Portrait

Une peinture dépolluante

Le fabricant français de peintures pour le bâtiment Onip a développé une peinture dépolluante de l’air intérieur. Un an après son lancement, la gamme a déjà séduit sa clientèle… et ses concurrents, qui s’intéressent aujourd’hui eux aussi à ce procédé. Rencontre avec Michel Plana, directeur commercial et marketing de l’Onip.

Pouvez-vous présenter l’activité de l’Onip ?
L’Onip est un fabricant français indépendant de peintures pour le bâtiment créé en 1961. Il est aujourd’hui le deuxième réseau national indépendant de distribution de peinture et de produits de décoration. Nous disposons de trois usines implantées à Hondouville (27), à Monéteau (89) et au Kremlin-Bicêtre (94) et d’une soixantaine de points de vente. Depuis plus d’une dizaine d’années, nous avons l’ambition d’être un des leaders du secteur en matière de respect de l’environnement. Ainsi, plus de 90% de notre gamme est certifiée NF Environnement ou Ecolabel européen. Et, en 2013, nous avons lancé le Label’Onip Clean’R. Il s’agit d’une gamme de peinture dépolluante, certifiée Ecolabel européen.

Quel est le principe de fonctionnement de cette peinture dépolluante ?
Cette peinture “active” a la capacité de capter et d’éliminer le formaldéhyde, qui est le principal polluant intérieur. Le principe actif développé permet la captation du formaldéhyde présent dans l’air et sa transformation en une quantité d’eau très infime. Cette opération est réalisée via un mécanisme qui n’est pas nocif et sans aucune technologie de nanoparticules. Nous avons été les premiers à proposer cette innovation… et aujourd’hui, tout le monde suit ! Nos concurrents s’y intéressent et développent leur propre peinture dépolluante et un grand nombre de grandes surfaces spécialisées s’y mettent aussi.

Comment cette peinture dépolluante a été accueillie par vos clients ?
Ils ont été tout de suite très demandeurs, le démarrage a été très bon ! Il y a une vraie prise de conscience sur les questions d’environnement et notamment concernant la pollution de l’air intérieure. L’explosion des émissions télévisées de décoration ont participé à cette prise de conscience générale du grand public. Et nous apportons une réponse à ces problématiques. Les collectivités (notamment les mairies et les crèches) ont été particulièrement intéressées et de nombreux chantiers ont fait appel à cette nouvelle gamme.

Souhaitez-vous aller plus loin pour promouvoir la dépollution de l’air intérieur ?
Nous avons mis en place un nouveau métier de peintre dépollueur d’air intérieur. Concrètement, nous mettons à disposition des artisans des moyens de communication (plaquette commerciale, T-shirt, casquette, banderole adhésive, etc.), ainsi qu’un testeur de formaldéhyde. Ce nouveau métier leur donne un véritable avantage concurrentiel et leur permet de se distinguer des autres peintres, tout en sensibilisant le public à la problématique de la pollution de l’air intérieur. Nous avons lancé cet agrément en juin et avons déjà mobilisé une centaine de peintres. Nous avons pour objectif d’en rassembler 500 à terme.

Plus généralement, le respect de l’environnement reste un axe central dans la stratégie de l’Onip. Il s’agit d’une force considérable par rapport à nos concurrents. Nous souhaitons donc continuer à innover dans cette voie.
Plus d’info sur   www.onip.com
eco-jonction octobre 2014

 

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle et gratuite d’eco-jonction.com en cliquant ici

Comments are closed.