Tendances

Sacrebleu, « innover » !…Et y font des études, pour ça ?


Mais en langage distingué, c’est quoi, en fait innover ? Est-ce noblement de la science ? Est-ce plus prosaïquement de la technologie ? Ou alors, est-ce un sous-produit bâtard né… de la créativité ?

L’innovation négative ?
La science, championne toutes catégories du marketing ! Si la science nous apporte des bonnes choses, elle est aussi à l’origine de beaucoup de nos problèmes actuels, et à venir. Et comme il va nous falloir résoudre les conséquences, la science se pose en héro salvateur : tour à tour, poison puis antidote, elle fait de nous ses clients captifs ! Quelle stratégie remarquable de conquête de marché !

L’innovation positive ?
C’est lorsque l’intelligence de l’Homme se réveille enfin, et reprend du « bon sens ». C’est ce qu’on appelle « systémique » en langage développement durable – c’est plus chic. Cette innovation se pare d’analyses qui n’ont pas été étranglées dans l’entonnoir des hyper spécialistes. Car qu’est-ce que l’hyper spécialisation si ce n’est limiter l’infini, dans le détail. Cette intelligence créative s’inspire d’un recul et d’une vision beaucoup plus large. Du coup, ces nouveaux héros limitent les conséquences négatives de leurs actes, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps ! Waouh, Einstein adorerait !

La tactique du tic-tac ?
Car la première des innovations, que dis-je la première des révolutions, ne serait-ce pas déjà de nous réconcilier avec le temps ? Ne sommes-nous pas en compétition avec lui…tout le temps ? Au lieu de vouloir rattraper le temps perdu, pourquoi ne pas bien utiliser le temps présent, en ne réalisant pas des actes qui ne nous imposent pas de trouver des solutions aux problèmes que nous générons nous-même ? Ce qui revient à dire : ce que je fais aujourd’hui, est fait et je ne dois pas le refaire en plus compliqué demain parce que ce que j’avais fait était mal fait et m’a donné beaucoup plus de travail à refaire qu’à faire ?
En effet, la dictature du temps est impitoyable, elle nous apporte, comme un boomerang, l’addition de nos actes et nous fait payer les conséquences de nos innovations négatives. Alors utilisons bien notre temps, pour ne pas le perdre.

Karin Boras – eco-jonction fevrier 2015
pour vos commentaires : karin.boras@pme-pmi-durables.com

 

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Comments are closed.