Portrait

Un robot désherbant révolutionne l’agriculture bio

Naïo Technologies a créé Oz, un robot permettant de désherber mécaniquement des parcelles agricoles. Une solution d’avenir pour remplacer le désherbage manuel, très pénible, et l’utilisation de produits chimiques. Rencontre avec Aymeric Barthes, co-fondateur de Naïo Technologies.

Pouvez-vous nous présenter votre activité ?
L’idée de Naïo Technologies est née en 2010, quand mon associé, Gaëtan Séverac, a rencontré des agriculteurs à la Fête de l’asperge à Pontonx sur l’Adour. Des producteurs lui ont fait part de leurs difficultés et du manque de main d’œuvre. Cela a été l’étincelle : ayant tous les deux fait des études de robotique, il nous est apparu évident qu’il était possible d’utiliser des robots pour effectuer les tâches répétitives de désherbage.

Quelles solutions proposez-vous pour l’agriculture ?
Nous avons créé le robot Oz, qui offre une solution pour les petits maraîchers (entre 1 et 10 hectares) pour désherber mécaniquement leurs parcelles, sans produits chimiques donc sans risque pour l’environnement ou pour la santé. Nous avons commencé à commercialiser ce robot en 2014 et entre 25 et 30 exemplaires sont actuellement utilisés par des maraîchers. Après cette phase destinée à collecter de premiers retours, nous souhaitons maintenant le déployer à plus grande échelle. Parallèlement, nous développons une solution pour des maraîchers avec des exploitations de plus grande taille (environ 50 hectares), appelée Anatis, en partenariat avec la société Carré. Ce robot sera commercialisé à partir de l’an prochain en pré-serie auprès de partenaires de R&D.

Pourquoi avoir choisi d’investir le secteur de la robotique pour l’agriculture ? 
L’agriculture n’est pas un secteur très innovant. L’arrivée de la robotique y est très récente. Et les entreprises qui se positionnent sur ce secteur préfèrent s’attaquer dans un premier temps aux très grosses exploitations, comme les céréales ou l’élevage. Nous sommes à ce jour les seuls dans le monde à proposer des solutions robotiques pour les cultures spécialisées, soit des exploitations plus réduites.

Quels sont les premiers retours sur vos robots ? 
Les clients sont très satisfaits. Pour les agriculteurs qui n’utilisent pas de produits chimiques, le désherbage est une tâche souvent manuelle et extrêmement pénible. De plus en plus de maraîchers se tournent vers le bio et Oz leur apporte une solution.
Le robot Anatis va, lui, permettre de toucher de plus gros producteurs, c’est-à-dire un public d’agro-industriels. Eux seront moins attachés à la diminution de la pénibilité mais seront attirés par la rentabilité : le désherbage coûte cher en main-d’œuvre et, dans le cas de l’utilisation de désherbants, il s’agit de produits qui coûtent très cher. Par ailleurs, disposer d’une solution mécanique plutôt que chimique permet de mieux valoriser leurs produits auprès des consommateurs.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?
Nous sommes actuellement en train de boucler une troisième levée de fonds de deux millions d’euros, qui sera terminée d’ici la fin de l’année. Cet argent va nous permettre de financer notre développement commercial. Nous prévoyons notamment de nous déployer à l’international en trouvant des distributeurs de 2016 pour pouvoir assurer les premières ventes en 2017. Des contacts ont déjà été pris aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique. Par ailleurs, nous souhaitons développer de nouveaux robots pour offrir une solution pour les autres cultures spécialisées. Nous préparons ainsi un prototype pour la vigne, qui devrait être prêt en 2016.

Plus d’information sur http://naio-technologies.com/produit/oz
eco-jonction novembre 2015

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Comments are closed.