Gestion/achat

Quel est l’impact carbone de votre vie au bureau ?

Envoyer un mail, surfer sur Internet, se rendre à son travail : autant de gestes anodins qui ont une empreinte carbone. Tour d’horizon des impacts environnementaux de notre quotidien au bureau.

E-mails, rêquetes sur le web
Contrairement aux apparences, les échanges sur Internet n’ont rien de virtuel. Chaque requête sur le web, envoi d’e-mail ou consultation de site web a un impact. Si une “recherche Google” ne représente que 2,8 g équivalent CO2, ces requêtes rapportées sur l’année (à raison de 2,6 recherches par jour) pèsent 9,9 kg d’équivalent CO2 (source : Ademe) ! Un poids qu’il est possible de réduire, en saisissant directement les adresses des sites web recherchés dans la barre d’adresse, ce qui évite de solliciter les serveurs des moteurs de recherche. De même, transmettre un e-mail avec une pièce jointe de 1 Mo correspond à un impact de 19 grammes, soit 140 kg Eq CO2 par an (pour l’envoi de 33 e-mails par jour ouvré). Les ordinateurs utilisés pour envoyer et recevoir ses messages concentrent l’essentiel de cette empreinte. En effet, un poste de travail concentre à lui seul 1 tonne Eq CO2 sur ses phases de fabrication, de transport et s’assemblage… sans compter son impact lié à l’utilisation. Un poids qui pourrait être diminué en allongeant la durée de vie des ordinateurs professionnels, souvent remplacés dès leur amortissement (trois ans).

Déplacements domicile-travail
Par leurs déplacements quotidiens effectués entre leur domicile et leur lieu de travail ou d’études, les salariés et étudiants sont responsables d’une part non négligeable des émissions de CO2, équivalente à un huitième des émissions du secteur des transports. En moyenne, les Français parcourent 14 kilomètres pour rejoindre leur lieu de travail. Par ailleurs, en province, quatre-vingt pour cent d’entre eux utilisent leur voiture et représentent à eux seuls 90% de l’impact global de ces “trajets pendulaires”. En moyenne, un salarié génère 0,64 tonne de CO2 par an pour ses déplacements domicile-travail. Tous ces déplacements pèsent lourdement sur le bilan carbone des entreprises et peuvent être repensés dans le cadre d’un Plan de déplacement de l’entreprise pour réduire cet impact (lire l’article d’Eco-Jonction sur le sujet).

3 tonnes de CO2 par an et par salarié
De façon globale, selon une étude de Sinteo/ARSEG, un salarié génère 3 tonnes d’équivalent CO2 dans le cadre de son activité professionnelle. A titre de comparaison, l’Ademe indique un bilan annuel par habitant de 8 tonnes eq. CO2 (chiffre incluant les activités professionnelles et personnelles). Dans le cadre du travail, l’impact d’un salarié du tertiaire en France se répartit entre la consommation d’eau et de papier (4%), l’énergie (34%) et l’environnement de travail (60%). Un chiffre qui pourrait être presque doublé si l’étude prenait en compte les déplacements professionnels et pendulaires des salariés…
eco-jonction avril 2013

Comments are closed.