des offres de recyclage au plus près des lieux de collecte, elle a mis en place ces partenariats aux quatre coins de la France. Un engagement en faveur de l’insertion de personnes éloignées de l’emploi auquel a été particulièrement réceptif Thierry Beaudet : “L’humain est au cœur de notre dispositif mutualiste et de santé. Nous avons le souci de la proximité et de l’attention à tous, et d’abord de l’attention au plus fragile. Nous sommes donc très sensibles à cette démarche. Il est important pour nous de savoir que des jeunes en difficulté ou des demandeurs d’emploi de longue durée bénéficient d’un accueil personnalisé pour trouver un emploi de façon pérenne”.

Respect de la confidentialité
Pour la MGEN, qui doit veiller au respect de la confidentialité des documents de santé qu’elle traite, le traitement de ses papiers de bureau usagés est une question sensible. La Poste s’est ainsi imposée comme un partenaire de confiance, comme le souligne Thierry Beaudet : “Pour nous, La Poste est un gage de sérieux et de confiance. Et les facteurs prêtent serment en présence de représentants de l’Etat. »

Pour en savoir plus sur le programme Recy’go et obtenir un devis immédiat, rendez-vous sur www.laposte.fr/recygo ou contactez par téléphone le 3634 (0,34€ TTC/mn depuis un poste fixe).

→  Recy’go au Salon Pollutec du 2 au 5 décembre 2014
Retrouvez Recy’go sur le stand M150 de La Poste Solutions Business installé dans le secteur d’exposition “Produits et développement durable (responsabilité sociétale)” au Salon Pollutec, organisé du 2 au 5 décembre 2014 à l’espace Eurexpo à Lyon. Et pour découvrir l’ensemble de l’offre recyclage de La Poste, assistez à la conférence “Le recyclage selon La Poste : innovation et responsabilité sociétale”, qui se tiendra mardi 2 décembre à 11h20 au forum Déchets.

eco-jonction novembre 2014

 

 

Avec Recy’go, le recyclage des papiers est porteur de sens

Publi-rédactionnel

 

Si le tri des déchets est désormais largement généralisé dans les grandes entreprises, il n’en va pas de même dans les TPE et les PME, où la collecte du papier est souvent considérée comme une démarche coûteuse et contraignante. S’appuyant sur son réseau de facteurs, La Poste a ainsi développé Recy’go, un service de collecte et de recyclage de papiers dédié aux entreprises. Rencontre avec Sophie-Noëlle Nemo, directrice de la délégation à la transition énergétique du Groupe La Poste.

Qu’est-ce que Recy’go ?
Il s’agit d’une initiative lancée par La Poste pour collecter les papiers de bureau et en garantir le recyclage par des usines papetières situées en France. Concrètement, La Poste met à disposition des salariés des boîtes en carton, appelées Eco’belles®, pour permettre d’organiser le tri du papier. Les facteurs se chargent de récupérer le papier usagé lors de leur tournée. Celui-ci est ensuite traité par nos partenaires de l’insertion ou du handicap à l’image de Nouvelle Attitude, une filiale de La Poste. Il est ensuite traité par des usines papetières, qui vont le transformer de nouveau en papier ou en carton.

Pourquoi le recyclage du papier en entreprise est-il un enjeu important ?
Un million de tonnes de papier est utilisé en entreprise chaque année en France. Malheureusement, sur ce million, seulement 400 000 tonnes vont être recyclées, ce qui veut dire que 600 000 tonnes échappent au recyclage. Le premier enjeu est donc d’empêcher ce gaspillage car ce papier peut être recyclé et des industriels en ont besoin pour exercer leur activité. Ces métiers du recyclage représentent un énorme enjeu en termes d’emplois non délocalisables. Par ailleurs, il s’agit d’un enjeu territorial puisque ces emplois et ces activités peuvent s’organiser localement.

Pourquoi La Poste s’est-elle lancée dans la collecte et le recyclage de papiers ?
La Poste porte des valeurs de responsabilité écologique et sociale, de solidarité et de proximité. Par ailleurs, La Poste est engagée depuis de nombreuses années dans une démarche de RSE: nous veillons à assurer la neutralité de toutes nos offres depuis mars 2012. Deux tiers de notre flotte est composée de véhicules électriques. C’est l’une des mesures mises en place pour réduire nos émissions de carbone. Et nous compensons toutes celles que nous ne pouvons pas réduire, en finançant des projets de développement. Il nous est ainsi apparu naturel de nous lancer sur le marché de la récupération. La mission première d’un groupe comme La Poste est d’avoir une utilité sociale et solidaire. Nous l’avons longtemps exercée en distribuant le courrier, des colis et de la presse. Et, aujourd’hui, nous utilisons nos moyens existants (nos commerciaux, nos facteurs, nos camions et nos tournées) pour répondre aux nouveaux défis environnementaux de la société.

Adopter Recy’go impose-t-il un changement des habitudes des salariés ?
Absolument pas. Le geste est le même : le salarié jette le papier. Auparavant, il le jetait dans la poubelle. Avec Recy’go, il le jette dans une Eco’belle®. Mais, si cela ne change rien au niveau des habitudes de travail, cela change tout au niveau de la démarche : d’un côté, le papier est un déchet et ne servira plus à rien ; de l’autre, il est une ressource qui pourra être recyclée et permettra de créer de l’emploi.

Comment sont traités les documents confidentiels ?
La confidentialité des documents sensibles est assurée : les facteurs ont prêté serment et une traçabilité ainsi qu’une sécurisation sont assurées tout au long de la chaîne, de la collecte au recyclage.

Comment la mise en place de cette démarche est-elle perçue dans les entreprises ?
L’impact est très positif auprès des salariés. Cela génère un sentiment de confiance et de fierté. Aujourd’hui, environ 2 500 clients ont adopté le programme Recy’go, soit une communauté de 60 000 utilisateurs. Ce geste de tri a été très bien assimilé, car il est porteur de sens pour les salariés. Nous les informons sur la quantité de papier collectée et recyclée ainsi que sur leur contribution à l’emploi.
Pour en savoir plus sur le programme Recy’go et obtenir un devis immédiat, rendez-vous sur www.laposte.fr/recygo ou contactez par téléphone le 3634 (0,34€ TTC/mn depuis un poste fixe).

 Recy’go au Salon Pollutec du 2 au 5 décembre 2014
Retrouvez Recy’go sur le stand M150 de La Poste Solutions Business installé dans le secteur d’exposition “Produits et développement durable (responsabilité sociétale)” au Salon Pollutec, organisé du 2 au 5 décembre 2014 à l’espace Eurexpo à Lyon. Et pour découvrir l’ensemble de l’offre recyclage de La Poste, assistez à la conférence “Le recyclage selon La Poste : innovation et responsabilité sociétale”, qui se tiendra mardi 2 décembre à 11h20 au forum Déchets.

eco-jonction octobre 2014